Changer d'édition

L’été belge s’annonce plus apaisé
International 3 min. 11.06.2021
Covid-19

L’été belge s’annonce plus apaisé

Si le Comité de concertation a été reporté d'une semaine, les Belges pourront utiliser le pass sanitaire européen dès la semaine prochaine.
Covid-19

L’été belge s’annonce plus apaisé

Si le Comité de concertation a été reporté d'une semaine, les Belges pourront utiliser le pass sanitaire européen dès la semaine prochaine.
Photo: Reuters
International 3 min. 11.06.2021
Covid-19

L’été belge s’annonce plus apaisé

Une nouvelle série d’assouplissements sont programmés, parallèlement à une campagne visant à convaincre les récalcitrants de se faire vacciner.

De notre correspondant Max Helleff (Bruxelles)- Le Comité de concertation prévu ce vendredi a été reporté d’une semaine. La décision prise par les autorités belges de sursoir ainsi aux nouvelles annonces sanitaires n’a pas suscité de réelles réactions, même si la redéfinition des contacts sociaux pour les mois de juillet et août devra un peu attendre. Les déconfinements successifs (Horeca, culture, voyages, etc.) semblent avoir calmé partiellement le jeu.


(FILES) In this file photo taken on June 1, 2020 A worker disinfects barbells at the "Body Staff Gym" fitness centre in Artigues-pres-Bordeaux, southwestern France, as part of safety measures on the eve of the reopening of the gym, as France eases lockdown measures taken to curb the spread of the COVID-19 pandemic, caused by the novel coronavirus. - Sports and fitness centers lost on September 30, 2020, in Bordeaux the first of the lawsuits they launched throughout France against their closure for two weeks in order to curb the spread of the coronavirus (Covid-19). (Photo by MEHDI FEDOUACH / AFP)
Français et Belges retrouvent un semblant de normalité
Les deux pays voisins du Luxembourg allègent leurs restrictions sanitaires ce mercredi. Culture, Horeca, sports, couvre-feu... le point sur les nouveaux assouplissements.

Une série de mesures viennent toutefois d’être actées. La plus marquante : les Belges qui ont été vaccinés contre le covid (une ou deux doses), disposent d’un test PCR négatif (réalisé maximum 72 heures avant le départ) ou ont déjà contracté la maladie pourront utiliser le «pass sanitaire européen» dès le 16 juin. Le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, précise toutefois «qu’un cadre juridique pour le système est encore à l’étude». Le «pass» sera disponible via le site public masanté.be ou sur les portails des mutuelles, via un call center ou encore une application smartphone (CovidSafe) dès la semaine prochaine. 

Quant aux entrées dans le pays, elles seront contrôlées grâce à une autre application (CovidScan), aux frontières mais aussi dans les hôtels où les professionnels du tourisme seront invités à s’en servir. On sait aussi que la Belgique n’acceptera pas les tests antigéniques comme sésames pour pénétrer sur son territoire. Des certificats attestant de l’administration d’une dose ou de deux doses de vaccin seront également mis à disposition des Belges qui voyagent.

Objectif: l'immunité collective

Cette dernière disposition s’avère d’autant plus nécessaire que la stratégie de vaccination promet de varier selon les régions du pays. Ce jeudi 10 juin ainsi, la Wallonie et Bruxelles ont décidé de continuer à administrer le vaccin unidose Johnson & Johnson (J&J) seulement aux plus de 41 ans sur base volontaire, restant fidèles à la politique menée jusqu’à présent. Bruxelles conservera toutefois ce cap tant que l’approvisionnement en J&J, marginal en ce moment, n’augmentera pas. La Flandre, au contraire, va permettre aux classes d’âge inférieures de le recevoir tout en informant les demandeurs des éventuels risques d’effets secondaires encourus (thromboses).

La Belgique et ses Régions gardent bien sûr pour objectif d’atteindre l’immunité collective. Dans ce contexte, une nouvelle enquête interuniversitaire (UGent, UCLouvain et ULB) devrait les aider à mieux comprendre les motivations des récalcitrants à la vaccination. Les dernières invitations sont en effet envoyées en ce moment et, devant le nombre de refus, il devient clair qu'il va falloir se compter pour faire en sorte que l’ensemble de la population soit suffisamment résistante au virus cet hiver.

«Le but de cette enquête est de décortiquer les raisons d’éventuelles réticences que certaines personnes pourraient encore avoir», explique dans les colonnes du Soir Vincent Yzerbyt. Le professeur de psychologie sociale à l’UCLouvain pense «qu’une grande partie» des personnes qui hésitent à se faire vacciner seront disposées à le faire «si elles se sentent entendues». «Il y a un vrai enjeu à répondre aux questions que les gens se posent encore, qui peuvent aussi dépendre de convictions religieuses ou philosophiques.» Une précédente étude interuniversitaire a montré que l’hésitation vaccinale a tendance à se tasser au fil du temps dans 3 cas sur 4.

A ce stade, il n’est toujours pas question pour les autorités d’imposer une vaccination obligatoire, bien que cette mesure gagne progressivement en adhésion dans la population selon un récent sondage.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La mort d’une patiente explique le retrait partiel de ce vaccin unidose censé faciliter le déroulement de la campagne de vaccination. Désormais, seuls les 41 ans et plus y auront droit.
(FILES) In this file photo the Jansen (Johnson and Johnson) Covid-19 vaccine is administered to the public at a FEMA run mobile Covid-19 Vaccination clinic at Biddeford High School in Bidderford, Maine on April 26, 2021. - Half of all US adults will have received full Covid-19 vaccines on May 25, 2021, the White House said, marking another huge milestone in the fight against the pandemic. "Today, the United States will reach 50 percent of American adults fully vaccinated," a White House official said, speaking on condition of anonymity.More than half a million Americans have died from the coronavirus but the country is now a world leader in rolling out vaccinations. (Photo by Joseph Prezioso / AFP)
La ministre de la Santé assure que «la Belgique est dans le top 4 européen » concernant le plan de vaccination. Christie Morreale fonde son optimisme sur les promesses de livraison en forte hausse dans les semaines à venir.
Paul, 19, waits to receive a dose of a Covid-19 vaccine at a vaccination centre in Cayenne, on May 2, 2021. (Photo by jody amiet / AFP)