Changer d'édition

Bruxelles reste un cancre de la vaccination
International 3 min. 29.06.2021
Covid-19

Bruxelles reste un cancre de la vaccination

Dans la région de Bruxelles, 28,3% des 18-34 ans ont au moins reçu une dose vaccinale, contre 45,4% à l'échelle nationale.
Covid-19

Bruxelles reste un cancre de la vaccination

Dans la région de Bruxelles, 28,3% des 18-34 ans ont au moins reçu une dose vaccinale, contre 45,4% à l'échelle nationale.
Photo: AFP
International 3 min. 29.06.2021
Covid-19

Bruxelles reste un cancre de la vaccination

La capitale belge peine à rattraper son retard alors que le vaccin Pfizer devient accessible aux 12-15 ans dans tout le pays.

De notre correspondant Max Helleff (Bruxelles) - Les Belges de 12 à 15 ans présentant des facteurs de comorbidité sont désormais admis à recevoir le vaccin de Pfizer-BioNTech. Pour le ministre fédéral de la Santé publique Frank Vandenbroucke, les adolescents de cette classe d’âge souffrant de certaines pathologies (diabète, asthme, mucoviscidose, etc.) présentent un risque qui n’est pas moindre de «contamination et ou de conséquences graves de la Covid-19». 


Charles Muro,age 13, celebrates being inoculated by Nurse Karen Pagliaro at Hartford Healthcare�s mass vaccination center at the Connecticut Convention Center in Hartford, Connecticut on May 13, 2021. - Six Children were vaccinated at the site and joined other children in the United States as kids ages 12-15 are now able to be vaccinated with the Pfizer-BioNTech�Covid-19 vaccine, joining the growing population of the US that can be vaccinated against the Covid-19 virus. (Photo by Joseph Prezioso / AFP)
La vaccination anti-covid des 12-15 ans débute
L'Agence européenne des médicaments vient de donner son accord pour élargir l'injection du vaccin. Les 27 pays membres de l'UE seront autorisés à vacciner les adolescents, s'ils le souhaitent.

«Ces enfants sont vraiment vulnérables, il est important de les vacciner», insiste-t-il. Ils seraient 2.000 dans ce cas en Belgique. Les autres, ceux qui ne présentent pas de comorbidités, seront normalement fixés à partir de début juillet.

La décision a été prise sur base d’un avis favorable du Conseil supérieur de la santé, en concertation avec les représentants des pédiatres. En Belgique, seuls les médecins peuvent déterminer quels adolescents sont à même de bénéficier ou non du vaccin. Le consentement du jeune et de ses parents est obligatoire.

Pour l’instant, seul le vaccin de Pfizer est autorisé par l’Agence européenne du médicament pour cette tranche d’âge. Pour limiter le risque dû aux effets secondaires et aux accidents cérébraux, la Belgique avait un temps limité l’administration de l’AstraZeneca aux plus âgés. Le Johnson&Johnson reste interdit aux moins de 41 ans à Bruxelles et en Wallonie.

Les autorités politiques et scientifiques sont toujours à la recherche de l’immunité collective qui devrait en principe aider le pays à mieux résister à la montée en puissance du variant Delta à la rentrée. Mais ce n’est pas simple: la vaccination, qui est une compétence des Régions, offre des résultats très différents selon que l’on vive en Flandre, à Bruxelles ou en Wallonie.


Les Belges favorables à la vaccination obligatoire
Ce qui tenait lieu de tabou il y a quelques mois encore est désormais majoritairement accepté, selon un sondage.

D’après les dernières projections officielles, 90% des Flamands de 18 ans et plus devraient avoir reçu au moins une dose de vaccin d’ici la fin juillet. La Wallonie table sur un taux de vaccination de 88% à la même date. Pour accélérer davantage le rythme, tous les Wallons peuvent désormais choisir la date de l’administration de la seconde dose en fonction de ce qui est autorisé. Par contre, Bruxelles n’atteindrait «que» les 60% de vaccinés à l’entame du mois d’août.

Si elle a pris du retard tout au long de la campagne de vaccination, la capitale de la Belgique a semblé à plusieurs reprises capable de le résorber. Des efforts de communication ont été faits par les autorités pour convaincre les réticents. Mais en ce moment, alors que 54% des personnes majeures ont reçu au moins une dose, seuls 6% supplémentaires -soit 60.000 personnes– rejoindraient au cours du mois de juillet les rangs des vaccinés. L’objectif initial est de 70%, contre 60% dans les faits.

Cette adhésion en chute libre serait due à la configuration particulière des vacances qui s’annoncent. Selon un récent sondage, presque la moitié des Belges resteraient au pays. Beaucoup ne trouveraient donc pas d’utilité à se faire vacciner. Le phénomène pourrait faire boule de neige dans d’autres grandes villes. Le nombre de doses de vaccin disponibles serait dès lors supérieur au nombre de receveurs potentiels. Un tour des centres de vaccination de la capitale permet encore de se rendre compte que la fréquentation varie fortement d’une commune à l’autre, souvent en fonction du tissu socio-économique.

D’où la nécessité de convaincre les 220.000 Bruxellois de 16 à 30 ans de se faire vacciner dans les prochaines semaines: 28,3% des 18-34 ans le sont aujourd’hui partiellement, alors que la moyenne nationale est à 45,4%.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors qu'il a reçu une dose d'AstraZeneca le 6 mai, le Premier ministre luxembourgeois a été testé positif au covid-19. Le Dr Schockmel explique comment cela est possible et pourquoi ce phénomène ne signifie pas pour autant que la vaccination a échoué.
Plusieurs scientifiques ont observé que la mutation indienne du virus s'insérait plus facilement dans l'organisme, et engendrait plus de risques d'hospitalisation que la version initiale. Mais l'arrivée des beaux jours pourrait faire reculer cette souche.
Alors que le Luxembourg vient d'entamer la dernière phase de son plan qui prévoit que les résidents âgés de 18 ans soient invités à recevoir une injection début juillet, la possibilité d'élargir la campagne aux travailleurs allemands, belges et français se dessine.
TC,Corona-Impfzentrum Victor Hugo Halle. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
L'Agence européenne des médicaments vient de donner son accord pour élargir l'injection du vaccin. Les 27 pays membres de l'UE seront autorisés à vacciner les adolescents, s'ils le souhaitent.
Charles Muro,age 13, celebrates being inoculated by Nurse Karen Pagliaro at Hartford Healthcare�s mass vaccination center at the Connecticut Convention Center in Hartford, Connecticut on May 13, 2021. - Six Children were vaccinated at the site and joined other children in the United States as kids ages 12-15 are now able to be vaccinated with the Pfizer-BioNTech�Covid-19 vaccine, joining the growing population of the US that can be vaccinated against the Covid-19 virus. (Photo by Joseph Prezioso / AFP)
La ministre de la Santé assure que «la Belgique est dans le top 4 européen » concernant le plan de vaccination. Christie Morreale fonde son optimisme sur les promesses de livraison en forte hausse dans les semaines à venir.
Paul, 19, waits to receive a dose of a Covid-19 vaccine at a vaccination centre in Cayenne, on May 2, 2021. (Photo by jody amiet / AFP)