Changer d'édition

Cour des comptes: Les Sages recommandent la fermeture immédiate du Snowhall
International 3 min. 10.02.2016 Cet article est archivé

Cour des comptes: Les Sages recommandent la fermeture immédiate du Snowhall

Ouverte en 2005 puis agrandie en 2008, la piste de 620 m de long sur 35 m de large, pour un dénivelé de 90 m, a coûté quelque 20 millions d'euros à la commune.

Cour des comptes: Les Sages recommandent la fermeture immédiate du Snowhall

Ouverte en 2005 puis agrandie en 2008, la piste de 620 m de long sur 35 m de large, pour un dénivelé de 90 m, a coûté quelque 20 millions d'euros à la commune.
Sophie Wiessler
International 3 min. 10.02.2016 Cet article est archivé

Cour des comptes: Les Sages recommandent la fermeture immédiate du Snowhall

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
La piste de ski intérieure d'Amnéville, près de Metz, la seule de France et la plus longue au monde, doit fermer "dans les plus brefs délais", préconise la Cour des comptes dans son rapport annuel. Le maire s'y oppose farouchement.

(AF avec AFP) - La piste de ski intérieure d'Amnéville, près de Metz, la seule de France et la plus longue au monde, doit fermer "dans les plus brefs délais", préconise la Cour des comptes dans son rapport annuel, pointant un déficit structurel.

Ouverte en 2005 puis agrandie en 2008, la piste de 620 m de long sur 35 m de large, pour un dénivelé de 90 m, a coûté quelque 20 millions d'euros à la commune de 10.000 habitants.

Depuis, le "Snowhall", qui abrite la piste et quelques restaurants, est géré par une régie municipale dotée de la personnalité morale et de l'autonomie financière.

Mais la gestion de cet étonnant complexe "est structurellement déficitaire", une situation "masquée pendant des années", souligne le rapport de la Cour des comptes, qui n'entrevoit pas de "perspectives de redressement".

Selon le rapport, l'attractivité de la piste, qui devait selon les prévisions attirer quelque 160.000 visiteurs par an, s'est dégradée dès 2009. La fréquentation s'érodant, la régie était dans l'impossibilité de payer l'ensemble des charges d'exploitation - et notamment le loyer dû à la commune.

Une situation qui a été cachée, accuse la Cour, notamment par des prévisions insincères présentées lors des votes du budget.

"Au 31 décembre 2014, le montant des loyers impayés s'élève à 2,3 millions d'euros, et celui des factures d'électricité à 1,7 million", poursuit le rapport, évoquant des carences tant dans la gestion "que dans le pilotage de l'activité".

Mais le "déficit d'exploitation de la piste de ski présente avant tout un caractère structurel, en raison d'une fréquentation trop faible pour permettre le retour à l'équilibre des comptes", ne laissant comme solution que la cession d'activité. Or la mairie refuse, estimant dans sa réponse qu'il est "inconcevable" pour les élus de suivre la Cour "dans la seule solution qu'elle propose".

"Hors de question" de fermer

Le maire, Éric Munier (DVG), arrivé à l'hôtel de ville en 2014, suit cependant la Cour dans ses constats et estime que "cet équipement (...) n'aurait certes raisonnablement pas dû être réalisé compte tenu des difficultés financières de la commune, déjà connues lors de sa conception".

Mais il entend "mettre tout en œuvre pour atteindre l'objectif de le pérenniser".

Invité de France Info mercredi, le maire a clairement annoncé qu'il était "hors de question que cette piste de ski, qui est un bijou et la seule piste de ski indoor de France, ferme". Il se veut plus rassurant que le constat de la Cour des comptes: "On a un seuil d'équilibre que l'on peut atteindre dans les deux ans qui viennent, et on est bien parti pour, avec les chiffres d'affaires de 2014 et 2015".

Le chiffre d'affaires du Snowhall a connu en effet une amélioration ces deux dernières années. La dette de la structure est passée de 24 millions à 20 millions en 2014. "Nous avons été élus en 2014, nous avons pris immédiatement des mesures et elles portent leurs fruits", a déclaré Éric Munier sur France Info, pour qui la communication du Snowhall a été négligée trop longtemps.