Changer d'édition

Climat de «nouvelle Guerre froide» à l'ONU
International 4 min. 23.09.2020

Climat de «nouvelle Guerre froide» à l'ONU

Le président américain Donald Trump accuse Pékin d'avoir laissé le «virus chinois infecter le monde».

Climat de «nouvelle Guerre froide» à l'ONU

Le président américain Donald Trump accuse Pékin d'avoir laissé le «virus chinois infecter le monde».
Photo: AFP
International 4 min. 23.09.2020

Climat de «nouvelle Guerre froide» à l'ONU

Les Etats-Unis de Donald Trump et la Chine de Xi Jinping se sont vivement affrontés mardi à l'Assemblée générale des Nations Unies. Le président américain accusant le pays asiatique d'être à l'origine de la pandémie mondiale de coronavirus.

(AFP) -  «Les Nations unies doivent tenir la Chine pour responsable de ses actes» au début du covid-19, a lancé le président américain à l'ouverture de cette grand-messe diplomatique annuelle, virtuelle en raison de la crise sanitaire. Il a accusé la puissance rivale d'avoir laissé le «virus chinois», une formule qui suscite l'ire de Pékin, «infecter le monde». «Le gouvernement chinois et l'Organisation mondiale de la santé, qui est quasiment contrôlée par la Chine, ont déclaré à tort qu'il n'existait pas de preuve de transmission humaine», a-t-il déploré dans une vidéo enregistrée, justifiant ainsi le retrait des Etats-Unis de cette agence de l'ONU.

Le milliardaire républicain, dont la gestion du covid-19, très contestée, pèse sur ses chances de réélection à l'élection du 3 novembre, a promis de «distribuer un vaccin» et «mettre fin à la pandémie» pour entrer «dans une nouvelle ère inédite de prospérité, de coopération et de paix». Lors d'un discours également pré-enregistré, le président chinois Xi Jinping a souligné que «la Chine n'avait pas l'intention d'entrer dans une Guerre froide». Sans citer Washington, il a mis en garde contre «le piège d'un choc des civilisations», appelant à ne pas «politiser» la lutte contre le coronavirus.

Le président chinois Xi Jinping a souligné que «la Chine n'avait pas l'intention d'entrer dans une Guerre froide»
Le président chinois Xi Jinping a souligné que «la Chine n'avait pas l'intention d'entrer dans une Guerre froide»
Photo: AFP

Son ambassadeur à l'ONU Zhang Jun s'est ensuite chargé de «rejeter» sèchement les «accusations infondées» de Donald Trump. «Au moment où la communauté internationale se bat vraiment durement contre le covid-19, les Etats-Unis propagent un virus politique ici à l'Assemblée générale», a-t-il déclaré à des médias. «Si quelqu'un doit être tenu pour responsable, ce sont les Etats-Unis pour avoir perdu tant de vies avec leur attitude irresponsable», a-t-il ajouté, alors que le bilan de la maladie a atteint mardi les 200.000 morts dans ce pays. L'affrontement à distance s'est poursuivi sur le terrain climatique.

Connu pour son climatoscepticisme, Donald Trump a critiqué «ceux qui attaquent le bilan environnemental exceptionnel de l'Amérique tout en fermant les yeux sur la pollution endémique de la Chine». Réponse cinglante de l'ambassadeur chinois: «Les Etats-Unis devraient être les derniers à s'exprimer au sujet du changement climatique», «ce sont eux qui sont sortis de l'accord de Paris». Xi Jinping a là aussi voulu jouer les bons élèves, en fixant pour première fois un objectif de neutralité carbone - en 2060 - pour son pays, premier émetteur de gaz à effet de serre de la planète.

