Changer d'édition

Crispations autour d'un accord post-Brexit
International 4 min. 15.10.2020

Crispations autour d'un accord post-Brexit

Michel Barnier (en discussion avec Jean Asselborn, à dr.) a souligné qu'en dépit de discussions plus «constructives» qu'auparavant avec Londres, les points de blocage persistaient sur la pêche, les garanties réclamées aux Britanniques en matière de concurrence et la manière de régler les différends dans le futur accord.

Crispations autour d'un accord post-Brexit

Michel Barnier (en discussion avec Jean Asselborn, à dr.) a souligné qu'en dépit de discussions plus «constructives» qu'auparavant avec Londres, les points de blocage persistaient sur la pêche, les garanties réclamées aux Britanniques en matière de concurrence et la manière de régler les différends dans le futur accord.
Photo: AFP
International 4 min. 15.10.2020

Crispations autour d'un accord post-Brexit

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé mercredi soir qu'il déciderait de poursuivre ou non les difficiles négociations commerciales post-Brexit avec l'UE en fonction «des résultats» d'un sommet européen prévu jeudi et vendredi à Bruxelles.

(AFP) - Cette annonce fait suite à un entretien avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et celui du Conseil européen, Charles Michel, qui n'a pas semblé donner un nouvel élan à des discussions enlisées depuis des mois, l'UE soulignant qu'elle n'était pas prête à un accord «à n'importe quel prix». «Le Premier ministre a noté la désirabilité d'un accord, mais exprimé sa déception de voir que davantage de progrès n'avaient pas été réalisés au cours des deux dernières semaines», ont indiqué ses services dans un communiqué.

Il «a déclaré qu'il attendait avec impatience les résultats du sommet européen» jeudi, avant de «présenter les prochaines étapes pour le Royaume-Uni, à la lumière de sa déclaration du 7 septembre», est-il ajouté. M. Johnson avait ce jour-là affiché sa volonté de conclure un accord «d'ici au Conseil européen le 15 octobre», devenu dès lors la date butoir des Britanniques. «Ca n'a pas de sens de penser à des échéances qui iraient au-delà», avait-il insisté. «Si nous n'arrivons pas à nous accorder d'ici là, je ne vois pas d'accord de libre-échange entre nous».

«L'UE travaille à un accord, mais pas à n'importe quel prix», a affirmé Ursula von der Leyen dans un tweet après cet entretien de 10 minutes en soirée. «Il reste encore beaucoup de travail à accomplir», a-t-elle ajouté, quand Charles Michel a réclamé «des avancées». Le Brexit doit être évoqué ce jeudi après-midi par les dirigeants de l'UE, qui prévoient pour l'instant de constater «avec préoccupation» que «les progrès réalisés» dans les pourparlers «ne sont toujours pas suffisants», selon un projet de conclusions provisoires. Ils devraient aussi inviter le négociateur de l'Union, Michel Barnier, «à intensifier les négociations».

Les Européens, qui se sont toujours fixé fin octobre pour trouver un accord, ont clairement indiqué ces derniers jours que l'aboutissement des négociations nécessiterait encore plusieurs semaines. «Cette date évoquée par les Britanniques, elle est très loin de la réalité des négociations», a encore estimé mardi la présidence française. «C'est vraiment très artificiel», a insisté la présidence française.

Tout doit se jouer entre le 15 octobre et la mi-novembre

Depuis que le Royaume-Uni a officiellement quitté l'UE le 31 janvier, les pourparlers entre Londres et Bruxelles pour un accord de libre-échange, qui entrerait en vigueur à la fin de la période de transition s'achevant à la fin de l'année, patinent. Et les deux parties s'accusent mutuellement de laisser planer le risque d'un «no deal» potentiellement dévastateur pour leurs économies.

L'hypothèse est d'ailleurs jugée «très crédible» et même «vraisemblable» par le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. «Entre le 15 octobre et la mi-novembre, tout doit se jouer», a-t-il prévenu mardi. Un sommet informel des dirigeants de l'UE - à l'origine consacré à la Chine - est programmé le 16 novembre à Berlin, pour ce qui apparaît de plus en plus comme une nouvelle échéance.

