Changer d'édition

La levée des brevets des vaccins divise l'UE
International 10.06.2021
Covid-19

La levée des brevets des vaccins divise l'UE

Le gouvernement de Joe Biden et le pape François 1er se sont officiellement déclarés favorables à cette mesure.
Covid-19

La levée des brevets des vaccins divise l'UE

Le gouvernement de Joe Biden et le pape François 1er se sont officiellement déclarés favorables à cette mesure.
Photo: AFP
International 10.06.2021
Covid-19

La levée des brevets des vaccins divise l'UE

Le Parlement européen s'est prononcé jeudi pour suspendre temporairement les droits de propriété intellectuelle sur les vaccins anti-covid. Et ce alors que la Commission s'y était opposée six jours plus tôt.

(AFP) - Deux instances, deux avis, deux voies pour l'Union européenne (UE) sur la levée des brevets des vaccins. En votant jeudi à 355 voix favorables contre 263 contre, les députés européens ont proposé de suspendre temporairement les droits de propriété intellectuelle sur les sérums anti-covid. Une décision en opposition totale avec celle de la Commission européenne, qui s'était exprimée à ce sujet six jours plus tôt.


Bruxelles s'oppose à la levée des brevets
La Commission européenne s'oppose à soutenir la suspension des protections de propriété intellectuelle. Elle pense que des «licences obligatoires» encadrées et nationales seraient un meilleur moyen de rendre les sérums anti-covid accessibles à tous.

Si aux yeux de l'organe exécutif de l'UE cette méthode n'est pas «la meilleure réponse», le Parlement européen y voit le moyen de gonfler les productions. Le but: éviter les pénuries d'approvisionnement en AstraZeneca, Johnson&Johnson, Pfizer et autres Moderna. Pénuries dont souffrent actuellement certains pays comme l'Inde et l'Afrique du Sud. Aux yeux du groupe S&D, cette suspension devrait être «aussi rentable économiquement que juste moralement», a confié à l'AFP un porte-parole de la délégation française. 

En revanche, les députés du groupe PPE, premier en nombre du Parlement européen, ont majoritairement voté contre la proposition. Jugeant la réponse «à côté de la question réelle du moment», l'eurodéputé français François-Xavier Bellamy (PPE) a indiqué préférer le dispositif international Covax. Censé fournir gratuitement des doses aux pays défavorisés, celui-ci peine à mener à bien ses collectes, en raison du manque de don et des retards de production de certains laboratoires, dont AstraZeneca et Johnson&Johnson.

A noter que la décision d'une levée des brevets revient au conseil «Aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce». Dépendant de l'Organisation mondiale du commerce, ses membres débattent actuellement de la question, en s'appuyant sur les avis des instances sanitaires et politiques internationales.


Sur le même sujet

L'Organisation mondiale de la santé a demandé aux fabricants de vaccins contre le covid de réserver 50% de leur production vaccinale au dispositif international. Le but: soutenir les campagnes vaccinales des pays les plus pauvres.
La Commission européenne s'oppose à soutenir la suspension des protections de propriété intellectuelle. Elle pense que des «licences obligatoires» encadrées et nationales seraient un meilleur moyen de rendre les sérums anti-covid accessibles à tous.
Alors même que son sérum est encore étudié par les autorités sanitaires, le laboratoire allemand dit rencontrer des problèmes d'approvisionnement, accusant les Etats-Unis de bloquer l'exportation de certains composants. Une situation qui pourrait mettre à mal les campagnes européennes de vaccination.