Changer d'édition

Covid: le port du masque «fortement conseillé» en France
International 2 min. 04.12.2022
Pas d'obligation mais...

Covid: le port du masque «fortement conseillé» en France

Le ministre de la Santé François Braun.
Pas d'obligation mais...

Covid: le port du masque «fortement conseillé» en France

Le ministre de la Santé François Braun.
AFP
International 2 min. 04.12.2022
Pas d'obligation mais...

Covid: le port du masque «fortement conseillé» en France

Le ministre de la Santé français, François Braun, a lancé un «appel solennel à la vaccination» et recommande de remettre le masque en raison du rebond épidémique.

Paris, 4 déc 2022 (AFP) - Le ministre de la Santé François Braun a lancé dimanche sur BFM-TV un «appel solennel à la vaccination» contre le Covid-19, reconnaissant que la campagne actuelle «ne fonctionne pas», et conseillé fortement le port du masque, sans plaider pour le moment pour son obligation.

Reprenant les termes de la Première ministre Elisabeth Borne, le ministre de la Santé a fait cet «appel solennel» pour inciter les plus fragiles à se faire vacciner face à une neuvième vague de Covid-19.

 «Pas favorable à la coercition»  

«Les personnes cibles sont les mêmes pour la grippe et le Covid», a-t-il rappelé. «Le rythme s'est un peu accéléré depuis une semaine»: parmi les plus de 80 ans, environ 20% ont reçu une quatrième dose, 35-40% pour les 60-80 ans, «c'est largement insuffisant», a-t-il estimé.


Une «triple épidémie» inédite en France
La «triple épidémie» à laquelle fait face la France, avec la circulation simultanée du covid, de la bronchiolite et de la grippe, est «complètement inédite» et son évolution encore difficile à prévoir, a souligné vendredi Santé publique France.

Hormis la vaccination, il persiste à «conseiller très fortement le port du masque». Le ministre, qui n'en portait pas sur le plateau - car «nous ne sommes pas dans un lieu clos en promiscuité»- a rappelé qu'il n'était «pas favorable à la coercition». Mais si les chiffres continuent d'augmenter et s'il faut décider d'une obligation, «mon bras ne tremblera pas», a-t-il assuré.

«Je suis la situation au jour le jour et les décisions suivront l'évolution de la situation», a dit M. Braun. Quels critères pourraient décider le gouvernement à prendre une telle mesure ? «La saturation des hôpitaux ou l'évolution de l'épidémie de grippe», a répondu le ministre de la Santé.

 «Là où il y a une promiscuité importante»  

La France fait en effet face à une «triple épidémie», avec la circulation simultanée du Covid, de la bronchiolite et de la grippe, une situation inédite dont l'évolution est encore difficile à prévoir.

Avant lui, Brigitte Autran, présidente du Comité de veille et d'anticipation des risques sanitaires (Covars) a déploré dimanche le niveau «désolant» de la vaccination contre le Covid-19 en appelant par ailleurs «à renforcer le port du masque, tout comme les gestes barrière».

Selon les autorités sanitaires, lundi dernier, 2 millions de personnes avaient reçu une injection de rappel contre le Covid-19 depuis le lancement de la campagne de rappel le 3 octobre avec des vaccins bivalents. Parmi elles, 1,8 million de personnes avaient reçu une injection avec de tels vaccins, qui ciblent la souche originale et la souche Omicron du Covid.

«Le retour du masque obligatoire est une décision politique et ce n'est pas à nous de le décider. Mais il faut aller vers un port du masque le plus possible dans les lieux clos, là où il y a une promiscuité importante», a-t-elle abondé dans une interview au Journal du dimanche (JDD).

La présidente du Covars a par ailleurs indiqué que l'instance qui a remplacé le conseil scientifique donnera «un avis complet» sur la situation épidémique à la fin de semaine ou au début de la suivante.


Sur le même sujet

En justifiant leur état de santé, les Français pourront se rendre dès mercredi dans les lieux publics sans avoir à porter de masque, sauf contrordre du préfet. «Une mauvaise idée» selon les scientifiques qui observent une quatrième vague épidémique dans l'Hexagone.