Changer d'édition

Covid: un patient sur huit garde au moins un symptôme
International 2 min. 05.08.2022
Etude scientifique

Covid: un patient sur huit garde au moins un symptôme

L'étude s'est intéressée à une série de symptômes du covid-19.
Etude scientifique

Covid: un patient sur huit garde au moins un symptôme

L'étude s'est intéressée à une série de symptômes du covid-19.
Photo : AFP
International 2 min. 05.08.2022
Etude scientifique

Covid: un patient sur huit garde au moins un symptôme

Une étude menée sur 4.000 patients aux Pays-Bas et parue dans la revue scientifique médicale The Lancet montre que 12% de personnes frappées par le covid développent une séquelle spécifiquement liée à la maladie.

(AFP) - Parmi les personnes atteintes de covid-19, une sur huit garde à long terme l'un des symptômes caractéristiques du covid long, montre une étude de grande ampleur publiée ce vendredi.


Une découverte majeure faite sur le covid long
Les résultats d'une équipe de chercheurs internationaux, dont deux de l'Uni, permettent notamment d'expliquer les raisons de cette maladie persistante et invalidante.

Ces symptômes comprennent «des douleurs abdominales, des difficultés et des douleurs respiratoires, des douleurs musculaires, une agueusie ou une anosmie (perte du goût ou de l'odorat, NDLR), des picotements, une gêne dans la gorge, des bouffées de chaleur ou de froid, une lourdeur des bras ou des jambes ainsi qu'une fatigue générale», énumère cette étude publiée dans la revue The Lancet.

Etude menée aux Pays-Bas

«Chez 12,7% des patients, on peut attribuer ces symptômes au covid-19», trois à cinq mois après l'infection, concluent les auteurs.

Ce travail, réalisé aux Pays-Bas, est, par son ampleur et sa méthodologie, une pièce importante pour mieux comprendre le risque de covid long, c'est-à-dire la persistance de symptômes durables après une infection au coronavirus.


Covid patient being treated in a Luxembourg hospital ward in 2020
9% des décès de 2021 sont dus au covid-19
Après une surmortalité constatée en 2020 en raison du virus, la situation s'est globalement apaisée en 2021, comme l'indique le Statec dans une étude publiée ce jeudi.

En l'état actuel des connaissances, on sait qu'il existe chez certains patients des séquelles spécifiques à une infection au coronavirus et que celles-ci ne s'expliquent pas uniquement par des troubles psychosomatiques, comme l'ont avancé initialement certains médecins.

Mais on ignore largement la fréquence de ces troubles et, plus encore, les mécanismes physiologiques par lesquels ils interviennent.

Sur 4.000 patients atteints du covid-19

Si l'étude du Lancet ne répond pas à ce deuxième questionnement, elle permet de mieux préciser le premier élément, d'abord car elle a été réalisée sur un nombre important de patients: plus de 4.000 personnes atteintes du covid. Chez ces patients, l'épisode de covid-19 a été avéré par un test PCR ou le diagnostic d'un médecin.

Enfin, et c'est là une nouveauté importante, les réponses de ces patients ont été comparées à celles données par un groupe de personnes qui n'ont pas eu le covid.

Car il est possible de ressentir l'un des symptômes énumérés, sans que le covid en soit la cause. De fait, presque 9% de personnes n'ayant pas eu le covid présentent un des symptômes précédemment décrits.


Du sport pour mettre le covid au tapis
Pratiquer une activité physique régulière pourrait diminuer les symptômes d'une infection au coronavirus. Voilà ce que dévoilent les derniers résultats d'une étude du LIH publiés ce lundi.

Chez les anciens patients covid, la proportion monte à 21,4%. C'est par une soustraction que les chercheurs parviennent à conclure qu'un peu plus de 12% de personnes frappées par le Covid développent une séquelle spécifiquement liée à la maladie.

Cette étude comporte toutefois certaines limites, comme le fait de ne pas avoir mesuré la fréquence d'autres symptômes associés au covid long, dont notamment un état de déprime ou de confusion mentale.


Sur le même sujet

Deux études publiées mardi affirment que le variant «britannique» du coronavirus n'entraîne pas plus de formes graves de covid-19, à rebours des conclusions de précédents travaux de recherche, mais confirment qu'il est bien plus contagieux que les souches précédentes.
Senior doctor Thomas Marx puts on his personel protective gear before he enters the room of a patient infected with the novel coronavirus Covid-19 in an intensive care unit at the hospital in Freising, southern Germany on April 12, 2021. (Photo by LENNART PREISS / AFP)
Depuis mai dernier, une équipe de chercheurs du Luxembourg Institute of Health étudie qui sont ceux que le covid-19 atteint et quelle est l'évolution de leur infection. Et chaque détail compte pour établir les possibles scénarios de prise en charge médicale future.
(FILES) In this file photo a lab technician sorts blood samples for COVID-19 vaccination study at the Research Centers of America in Hollywood, Florida on August 13, 2020. - The United States hopes to begin a sweeping program of Covid vaccinations in early December, the head of the government coronavirus vaccine effort said on November 22, 2020. "Our plan is to be able to ship vaccines to the immunization sites within 24 hours of approval" by the US Food and Drug Administration, Moncef Slaoui told CNN. "So I expect maybe on Day Two of the approval, on the 11th or the 12th of December." (Photo by CHANDAN KHANNA / AFP)