Changer d'édition

David Sassoli prend la tête du Parlement européen
International 3 min. 03.07.2019

David Sassoli prend la tête du Parlement européen

David Sassoli prend la tête du Parlement européen

Photo: AFP
International 3 min. 03.07.2019

David Sassoli prend la tête du Parlement européen

Le social-démocrate italien a été élu mercredi à la présidence du Parlement européen, au lendemain de l'accord au forceps conclu par les dirigeants des 28 à Bruxelles pour répartir les postes clés de l'UE.

AFP - L'ancien journaliste de télévision, eurodéputé depuis 2009, succède pour un mandat de deux ans et demi à son compatriote Antonio Tajani (PPE, droite) au perchoir de l'assemblée, où les rapports de force politiques ont été chamboulés par les élections de fin mai.

Il a été élu à Strasbourg à l'issue du deuxième tour d'un vote à bulletins secrets, avec 345 voix (sur 667 votes considérés comme valides), après être déjà arrivé en tête d'un premier round mais sans la nécessaire majorité absolue des votes exprimés.

Faire évoluer l'UE

L'Italien avait pour concurrente la députée écologiste allemande Ska Keller (119 voix au deuxième tour), l'Espagnole d'extrême-gauche Sira Rego (43) et le conservateur eurosceptique tchèque Jan Zahradil (160).

«Nous devons avoir le courage de relancer notre projet d'intégration, nous devons faire évoluer notre Union», pour qu'elle soit plus réactive «aux exigences des citoyens», a déclaré M. Sassoli dans l'hémicycle juste après l'annonce de son élection.

Pas de PPE

Le PPE, dont le groupe au Parlement est le plus large (182 députés) devant celui des sociaux-démocrates (154), n'avait pas présenté de candidat pour ce poste, prenant acte du partage des hauts postes européens décidé la veille par les 28 à Bruxelles.

La présidence du Parlement faisait partie des hautes fonctions de l'UE à se répartir équitablement entre grandes familles politiques européennes, même si le poste est beaucoup moins convoité que celui de président de la Commission.

Manfred Weber sur le carreau

Pour succéder au Luxembourgeois Jean-Claude Juncker début novembre, les dirigeants des Etats membres sont tombés d'accord mardi, à l'issue d'un sommet marathon, sur le nom de la ministre allemande Ursula von der Leyen, une proche de la chancelière Angela Merkel.


FILE - In this July 16, 2013 file picture labor minister, Ursula von der Leyen , poses for the media in Berlin.   Germany will get its first female defense minister in Chancellor Angela Merkel's new government, while the country's influential finance minister will stay in his job. Merkel confirmed Sunday  Dec. 15, 2013 that Ursula von der Leyen, currently labor minister, will become defense chief. The 55-year-old mother of seven inherits the job of modernizing the German military and overseeing its deployment in Afghanistan. Finance Minister Wolfgang Schaeuble, Merkel's co-pilot in fighting Europe's debt crisis, will stay on.  (AP Photo/dpa, Victoria Bonn-Meuser,file(
Parité respectée aux commandes de l'UE
Les 28 chefs d'Etat européens auront mis trois jours pour trouver un accord.

Prenant acte de l'attribution de ce poste au PPE, groupe dont il est le chef, l'Allemand Manfred Weber s'était dit «prêt à soutenir» le candidat du groupe concurrent des sociaux-démocrates pour le perchoir du Parlement. M. Weber a ainsi renoncé à se présenter lui-même après avoir déjà jeté l'éponge pour la tête de la Commission.

Remous à Bruxelles

Il estimait pourtant que ce dernier poste lui revenait, en tant que candidat tête de liste («Spitzenkandidat») du parti ayant recueilli le plus de voix aux élections européennes de mai. Mais c'était sans compter sur l'hostilité de plusieurs dirigeants d'Etats membres, et surtout celle du président français, Emmanuel Macron, face à un candidat jugé sans envergure suffisante pour la fonction.

Les sociaux-démocrates du Parlement européen ont également fustigé le «paquet» conclu par les dirigeants des 28, même s'ils héritent du poste de chef de la diplomatie pour l'Espagnol Josep Borrell. Ils jugeaient que la présidence de la Commission devait revenir à l'un des leurs, le Néerlandais, Frans Timmermans.

Vote la semaine du 15 juillet

Mais ce dernier a pâti notamment de la fronde des pays du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, République tchèque, Slovaquie). Pour la présidence de la Commission, les jeux ne sont pas encore faits pour Mme von der Leyen, qui est attendue mercredi après-midi pour une première visite au Parlement européen.

Son choix par les 28 doit en effet recevoir le feu vert de la majorité du Parlement européen, lors d'un vote programmé à Strasbourg la semaine du 15 juillet.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Lutte de pouvoir à la tête de l'UE
Les tractations pour désigner les nouveaux dirigeants des institutions européennes vont commencer mardi entre les chefs d'Etat et le Parlement européen, engagés dans une lutte de pouvoir à l'issue incertaine.
Les chefs d'Etat européens se réunissent ce mardi pour tirer les leçons du scrutin du 26 mai dernier.
Qui sont les prétendants à la succession de Juncker?
Trois candidats sont entrés en lice dimanche pour succéder à Jean-Claude Juncker à la présidence de la Commission, mais une entente semblait se dessiner pour tenter de barrer la route au chef de file de la droite et empêcher l'irruption d'un non-candidat.
Europawahl 2019 - Juncker gibt Stimme für EU-Wahl ab - Capellen  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Tout comprendre des élections européennes
Entre le jeudi 23 mai et le dimanche 26 mai, 427 millions de personnes sont appelées à élire leurs représentants au Parlement européen. Particularité du scrutin, ce dernier se compose de 28 élections distinctes, réalisées dans chacun des pays de l'UE... et les 73 eurodéputés britanniques élus en 2019 ne siégeront vraisemblablement qu'à peine quelques mois.