Changer d'édition

Le travail à domicile plébiscité par 98% des Français
International 3 min. 06.09.2021
Covid-19

Le travail à domicile plébiscité par 98% des Français

La CGT plaide pour instaurer un cadre légal au télétravail, notamment en raison des heures supplémentaires: en 2021 le temps et la charge de travail ont augmenté pour 47% des sondés.
Covid-19

Le travail à domicile plébiscité par 98% des Français

La CGT plaide pour instaurer un cadre légal au télétravail, notamment en raison des heures supplémentaires: en 2021 le temps et la charge de travail ont augmenté pour 47% des sondés.
Photo: Shutterstock
International 3 min. 06.09.2021
Covid-19

Le travail à domicile plébiscité par 98% des Français

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
Gain de temps, autonomie, meilleure concentration... la majorité des travailleurs de l'Hexagone plébiscitent le travail à la maison au moins une fois par semaine, révèle ce lundi la CGT. Mais le syndicat plaide pour un meilleur encadrement de la pratique.

Très peu pratiqué avant la pandémie, le télétravail est entré dans les mœurs aujourd'hui. Et si certaines entreprises misent sur un retour en entreprise, facilité grâce à la vaccination, 98% des Français souhaitent continuer à travailler au moins un ou deux jours par semaine, indique ce lundi la Confédération générale du travail (CGT).


Büro
La bureauphobie, nouveau mal de saison
Pour nombre d'entreprises, septembre sera le mois du retour à plus de présentiel. Un pas que certains salariés redoutent déjà. C'est grave, docteur? Non, assure Chloé Baumann, psychologue du travail.

Dans cette étude portant sur les réponses de quelque 15.000 salariés, les sondés évoquent une «diminution du temps de trajet» et une «meilleure concentration» leur permettant d'être plus efficaces. «Enfin les employeurs se rendent compte que le télétravail ne rime pas avec farniente», souligne l'un des participants à l'enquête. 

Pour huit personnes sur dix, le télétravail est également un gage d'un meilleur équilibre entre vie personnelle et professionnelle. «Chez eux, les salariés trouvent un lieu plus apaisé, avec moins de pression», indique au micro de France Inter Sophie Binet, co-secrétaire générale de l'UGICT-CGT. A ses yeux, cette enquête démontre «la dégradation des conditions de travail en présentiel», liée selon elle au développement des open-space et des postes de travail non attitrés.


IPO, Melusina , Abschlussempfang , DP Fraktion Chamber , Gilles Baum , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le DP partant pour flexibiliser les horaires de travail
Si les libéraux ont fait une croix sur la réforme fiscale, le chef de fraction lance l'idée d'offrir aux salariés d'établir leurs propres horaires de travail après négociation avec leur employeur. Une piste née des constats faits durant le confinement.

Mais si la majorité des sondés plébiscitent ce travail depuis chez eux, pas question pour autant d'envisager un temps plein. Deux salariés sur trois confient se sentir isolés, coupés de leurs collègues et de leurs manageurs. «Les visioconférences sont trop nombreuses, trop longues, et les échanges difficiles», déplore l'un des participants. D'autant que les équipements ne sont pas toujours adaptés.

Ainsi, 40% des salariés se plaignent de douleurs ou de migraines oculaires. La faute selon l'enquête à des écrans trop petits, une absence de poste de travail ergonomique et une forte sédentarité. Une situation exacerbée par les heures supplémentaires: en 2021 le temps et la charge de travail ont augmenté pour 47% des sondés. Pour Sophie Binet, non seulement l'employeur «doit garantir un droit à la déconnexion» mais il doit également s'engager à ce que «les heures supplémentaires soient rémunérées et les temps de repos respectés».

A travers cette enquête, la CGT cherche à interpeller le gouvernement français pour éviter qu'un «télétravail dégradé» ne s'installe dans la durée et devienne un nouvelle norme. Evoquant une «bombe à retardement», la co-secrétaire générale de l'UGICT-CGT espère «la signature d'un accord dans chaque entreprise pour mettre en place le télétravail dans un cadre négocié». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

France et Grand-Duché ont renouvelé l'accord concernant l'affiliation des télétravailleurs frontaliers à la Sécurité sociale luxembourgeoise. Six semaines supplémentaires à défaut d'un accord comme celui passé pour les salariés belges.
Pour nombre d'entreprises, septembre sera le mois du retour à plus de présentiel. Un pas que certains salariés redoutent déjà. C'est grave, docteur? Non, assure Chloé Baumann, psychologue du travail.
Büro
Si les libéraux ont fait une croix sur la réforme fiscale, le chef de fraction lance l'idée d'offrir aux salariés d'établir leurs propres horaires de travail après négociation avec leur employeur. Une piste née des constats faits durant le confinement.
IPO, Melusina , Abschlussempfang , DP Fraktion Chamber , Gilles Baum , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Non, en dehors des horaires de travail, un salarié n'a pas à suivre ses dossiers, répondre au téléphone ou lire ses mails. Le Conseil économique et social vient de soumettre une proposition qui devrait vite être intégrée au Code du travail luxembourgeois.
TOPSHOT - Visitors walk at the Mobile World Congress (MWC) in Barcelona on February 25, 2019. - Phone makers will focus on foldable screens and the introduction of blazing fast 5G wireless networks at the world's biggest mobile fair starting February 25 in Spain as they try to reverse a decline in sales of smartphones. (Photo by GABRIEL BOUYS / AFP)