Changer d'édition

Crise des migrants: Merkel au pied du mur alors qu'elle reçoit Macron
International 2 min. 19.06.2018 Cet article est archivé

Crise des migrants: Merkel au pied du mur alors qu'elle reçoit Macron

Crise des migrants: Merkel au pied du mur alors qu'elle reçoit Macron

AFP
International 2 min. 19.06.2018 Cet article est archivé

Crise des migrants: Merkel au pied du mur alors qu'elle reçoit Macron

Réforme de l'Europe post-Brexit et tensions politiques autour des migrants: Angela Merkel, politiquement fragilisée, retrouve Emmanuel Macron mardi à Berlin pour tenter d'afficher un front uni à 10 jours d'un sommet de l'UE.

(AFP) - La réforme de la zone euro, à laquelle la rencontre dans le cadre d'un conseil des ministres franco-allemand doit surtout être dédiée, risque toutefois de passer à l'arrière-plan au moment où l'accueil des migrants fait de nouveau voler en éclat la cohésion européenne et met à rude épreuve la coalition gouvernementale de la chancelière allemande.


Les partisans du bloc conservateur de la chancelière Angela Merkel sont prêts le 18 juin 2018 à donner au leader allemand un ultimatum pour durcir les règles d'asile ou risquer de plonger le pays dans une crise politique.
Migrants: le ministre allemand menace de fermer les frontières en juillet faute d'accord européen
Horst Seehofer, ministre allemand de l'Intérieur, donne deux semaines à Angela Merkel pour trouver une solution à la crise migratoire en Europe.



Après une semaine d'errance, les migrants de l'Aquarius débarquent à Valence
Les 630 migrants secourus par l'Aquarius, au centre cette semaine de vives tensions sur la politique migratoire de l'Europe, ont commencé à arriver dimanche matin à l'aube en Espagne après une semaine d'errance en Méditerranée.

L'Italie, en première ligne depuis des années face à l'afflux des demandeurs d'asile, a déclenché une nouvelle crise dans l'UE après la décision de son ministre de l'Intérieur Matteo Salvini (extrême droite) de refuser d'accueillir d'un bateau chargé de migrants venus d'Afrique.

Angela Merkel et Emmanuel Macron sont d'accord sur un point: la gestion des migrants doit être européenne, alors que les pays comme la Pologne et la Hongrie refusent d'ouvrir leurs frontières et que la pression pour le «chacun pour soi» ne cesse de croître.

10 jours pour trouver une solution

La chancelière, qui dirige l'Allemagne depuis près de 13 ans, a désespérément besoin d'une avancée, au plus tard lors du sommet des 28 et 29 juin à Bruxelles.

Lundi, son ministre de l'Intérieur Horst Seehofer, représentant l'aile droite de sa coalition gouvernementale, lui a donné deux semaines jusqu'à ce sommet pour réduire le flux de migrants au niveau européen, faute de quoi il ordonnera début juillet de «refouler immédiatement» les demandeurs d'asile arrivant aux frontières allemandes en provenance d'un autre pays européen.

Peu importe pour lui les conséquences, y compris son propre limogeage qui conduirait à la chute de la coalition gouvernementale dans la première économie européenne.

Personne n'escompte un accord des Européens fin juin sur une réforme du règlement de Dublin, qui stipule que les demandeurs d'asile seront renvoyés dans leur pays d'arrivée.

Des centres de tri en Afrique?

Mais Paris et Berlin pourraient s'accorder sur un renforcement massif de Frontex, l'agence qui patrouille sur les côtes européennes, sur la création de centres de tri en Afrique et sur l'harmonisation du droit d'asile.

La chancelière dit aussi vouloir nouer des accords bilatéraux de reconduite des migrants avec les pays d'arrivée, l'Italie ou encore la Grèce.


Sur le même sujet

L'UE tient dans l'urgence dimanche à Bruxelles un mini-sommet avec les pays européens les plus exposés à l'afflux de migrants qui transitent par les Balkans, afin de juguler "collectivement" cette crise sans précédent.
Migrants wait to enter a registration camp in Presevo, Serbia October 25, 2015. Europe's chief executive Jean-Claude Juncker will on Sunday meet with leaders from central and eastern Europe to push for a coordinated response to the influx of refugees before winter sets in. Juncker, who heads the European Commission, has called leaders of Austria, Bulgaria, Croatia, Macedonia, Germany, Greece, Hungary, Romania, Serbia and Slovenia, plus refugee organizations involved, to attend the meeting in Brussels.  REUTERS/Ognen Teofilovski
Le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, a piqué un coup de sang jeudi soir contre ses homologues européens durant un débat consacré aux migrants, pour obtenir leur engagement de prendre en charge 40.000 demandeurs d'asile arrivés en Italie et en Grèce.
Xavier Bettel en pleine discussion avec Matteo Renzi