Changer d'édition

Colère de Matteo Renzi contre l'abandon des quotas obligatoires
International 3 min. 26.06.2015 Cet article est archivé
Asile

Colère de Matteo Renzi contre l'abandon des quotas obligatoires

Xavier Bettel en pleine discussion avec Matteo Renzi
Asile

Colère de Matteo Renzi contre l'abandon des quotas obligatoires

Xavier Bettel en pleine discussion avec Matteo Renzi
AFP
International 3 min. 26.06.2015 Cet article est archivé
Asile

Colère de Matteo Renzi contre l'abandon des quotas obligatoires

Le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, a piqué un coup de sang jeudi soir contre ses homologues européens durant un débat consacré aux migrants, pour obtenir leur engagement de prendre en charge 40.000 demandeurs d'asile arrivés en Italie et en Grèce.

(AFP) - Le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, a piqué un coup de sang jeudi soir contre ses homologues européens durant un débat consacré aux migrants, pour obtenir leur engagement de prendre en charge 40.000 demandeurs d'asile arrivés en Italie et en Grèce, selon le récit fait par un participant.

"Ou vous êtes solidaires, ou vous ne nous faites pas perdre notre temps", a-t-il lancé, selon le récit de son coup de sang fait à la presse au sommet des 28 qui se tient jusqu'à vendredi à Bruxelles.

L'absence de consensus sur la proposition d'imposer des quotas pour la répartition sur deux ans de 40.000 demandeurs d'asile arrivés en Italie et en Grèce depuis le 15 avril, afin de soulager ces deux pays, a déclenché la colère du chef du gouvernement italien.

Des débats extrêmement tendus

Les débats ont duré plusieurs heures et ont été très tendus, car plusieurs pays d'Europe centrale --Pologne, Hongrie, République Tchèque et Slovaquie-- ont voulu que cette répartition se fasse de manière volontaire.

"Le mot volontaire n'est pas dans les conclusions" du sommet, s'est félicité Matteo Renzi.

L'accord stipule que les dirigeants de l'UE "donnent leur accord à la relocalisation sur deux ans de 40.000 personnes arrivées en Italie et en Grèce et ayant besoin d'une protection provisoire, et à la réinstallation de 20.000 réfugiés". Il n'impose aucune obligation, contrairement à ce que demandait la Commission européenne, mais la formule vaut engagement contraignant, a-t-on expliqué de source européenne.

Le chef du gouvernement italien a été contraint de refuser deux projets de conclusions au cours des débats, a-t-on appris de sources diplomatiques.

"La discussion a été longue et a connu des moments de tension bien légitimes", a reconnu le président français François Hollande.

Interrogé par l'AFP sur son coup de colère, Matteo Renzi a assuré, en français, être "un homme très tranquille".

"J'ai seulement dit que si l'Europe est un lieu ou nous ne parlons que de budget, ce n'est pas l'Europe à laquelle nous avons pensé lorsque nous l'avons créée en 1957 à Rome", a-t-il ajouté.

Juncker: "L'Europe n'est pas à la hauteur des principes qu'elle déclame"

"Vu l'ampleur du phénomène, donner une perspective de vie à 60.000 personnes est un effort modeste. Cela prouve que l'Europe n'est pas à la hauteur des principes qu'elle déclame", a déploré le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, dépité par les modifications imposées à ses recommandations.

Plus de 100.000 personnes sont clandestinement entrées dans l'UE depuis le début de l'année par la Méditerranée ou par la Turquie, selon l'agence européenne Frontex. Plus de 60.000 sont arrivées en Italie après une périlleuse traversée de la Méditerranée.

"La France prendra sa part" de l'effort pour aider l'Italie et la Grèce, débordées par les flux de migrants, a assuré François Hollande. Mais il n'a mentionné aucun chiffre. La répartition proposée par la Commission aurait imposé à la France de prendre en charge 9.000 réfugiés et demandeurs d'asile sur deux années.

La contrepartie de cette solidarité sera un durcissement des conditions d'accueil des migrants avec la création de centre de tri en Italie et en Grèce pour "identifier et faire la distinction entre les prétendants au droit d'asile et les migrants économiques", a expliqué François Hollande.

Les déboutés du droits d'asile devront être raccompagnés dans leur pays d'origine, ce qui va imposer la négociation d'accords de réadmission. Un nouveau mandat et des moyens supplémentaires seront donnés à Frontex pour raccompagner ces migrants.

Selon la Commission européenne, 34% seulement des personnes en situation irrégulière ont été renvoyées de l'UE en 2014.


Sur le même sujet

Les ministres de l'Intérieur des 28 ont lancé jeudi à Sofia la dernière ligne droite de la réforme du système d'asile européen, un chantier prioritaire pour l'UE mais qui reste paralysé par de profondes divisions sur les quotas d'accueil de réfugiés.
Des enfants jouant avec un chien dans un centre de réfugiés de Gaza.
Deux ans après l'entrée en vigueur du plan de relocalisation de 120.000 réfugiés arrivés en Grèce et en Italie, voté par la Commission européenne, l'heure est au bilan. Le Luxembourg tiendra son engagement de relocalisation de 557 demandeurs d'asile d'ici la fin de l'année.
Le Hall 6 de Luxexpo en novembre 2016
Protection internationale
29 demandeurs de protection internationale ont été accueillis au Luxembourg ce jeudi. Ces 15 adultes et 14 enfants viennent de Grèce. 557 demandeurs d'asile au total doivent être hébergés au Luxembourg d'ici à la fin 2017.
15 adultes et 14 enfants demandeurs de protection internantionale sont arrivés jeudi de Grèce
Dans la crise des réfugiés, les pays membres de l'Union européenne ont engagé entre eux "une spirale négative" visant à décourager les demandeurs d'asile de venir chez eux, regrette le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.
Jean-Claude Juncker à Bruxelles, le 27 janvier 2016
L'UE tient dans l'urgence dimanche à Bruxelles un mini-sommet avec les pays européens les plus exposés à l'afflux de migrants qui transitent par les Balkans, afin de juguler "collectivement" cette crise sans précédent.
Migrants wait to enter a registration camp in Presevo, Serbia October 25, 2015. Europe's chief executive Jean-Claude Juncker will on Sunday meet with leaders from central and eastern Europe to push for a coordinated response to the influx of refugees before winter sets in. Juncker, who heads the European Commission, has called leaders of Austria, Bulgaria, Croatia, Macedonia, Germany, Greece, Hungary, Romania, Serbia and Slovenia, plus refugee organizations involved, to attend the meeting in Brussels.  REUTERS/Ognen Teofilovski