Changer d'édition

Coup d'arrêt dans la recherche d'un vaccin
International 4 min. 09.09.2020

Coup d'arrêt dans la recherche d'un vaccin

La raison de l'arrêt : une suspicion d'un effet indésirable grave chez un participant au Royaume-Uni.

Coup d'arrêt dans la recherche d'un vaccin

La raison de l'arrêt : une suspicion d'un effet indésirable grave chez un participant au Royaume-Uni.
Photo: AFP
International 4 min. 09.09.2020

Coup d'arrêt dans la recherche d'un vaccin

Alors que le coronavirus a fait près de 900.000 morts dans le monde - dont un tiers en Amérique latine -, les essais cliniques d'un des vaccins expérimentaux les plus avancés contre le covid-19, développé par Oxford et AstraZeneca, ont été suspendus dans la nuit de mardi à mercredi.

(ASdN avec AFP) - Voilà un rare temps mort dans la course au vaccin. Pour élucider un éventuel effet indésirable grave chez un participant, le groupe pharmaceutique anglo-suédois AstraZeneca, partenaire industriel de l'université britannique Oxford, a annoncé une pause dans les essais mondiaux de son vaccin dans plusieurs pays, dont le Royaume-Uni et les Etats-Unis, après l'apparition d'une «maladie potentiellement inexpliquée» chez un volontaire. 

Les vaccinations seront stoppées jusqu'à ce qu'un comité indépendant évalue l'incident, dont aucun détail n'a été révélé, mais qui est probablement un effet secondaire important. Selon le site spécialisé Statnews, les essais ont été interrompus en raison «d'une suspicion d'un effet indésirable grave chez un participant au Royaume-Uni». 


Politik, Paulette Lenert, Wochenbericht, Zusammen gegen Covid-19  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Paulette Lenert attend vaccins et tests rapides
La ministre de la Santé envisage l'arrivée d'un sérum préventif d'ici la fin de l'année ou début 2021. Ses services réfléchissent déjà à une stratégie de vaccination. Tout comme le pays se prépare à l'achat de nouveaux tests de dépistage.

Pour David Lo, professeur à l'Université de California Riverside, «d'autres effets indésirables» ont déjà été signalés, «comme de la fièvre, des douleurs (..) donc cela pourrait être quelque chose de plus grave», a-t-il affirmé à l'AFP. «Les essais sont souvent suspendus temporairement lorsqu'un effet indésirable se manifeste chez un patient, pour que les chercheurs puissent informer» les sites où des essais sont également menés, a-t-il souligné. 

Des millions de doses

Cette pause dans les essais pourrait retarder l'un des projets occidentaux parmi les plus avancés, avec ceux des sociétés américaines Moderna et Pfizer, chacun étant en train de recruter des dizaines de milliers de volontaires afin de vérifier que les doses sont sûres, et empêchent les personnes vaccinées de tomber malades du covid-19. 

Les trois sociétés disaient jusqu'à présent espérer des résultats avant la fin de l'année ou le début de 2021, et ont commencé à fabriquer des millions de doses en avance au cas où ils seraient probants. AstraZeneca a prévendu des centaines de millions de doses à de multiples pays dans le monde, plus qu'aucun de ses concurrents. Impliqué, avec l'Argentine, dans la production et la distribution en Amérique latine de l'éventuel vaccin d'AstraZeneca, le Mexique a indiqué que son déploiement pourrait être retardé. 

La suspension d'essais cliniques «n'est pas un événement inhabituel... et par conséquent l'arrivée du vaccin pourrait être retardée dans la région», a affirmé Hugo Lopez Gatell, sous-secrétaire à la Santé du gouvernement en conférence de presse. 


(FILES) In this file photo Dr. Nita Patel, Director of Antibody discovery and Vaccine development, lifts a vial with a potential coronavirus, COVID-19, vaccine at Novavax labs in Gaithersburg, Maryland on March 20, 2020, one of the labs developing a vaccine for the coronavirus, COVID-19. - The Canadian government announced on August 31, 2020 a deal with American biotech firm Novavax for 76 million doses of its Covid-19 vaccine in development, if it proves to be effective against the new coronavirus. The NVX-CoV2373 vaccine candidate, which is currently in Phase 2 clinical trials to evaluate its safety and immunogenicity, could be delivered in the second quarter of 2021, Ottawa and the company said in a joint statement.
Procurement Minister Anita Anand said the deal "will give Canadians access to a promising COVID-19 vaccine candidate." (Photo by ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP)
Les USA parés à distribuer le vaccin anti-covid
Le gouvernement de Donald Trump prépare activement la distribution à grande échelle d'un éventuel vaccin contre le coronavirus d'ici le 1er novembre. Soit juste avant l'élection présidentielle.