La pêche apparaît aujourd'hui comme le sujet le plus compliqué des négociations
La pêche apparaît aujourd'hui comme le sujet le plus compliqué des négociations
Photo: AFP

Lors d'une réunion mardi avec les ministres des Affaires européennes de l'UE, le négociateur européen Michel Barnier a souligné qu'en dépit de discussions plus «constructives» qu'auparavant avec Londres, les points de blocage persistaient sur la pêche, les garanties réclamées aux Britanniques en matière de concurrence - malgré de légers progrès - et la manière de régler les différends dans le futur accord.

La pêche apparaît aujourd'hui aux yeux des négociateurs comme le sujet le plus compliqué, car très sensible politiquement. Quand bien même elle ne représente qu'une part négligeable de l'économie des 27 et du Royaume-Uni, elle est jugée prioritaire par une poignée d'Etats membres (France, Belgique, Pays-Bas, Irlande, Danemark), dont les pêcheurs veulent continuer à pouvoir naviguer dans les eaux britanniques.    

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Bruxelles ouvre les hostilités contre Londres
L'UE a entamé ce jeudi une procédure d'infraction contre le Royaume-Uni pour ce qu'elle considère comme une violation du traité du Brexit, une annonce qui ne devrait cependant pas troubler les négociations toujours en cours.
European Commission President Ursula von der Leyen adjusts her facemask ahead of delivering a statement ahead of the first day of a European Union (EU) summit at The European Council Building in Brussels on October 1, 2020. - EU chief Ursula von der Leyen declared October 1, 2020,  that Brussels is taking legal action over the British government's attempt to overturn parts of the Brexit withdrawal agreement. (Photo by JOHANNA GERON / POOL / AFP)
Les tractations reprennent entre Bruxelles et Londres
L'UE et le Royaume-Uni ont entamé ce mardi une semaine décisive de négociations sur leur future relation commerciale, le jour même où la Chambre des Communes se prononce sur le très controversé projet de loi britannique qui revient en partie sur l'accord du Brexit.
ARCHIV - 07.01.2019, Großbritannien, London: Die Fahnen der EU (oben) und von Großbritannien wehen vor dem Parlament in Westminster. Angesichts ausbleibender Fortschritte in den Verhandlungen über ein Handelsabkommen nach der Brexit-Übergangsphase schlägt die europäische Wirtschaft Alarm. Am Dienstag (29.09.2020) soll die letzte offizielle Verhandlungsrunde zwischen London und Brüssel beginnen. Foto: Yui Mok/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les tensions persistent autour du Brexit
Les négociateurs en chef de l'UE et du Royaume-Uni se sont rencontrés jeudi à Bruxelles pour tenter d'éviter une rupture dans les discussions sur la future relation commerciale, malgré la volonté britannique de revenir sur les conditions du divorce.
(FILES) In this file photo taken on April 09, 2020 Irish Police (Garda) stop and check vechicles at the border crossing at Carrkcarnon, County Louth, Ireland, on April 9, 2020 under new powers to curb non-essential travel during the coronavirus crisis. - Britain held emergency talks with the European Union on September 10, 2020, facing warnings of legal action over a new Brexit bill and a threatening reminder of its obligations to Northern Ireland from powerful US Democrat Nancy Pelosi. (Photo by PAUL FAITH / AFP)
Le ton monte entre Londres et Bruxelles
Il règne une certaine tension entre le Royaume-Uni et l'Union européenne à la veille de la reprise de négociations sur leur relation post-Brexit. Boris Johnson menace de claquer la porte mi-octobre et il pourrait, selon le Financial Times, revenir sur certains engagements passés.
ARCHIV - 17.05.2014, Belgien, Brüssel: Menschen spiegeln sich in einem Fenster mit einer europäischen Flagge im Europäischen Parlament. (Illustration zu dpa "EU-Einreisebeschränkungen sollen für viele Länder bestehen bleiben") Foto: Olivier Hoslet/EPA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La pêche s'invite au cœur des négociations post-Brexit
Michel Barnier a averti mercredi qu'un accord commercial avec le Royaume-Uni ne serait possible qu'à condition qu'un compromis sur la pêche soit trouvé. Il accuse Londres d'utiliser ce sujet comme «monnaie d'échange» dans les négociations.