Changer d'édition

Bruxelles reste dans l’œil du cyclone sanitaire
International 3 min. 02.09.2021
Covid-19 en Belgique

Bruxelles reste dans l’œil du cyclone sanitaire

Actuellement, 70% de la population belge disposerait d'un schéma vaccinal complet. C'est loin d'être le cas dans la capitale du royaume.
Covid-19 en Belgique

Bruxelles reste dans l’œil du cyclone sanitaire

Actuellement, 70% de la population belge disposerait d'un schéma vaccinal complet. C'est loin d'être le cas dans la capitale du royaume.
Photo : dpa
International 3 min. 02.09.2021
Covid-19 en Belgique

Bruxelles reste dans l’œil du cyclone sanitaire

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Les nouvelles ne sont pas bonnes pour la capitale de l’Europe qui inspire les plus vives inquiétudes.

De notre correspondant MAX HELLEFF (Bruxelles) - Le retour de vacances d’Yves Van Laethem n’est pas passé inaperçu. Pour le porte-parole interfédéral Covid-19, l’homme qui donne chaque jour le «la» sanitaire à la Belgique, le pays est loin d’être tiré d’affaire. Toutefois, l’infectiologue se veut rassurant face à certains modèles mathématiques qui annoncent une recrudescence des contaminations pour l’automne. «La quatrième vague, plaide-t-il, reste une projection de plusieurs modèles et je préfère les regarder avec suspicion même si le retour à une vie plus normale va amplifier la circulation du virus d’ici quelques jours.»


A nurse administers a dose of the Pfizer/BioNTech Covid-19 vaccine to a woman in Ajaccio, on the French Mediterranean island of Corsica, on January 7, 2021, as part of France's national vaccination campaign to fight against the spread of the novel coronavirus. (Photo by Pascal POCHARD-CASABIANCA / AFP)
La pédagogie au chevet de la capitale belge
La «pause» sanitaire imposée à Bruxelles et sa région soulève à la fois la question de sa gouvernance et celle de sa précarité.

Toutefois, si une nouvelle offensive du covid devait se confirmer cet automne, elle pourrait avoir des conséquences très différentes en termes de gestion de la pandémie selon l’endroit où l’on se trouve en Belgique. « La Flandre ne risque rien »  en ce qui concerne la  saturation des unités de soins intensifs, estime ainsi Yves Van Laethem. 

Pour sa part, «la Wallonie risque un coup de mou en octobre avec une sérieuse vaguelette». C'est surtout «Bruxelles qui reste problématique». «Heureusement, ajoute l'infectiologue, les transferts de patients ont déjà commencé et les régions ont compris qu’il ne fallait pas la laisser seule, la capitale sera aidée au niveau des hôpitaux avec une répartition des patients. (…) Il faudra également voir à quel point la Flandre va prendre en charge le surplus de patients bruxellois et quelle solidarité sera mise en place…» 

Quant à demander l'aide de la France, «j'espère qu'on ne s'abaissera pas à ce genre de choses»...

En quelques phrases, les inquiétudes inspirées par l’état sanitaire de la capitale de l‘Europe ont ainsi pris mardi un tour très concret. Lors du dernier Comité de concertation, le 20 août dernier, la réticence d’une importante partie de la population bruxelloise à se faire vacciner a contraint les autorités à priver pour un temps non défini la ville et sa région d’une série d’assouplissements - au contraire de la Wallonie et de la Flandre qui retrouvent une vie quasiment normale ce 1er septembre. Aujourd’hui, la perspective de voir les unités de soins intensifs rapidement saturés à Bruxelles débouche sur un appel à la solidarité nationale. Rien de moins…

Les scientifiques s’attendent en outre à ce que les infections reprennent de plus belle à la faveur de la rentrée scolaire. Or Bruxelles est une ville jeune. « 20% des contaminations ont lieu chez les enfants de moins de 10 ans, a indiqué mercredi le porte-parole du centre interfédéral de crise. «Dans ce même groupe d’âge, le nombre de tests positifs s’élève à 11,3% alors qu’il est de 5,4% pour le reste de la population.»


Bruxelles privée de mesures d’assouplissement
Toute la Belgique retourne à une vie (presque) normale, à l’exception de sa capitale qui paie le prix fort du rejet vaccinal.

Les autorités bruxelloises cherchent à éteindre l’incendie. Sur les ondes de BX1, le ministre-président Rudi Vervoort a dit ne pas savoir si les mesures sanitaires actuellement en place en région bruxelloise (l’horeca reste notamment sous pression) seront encore d’application au-delà du 1er octobre.  «Je n’en sais rien, avance le socialiste. La hausse des contaminations continuera ces prochains jours. Les retours de vacances font que les chiffres continuent d’augmenter. Cela ne sert à rien de faire croire à la population que tout va bien…»

Rudi Vervoort ajoute que l’objectif reste de vacciner le plus de Bruxellois possible, en particulier chez les moins de 45 ans, une tranche d'âge où les résultats sont mauvais. Il plaide pour le recours au covid safe ticket (passeport sanitaire) dans les boîtes de nuit, ce qui éviterait à ce secteur une crise sans doute  fatale.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Elles se partageaient de l'ordre de 34 millions d'euros, ce sera à l'avenir 48 millions. Ainsi les communes belges limitrophes du Grand-Duché viennent-elles de recevoir un cadeau quasi inespéré. Avec assurance d'une augmentation de 5% chaque année, pendant une décennie.
A boy waves a small Belgian flag during the 'March for Unity', a march to support Belgium's unity, 18 November 2007 in Brussels. 165 days after the federal elections of June 2007 demonstrators urge leading politicians to find a solution to form a government without breaking up the country. Several thousand people demonstrated 18 November in Brussels in favour of Belgian unity as a political crisis threatened to tear the country apart into its Dutch and French-speaking communities.   AFP PHOTO / BELGA / BENOIT DOPPAGNE
La Commission européenne approuve un mécanisme susceptible de favoriser la construction de centrales au gaz pour compenser la fin de l'atome en Belgique. Hic : ces équipements sont de gros émetteurs de CO2. Un mal pour bien?
Cyclists ride past cooling towers at a power station on the outskirts of Beijing Wednesday Aug. 4, 2004. China is facing its worst energy shortage in decades, with the electricity shortfall expected to hit 30 million kilowatts.  With blackouts and brownouts affecting many provinces China's government has ordered emergency shipments of coal by road and waterways to help make up the shortfall. (AP Photo/Greg Baker)