Changer d'édition

Colère, espoir et plaidoyers pour l'action à la COP25
International 4 min. 03.12.2019

Colère, espoir et plaidoyers pour l'action à la COP25

Les exhortations à agir pour sauver l'humanité qui subit les assauts du dérèglement climatique se sont multipliées lundi à Madrid à l'ouverture de la COP25

Colère, espoir et plaidoyers pour l'action à la COP25

Les exhortations à agir pour sauver l'humanité qui subit les assauts du dérèglement climatique se sont multipliées lundi à Madrid à l'ouverture de la COP25
Photo: AFP
International 4 min. 03.12.2019

Colère, espoir et plaidoyers pour l'action à la COP25

Vite et fort ! Les exhortations à agir pour sauver l'humanité qui subit les assauts du dérèglement climatique se sont multipliées lundi à Madrid à l'ouverture de la COP25, qui risque toutefois de décevoir les attentes.

(AFP) - Rapports alarmants des scientifiques, désobéissance civile de citoyens, défilés de jeunes par millions... Depuis un an, les pays signataires de l'accord de Paris sont la cible d'une pression sans précédent que résume le mot d'ordre de ces deux semaines de réunion: #TimeforAction. Le message a été martelé sur tous les tons dès l'ouverture de cette 25e conférence de l'ONU sur le climat qui va durer deux semaines.


En faisant respirer l'air vicié à des participants de la COP25, l'artiste espère les pousser à agir pour ne pas empirer le phénomène et protéger le climat.
Les bulles de pollution de la COP25
Une installation d'art propose aux visiteurs du sommet international pour le climat de respirer un air fortement pollué dans des structures aux allures futuristes. Le but : faire prendre conscience du danger sanitaire que représente l'altération de la qualité de l'air.

Le monde se trouve à un «tournant» et doit choisir entre l'«espoir» d'un monde meilleur en agissant maintenant de façon radicale, ou la «capitulation», a déclaré le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. «Voulons-nous vraiment rester dans l'histoire comme la génération qui a fait l'autruche, qui flânait pendant que le monde brûlait?», a-t-il lancé, accusateur, devant les représentants des quelque 200 pays signataires de l'accord de Paris, dont une quarantaine de chefs d'Etat et de gouvernement.

Dimanche déjà, dénonçant les engagements «totalement insuffisants» des Etats, il avait mis en garde contre «le point de non-retour» qui approche rapidement, appelant à mettre un terme à «notre guerre contre la planète».

Chaque degré compte

Quelques jours plus tôt, le Programme de l'ONU pour l'environnement (PNUE) portait un coup aux espoirs d'atteindre l'objectif idéal de l'accord de Paris de limiter le réchauffement à +1,5°C par rapport à l'ère préindustrielle. Il faudrait pour cela réduire les émissions de CO2 de 7,6% par an, chaque année dès l'an prochain et jusqu'à 2030. Alors que pour l'instant elles ne cessent d'augmenter.

Le monde a déjà gagné environ 1°C, entraînant une multiplication des catastrophes climatiques. Et chaque degré supplémentaire va augmenter exponentiellement l'ampleur des dérèglements. Or au rythme actuel, la température pourrait grimper jusqu'à 4 ou 5°C d'ici à la fin du siècle. Et même si les Etats respectent leurs engagements actuels, la hausse du mercure pourrait dépasser 3°C. «Ce qui manque toujours, c'est la volonté politique», a déploré Antonio Guterres, insistant sur la nécessité d'arrêter les subventions aux énergies fossiles et les constructions de centrales à charbon, ou encore de donner un prix au carbone.

L'Europe a beaucoup à dire dans ce combat

Ce dernier point est d'ailleurs un des points difficiles de négociations de cette COP, qui doit mettre en place des règles de nouveaux marchés carbone internationaux. Dans le viseur principalement de M. Guterres, les pays les plus émetteurs de CO2, «qui ne font pas leur part». Ni la Chine, ni le Japon, ni le Canada, ni l'Inde n'étaient représentés au plus haut niveau lundi.

Quant aux Etats-Unis, qui viennent de confirmer leur retrait de l'accord de Paris l'an prochain, ils ont envoyé une simple diplomate. La présence de la démocrate américaine Nancy Pelosi, influente présidente de la Chambre des représentants, a été d'autant plus remarquée. Les Américains sont «toujours là», a-t-elle assuré.

Les Américains sont «toujours là», a affirmé Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants à Washington
Les Américains sont «toujours là», a affirmé Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants à Washington
Photo: AFP

Dans ce contexte, l'Union européenne, présente en force, était très attendue. «A un moment marqué par le silence de certains, l'Europe a beaucoup à dire dans ce combat», a commenté le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, qui accueillait la réunion au pied levé après la défection du Chili. «Parce que nos sociétés le réclament (...) mais aussi pour des raisons de justice historique: l'Europe a mené la révolution industrielle et le capitalisme fossile, elle doit mener la décarbonation», a insisté M. Sanchez.

