Changer d'édition

Climat et environnement s’invitent de nouveau en Belgique
International 4 min. 10.03.2021 Cet article est archivé

Climat et environnement s’invitent de nouveau en Belgique

Climat et environnement s’invitent de nouveau en Belgique

International 4 min. 10.03.2021 Cet article est archivé

Climat et environnement s’invitent de nouveau en Belgique

Un projet de loi conditionnant la fermeture des centrales nucléaires poursuit son bonhomme de chemin.

De notre correspondant, Max Helleff (Bruxelles) - Les marches pour le climat ont été stoppées par la crise sanitaire. Mais il y a du neuf : dimanche, une centaine de rassemblements se tiendront un peu partout dans le pays, à la veille de l’ouverture d’un procès très attendu dans le cadre de «L’Affaire Climat». Chaque participant sera vêtu de noir et d’un col blanc, une tenue symbolisant la toge de l’avocat climatique.

Ce procès fait suite à l’action menée depuis 2014 par un groupe citoyen qui accuse l’Etat belge de ne pas respecter ses objectifs climatiques. Au total, 62.073 personnes sont aujourd’hui codemandeuses ou partisanes de l’Affaire Climat, laquelle est donc jugée à partir du 16 mars dans les anciens locaux de l’Otan, à Haeren (Bruxelles).


Un vent de discorde entre la Belgique et la France
L’implantation d’un parc éolien au large de Dunkerque menace de boucher l’horizon de certaines stations balnéaires belges.

Voilà qui devrait contribuer à ramener le climat et l’environnement à l’avant-plan de l’actualité. L’Affaire Climat a le mérite d’être plus visible, mais aussi plus compréhensible, que les tribulations du système d’enchères censé permettre à la Belgique de garantir son approvisionnement énergétique lorsque ses centrales nucléaires seront progressivement mises à l’arrêt, entre 2022 et 2025. 

Et pourtant, ce qu’on nomme le «mécanisme de rémunération de capacité» (CRM) est indispensable pour inscrire le pays dans la transition énergétique. Déposé par la ministre fédérale de l’Energie, l’écologiste flamande Tinne Van der Straeten, le projet de loi qui l’encadre vient précisément d’être adopté en deuxième lecture en commission de la Chambre, majorité contre opposition.

On a cru d’abord que la majorité gouvernementale allait se déchirer sur cette question. Les libéraux francophones de Georges-Louis Bouchez sont en effet divisés sur l’opportunité d’abandonner l’atome. L’ex-ministre de l’Energie Marie-Christine Marghem s’est pourtant ralliée au vote, «par solidarité avec la majorité». L’opposition conjointe des communistes francophones du PTB et des nationalistes flamands de la N-VA et du Vlaams Belang (extrême droite) n’a donc pu renverser la vapeur.


(FILES) This file photo taken on April 20, 2015 shows cooling towers of the nuclear power plant in Saint-Laurent-Nouan, central France. - The French Nuclear Safety Authority (ASN) on February 25, 2021 paved the way for the continued life of France's oldest reactors, 40 to 50 years old, enjoining French electricity company EDF to carry out work to improve their safety. (Photo by GUILLAUME SOUVANT / AFP)
Engie menace de débrancher la Belgique
L’énergéticien français fait monter la pression à moins de quatre ans de la fin programmée de l’atome belge.

Le mécanisme de rémunération de capacité aura pour objectif de fournir au pays l’approvisionnement adéquat en électricité. Il devra gérer la demande, mais aussi la production électrique via la construction de nouvelles centrales au gaz. Et il veillera à ne pas répercuter son propre coût sur la facture du consommateur final.

Lorsqu’elle faisait partie de l’ancien gouvernement Michel, la N-VA de Bart De Wever avait ferraillé dur pour que la note d’électricité de chaque ménage n’augmente pas. Il faisait de cette inflation potentielle un obstacle à la fermeture des centrales nucléaires. L’actuel gouvernement De Croo sait donc qu’il sera attendu au tournant, cette question étant des plus sensibles.

Fermeture prévue en 2022

Pour l’heure, la ministre Van der Straeten est confortée dans son action. Au point de déclarer que «dans tous les cas, cinq des sept réacteurs nucléaires seront fermés dans les années à venir : ils sont trop vieux, présentent des fissures ou nécessitent d’énormes investissements de sécurité de plus d’un milliard d’euros qui ne sont pas rentables.»

En novembre 2020, Engie a annoncé son intention d’arrêter ses projets liés à une prolongation du nucléaire belge. Il l’a réitérée depuis. Le groupe français s’engage toutefois à maintenir ses activités liées au renouvelable et au gaz.

Si le calendrier est maintenu, le premier réacteur fermera à l’automne 2022. La Belgique recourra alors au renouvelable, aux centrales au gaz et à des connexions avec les pays voisins pour se fournir en électricité. Mais rien ne dit que d’ici là, le dossier nucléaire ne s’offrira pas quelques rebondissements.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Commission européenne approuve un mécanisme susceptible de favoriser la construction de centrales au gaz pour compenser la fin de l'atome en Belgique. Hic : ces équipements sont de gros émetteurs de CO2. Un mal pour bien?
Cyclists ride past cooling towers at a power station on the outskirts of Beijing Wednesday Aug. 4, 2004. China is facing its worst energy shortage in decades, with the electricity shortfall expected to hit 30 million kilowatts.  With blackouts and brownouts affecting many provinces China's government has ordered emergency shipments of coal by road and waterways to help make up the shortfall. (AP Photo/Greg Baker)
Alors que le déficit public atteint un niveau abyssal, le royaume semble incapable de fixer le train de réformes de l’après-covid.
A picture shows the Manneken Pis wearing a mouth mask, in Brussels, on May 11, 2020 as Belgium goes into its ninth week of confinement due to the COVID-19 pandemic. (Photo by THIERRY ROGE / BELGA / AFP) / Belgium OUT