Photo: AFP

Face à des relations internationales électriques, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres avait lancé en début de séance un avertissement inquiet contre une «grande fracture» entre les «deux plus grandes économies». Le monde doit tout faire «pour éviter une nouvelle Guerre froide», a-t-il martelé, parmi les seuls à s'exprimer à la tribune d'un hémicycle clairsemé au siège de l'ONU à New York. Le monde «ne peut pas se résumer à la rivalité entre la Chine et les Etats-Unis», lui a fait écho le président français Emmanuel Macron. «Nous ne sommes pas collectivement condamnés à un pas de deux qui, en quelque sorte, nous réduirait à n'être que les spectateurs désolés d'une impuissance collective», a-t-il voulu croire.

Au premier jour de l'Assemblée générale, qui doit durer une semaine avec des interventions de 193 pays, plusieurs d'entre eux ont déploré «l'unilatéralisme» persistant de Donald Trump, qui a paru plus isolé que jamais ces derniers jours en proclamant le retour des sanctions onusiennes anti-Iran. La France et ses alliés européens ne vont «pas transiger» sur leur refus de soutenir Washington sur ce terrain, a prévenu Emmanuel Macron, tandis que son homologue iranien Hassan Rohani a prédit que le vainqueur de la présidentielle américaine n'aurait «pas d'autre choix que de céder» face à Téhéran, qui réclame la levée des sanctions américaines.

L'Assemblée générale qui s'est ouverte est sans précédent: aucun dirigeant n'a fait le déplacement à New York
L'Assemblée générale qui s'est ouverte est sans précédent: aucun dirigeant n'a fait le déplacement à New York
Photo: AFP