Aux Etats-Unis, pays le plus endeuillé dans le monde, nombre d'experts craignent que le président américain Donald Trump ne fasse pression pour faire autoriser un vaccin contre le coronavirus avant la présidentielle du 3 novembre. Le républicain, candidat à sa réélection, a affirmé que son pays disposerait d'un vaccin «cette année». Son rival démocrate, Joe Biden, a expliqué lundi qu'il voudrait «voir ce qu'en disent les scientifiques», et les autorités sanitaires du pays ont assuré que le processus d'homologation d'un éventuel vaccin serait fondé sur les résultats scientifiques. 

Face à la polémique croissante, les patrons de neufs sociétés développant des vaccins ont voulu rassurer le grand public en signant un engagement commun à s'en remettre aux résultats des essais cliniques avant de demander une autorisation. 

Près de 900.000 morts

La concurrence fait rage pour mettre au point un vaccin. La Russie a annoncé début août avoir développé le «premier» vaccin contre le covid-19, dont plus d'un «milliard de doses» ont été précommandées par 20 pays étrangers, selon le Fonds souverain russe impliqué dans son financement. La pandémie a fait plus de 894.000 morts dans le monde et 27.421.340 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués depuis fin décembre, selon un bilan établi par l'AFP. La région Amérique latine et Caraïbes à elle seule enregistre plus de 300.000 morts et l'épidémie frappe particulièrement le Pérou avec plus de 30.000 décès.  


ARCHIV - 24.02.2020, Baden-Württemberg, Tübingen: Ein Mann pipettiert in einem Labor des biopharmazeutischen Unternehmens Curevac eine blaue Flüssigkeit. (zu dpa: «Nasdaq: Curevac-Börsengang für Freitag geplant») Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'UE réserve 225 millions de vaccins anti-covid
La Commission européenne a annoncé avoir réservé ces doses auprès du laboratoire allemand CureVac. Il s'agit du quatrième accord de ce type passé par l'Union européenne dans l'espoir de la découverte d'une formule préventive à l'infection.

L'Europe connaît un rebond du nombre de cas: la session du Parlement européen prévue la semaine prochaine à Strasbourg a été annulée en raison du risque sanitaire jugé trop élevé et se tiendra à Bruxelles. En France, plus de 6.500 cas nouveaux de covid-19 ont été comptabilisés au cours des dernières 24 heures, la Direction générale de la santé alertant sur «une nette dégradation de la situation». L'Espagne a elle dépassé la barre des 500.000 cas diagnostiqués. Et en Angleterre, les rassemblements de plus de six personnes (contre 30 actuellement) seront interdits à partir de lundi.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

55 nouveaux cas positifs ces dernières 24 heures
Alors que les contaminations sont près de quatre fois supérieures à celles annoncées lundi par le ministère de la Santé, 34 patients sont hospitalisés en ce début de semaine dont quatre en soins intensifs.
A nurse shows a negative coronavirus (COVID-19) test result after taking mucus from the nose and mouth of a staff member in Den Bosch on September 29, 2020. - Since the waiting times for regular coronavirus tests have increased, more and more companies are turning to commercial rapid tests. (Photo by ROB ENGELAAR / ANP / AFP) / Netherlands OUT
Paulette Lenert attend vaccins et tests rapides
La ministre de la Santé envisage l'arrivée d'un sérum préventif d'ici la fin de l'année ou début 2021. Ses services réfléchissent déjà à une stratégie de vaccination. Tout comme le pays se prépare à l'achat de nouveaux tests de dépistage.
Politik, Paulette Lenert, Wochenbericht, Zusammen gegen Covid-19  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le vaccin anti-grippe plus indispensable que jamais
De nombreux infectiologues craignent que la combinaison des épidémies de covid à celle attendue de la grippe ne provoque un engorgement des services de soins. Pour parer à ce risque, le ministère de la Santé luxembourgeois tente d'acheter 110.000 doses de sérum.
asdf