Les défenseurs de la planète espèrent que lors du sommet européen des 12 et 13 décembre, l'UE pourrait s'entendre sur l'objectif de neutralité carbone d'ici 2050. Mais même dans ce cas, il faudra encore attendre 2020 pour que l'UE présente une révision de ses ambitions à plus court terme. Cette COP était d'ailleurs vouée à décevoir ceux qui appellent à une action immédiate, tous les Etats étant focalisés sur celle de fin 2020 à Glasgow (Royaume-Uni) où ils doivent présenter une révision de leurs engagements, comme prévu par l'accord de Paris.

«Couloir de la mort»

Ainsi, pour Laurence Tubiana, architecte du pacte climatique de 2015, la COP25 serait déjà un «succès» si «un grand nombre de pays disaient oui, nous serons là l'an prochain avec de nouveaux engagements pour 2030 et une stratégie 2050 en ligne avec l'accord de Paris». Aujourd'hui, seuls 68 pays se sont engagés à revoir à la hausse leurs engagements de réduction d'émissions de CO2 en 2020, avant la COP26 à Glasgow. Mais ils ne représentent que 8% des émissions mondiales, selon les experts.

Les pays du Sud ont aussi fait entendre leur voix, réclamant de l'aide pour faire face aux désastres. «Les atolls les plus vulnérables comme mon pays sont déjà dans le couloir de la mort», a souligné à distance Hilda Heine, la présidente des Iles Marshall menacées par la montée des eaux. Vu l'ampleur des réformes nécessaires partout dans le monde pour réduire les émissions, qui risquent d'aggraver les inégalités sociales, la question de la transition « juste » était également sur toutes les lèvres. «Les crises sociale et environnementale sont (...) les deux faces d'une même pièce», a résumé la ministre chilienne de l'Environnement Carolina Schmidt, présidente de cette COP25. 


Sur le même sujet

Les bulles de pollution de la COP25
Une installation d'art propose aux visiteurs du sommet international pour le climat de respirer un air fortement pollué dans des structures aux allures futuristes. Le but : faire prendre conscience du danger sanitaire que représente l'altération de la qualité de l'air.
En faisant respirer l'air vicié à des participants de la COP25, l'artiste espère les pousser à agir pour ne pas empirer le phénomène et protéger le climat.
La planète dévastée, et ce n'est que le début
Records de chaleur, multiplication des catastrophes météo, fonte des glaces, déclin de la nature: les preuves de l'impact dévastateur des activités humaines sur la planète s'accumulent, attestant de l'urgence à agir, en particulier contre le dérèglement climatique.
Les signataires de l'accord de Paris sur le climat se réunissent à partir de lundi à Madrid pour la COP25
L'urgence climatique déclarée par le Parlement européen
Les eurodéputés viennent de décréter l'urgence climatique et environnementale, un vote symbolique pour maintenir la pression sur les dirigeants de l'UE à l'approche de la COP25 sur le climat et avec l'arrivée d'un nouvel exécutif européen.
(FILES) This file photo taken on June 9, 2015,  shows smoke billowing from the refinery of the Pond of Berre in Marignane. - The world must slash its emissions of planet-warming greenhouse gases by 7.6 percent every year to 2030 or miss the chance to avert devastating climate change, the United Nations said on November 26, 2019. In its annual Emissions Gap report, the UN's Environment Programme said anything short of a drastic and immediate drawdown in fossil fuel use worldwide would put the Paris treaty temperature cap of 1.5C "out of reach". (Photo by Boris HORVAT / AFP)
Pas d'avancées concrètes pour le climat à l'ONU
La Suédoise Greta Thunberg, symbole international de la conscience climatique de la jeunesse, s'est heurtée lundi aux réalités de la diplomatie mondiale, son discours brut à la tribune de l'ONU n'ayant pas suscité l'impulsion recherchée chez les dirigeants réunis.
NEW YORK, NY - SEPTEMBER 23: U.S. President Donald Trump (C) speaks at a meeting meeting on religious freedom at United Nations (U.N.) headquarters on September 23, 2019 in New York City. While hundreds of world leaders gather for the climate summit during the U.N. General Assembly, President Trump chose to skip the event in favor of his own meeting on religious freedom and persecution.   Drew Angerer/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
«L'UE doit réduire ses émissions de gaz de 80%»
Greta Thunberg, militante suédoise de 16 ans, a une nouvelle fois interpellé les politiques sur l'urgence climatique, jeudi matin à Bruxelles. Elle appelle l'UE à doubler ses objectifs de réductions de gaz à effet de serre, tout en prônant une refonte du système économique.
Swedish 16-years-old climate activist Greta Thunberg delivers a speech during a meeting at the Civil Society For rEUnaissance at the EU Charlemagne Building in Brussels on February 21, 2018. (Photo by Aris Oikonomou / AFP)
Climat: l'accord de Paris sur les rails
La communauté internationale a doté samedi l'accord de Paris des outils qui lui donneront vie, mais sans s'engager à faire plus et plus vite contre le réchauffement climatique malgré l'urgence et les catastrophes qui se déchaînent à travers le monde.
La décision finale de la COP se limite de fait à «répéter la demande de mise à jour» des engagements d'ici 2020, déjà formulée dans l'accord de Paris. Elle «insiste sur l'urgence d'une ambition accrue», sans calendrier.