L'Assemblée générale qui s'est ouverte est sans précédent. Aucun dirigeant n'a fait le déplacement - un contraste saisissant avec les années précédentes qui voyaient plus de 10.000 personnes converger vers le quartier des Nations unies. Plusieurs diplomates déplorent à l'unisson: sans bilatérales, sans «diplomatie sous la table», comment trouver des compromis sur les conflits, améliorer les relations entre pays? En 1945, l'ONU avait été créée pour que plus jamais le monde ne connaisse de conflit à l'échelle du globe. Une troisième guerre mondiale ne s'est pas produite mais la pandémie a mis à genoux la planète avec près d'un million de morts depuis fin décembre et un impact économique et social dévastateur.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les vaccins argument de campagne aux Etats-Unis
Le futur sérum pour lutter contre le covid-19 est plus que jamais un dossier important en vue de la présidentielle outre-Atlantique alors que l'ONG Oxfam accuse dans un rapport les pays riches d'avoir réservé plus de la moitié des doses à venir au détriment du reste du monde.
Capped vials are being pictured during filling and packaging tests for the large-scale production and supply of the University of Oxford�s COVID-19 vaccine candidate, AZD1222, conducted on a high-performance aseptic vial filling line on September 11, 2020 at the Italian biologics� manufacturing facility of multinational corporation Catalent in Anagni, southeast of Rome, during the COVID-19 infection, caused by the novel coronavirus. - Catalent Biologics� manufacturing facility in Anagni, Italy will serve as the launch facility for the large-scale production and supply of the University of Oxford�s Covid-19 vaccine candidate, AZD1222, providing large-scale vial filling and packaging to British-Swedish multinational pharmaceutical and biopharmaceutical company AstraZeneca. (Photo by Vincenzo PINTO / AFP)
La Chine lance une sonde vers la planète rouge
Pékin à l'assaut de Mars: le géant asiatique a lancé jeudi une sonde qui va parcourir un long voyage jusqu'à la planète rouge, en pleine rivalité diplomatique et technologique avec les Etats-Unis.
A Long March-5 rocket, carrying an orbiter, lander and rover as part of the Tianwen-1 mission to Mars, lifts off from the Wenchang Space Launch Centre in southern China's Hainan Province on July 23, 2020. (Photo by Noel CELIS / AFP)
Trump met fin au statut spécial de Hong Kong
Le président américain accentue la pression sur la Chine, après avoir annoncé mardi la fin du régime économique préférentiel accordé par les Etats-Unis à l'ex-colonie britannique. Une nouvelle loi ouvre en effet la voie à des sanctions contre la répression dans le territoire chinois.
US President Donald Trump gestures as he delivers a press conference in the Rose Garden of the White House in Washington, DC, on July 14, 2020. (Photo by JIM WATSON / AFP)
L'Europe entend dissiper ses divergences avec la Chine
Européens et Chinois organisent lundi un sommet en visioconférence pour tenter de redéfinir leur partenariat et préparer une réunion extraordinaire de leurs dirigeants, dont le point d'orgue sera la signature d'un accord sur la protection des investissements.
ARCHIV - 10.03.2020, Belgien, Brüssel: Ursula von der Leyen, Präsidentin der Europäischen Kommission, spricht während einer Pressekonferenz nach dem Treffen der Europäischen Kommissare im EU-Hauptquartier. Ursula von der Leyen hat dafür geworben, die Europäische Union für neue Krisen besser zu wappnen. (zu dpa «Von der Leyen vor Jahrestag: EU muss krisenfester werden») Foto: Etienne Ansotte/European Commission/dpa - ACHTUNG: Nur zur redaktionellen Verwendung und nur mit vollständiger Nennung des vorstehenden Credits +++ dpa-Bildfunk +++
Xi Jinping promet un vaccin contre le covid
Accusée par l'administration Trump d'avoir tardé à réagir, la Chine a promis lundi par la voix de son président de partager un éventuel vaccin et d'allouer 2 milliards de dollars au combat mondial contre la maladie.
This video grab taken on May 18, 2020 from the website of the World Health Organization shows Chinese President Xi Jinping delivering a speech via video link at the opening of the World Health Assembly virtual meeting from the WHO headquarters in Geneva, amid the COVID-19 pandemic, caused by the novel coronavirus. - The World Health Organization on May 18 kicked off its first ever virtual assembly, but fears abound that US-China tensions could derail the strong action needed to address the COVID-19 crisis. (Photo by - / World Health Organization / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / WORLD HEALTH ORGANIZATION" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Trump veut demander des comptes à la Chine
Le président américain a évoqué la possibilité de demander à Pékin de payer des milliards de dollars de réparations pour les dommages causés par le nouveau coronavirus, apparu dans la ville chinoise de Wuhan.
US President Donald Trump speaks during a news conference on the novel coronavirus, COVID-19, in the Rose Garden of the White House in Washington, DC on April 27, 2020. (Photo by MANDEL NGAN / AFP)
Trump annonce la «suspension» de l'immigration
Le président américain entend «protéger les emplois» des Américains face à la crise économique provoquée par le coronavirus. Les Etats-Unis comptent aujourd'hui plus de 22 millions de chômeurs.
US President Donald Trump (R) takes questions from reporters during the daily briefing on the novel coronavirus, COVID-19, in the Brady Briefing Room of the White House in Washington, DC on April 20, 2020. (Photo by MANDEL NGAN / AFP)
Trump coupe les vivres de l'OMS
La pandémie de coronavirus tue toujours quotidiennement des milliers de personnes, mais le président américain a mis à exécution sa menace en suspendant la contribution américaine à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), au moment où le déconfinement s'enclenche timidement en Europe.
US President Donald Trump speaks during the daily briefing on the novel coronavirus, which causes COVID-19, in the Rose Garden of the White House on April 14, 2020, in Washington, DC. (Photo by MANDEL NGAN / AFP)
Trump interdit aux Européens d'entrer aux Etats-Unis
Le président américain a annoncé, mercredi, la suspension pour trente jours de l'entrée aux Etats-Unis des voyageurs ayant récemment séjourné en Europe. Deux exceptions : pour les citoyens US et ceux du Royaume-Uni
US President Donald Trump addresses the Nation from the Oval Office about the widening novel coronavirus (Covid-19) crisis in Washington, DC on March 11, 2020. - President Donald Trump announced on March 11, 2020 the United States would ban all travel from Europe for 30 days starting to stop the spread of the coronavirus outbreak. "To keep new cases from entering our shores, we will be suspending all travel from Europe to the United States for the next 30 days. The new rules will go into effect Friday at midnight," Trump said in an address to the nation. (Photo by Doug Mills / POOL / AFP)