Changer d'édition

Circuler à Bruxelles devrait devenir payant
International 2 min. 28.08.2019 Cet article est archivé

Circuler à Bruxelles devrait devenir payant

La ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt est déterminée à accélérer le processus d'une taxation kilométrique intelligente à Bruxelles-Capitale

Circuler à Bruxelles devrait devenir payant

La ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt est déterminée à accélérer le processus d'une taxation kilométrique intelligente à Bruxelles-Capitale
Photo: Shutterstock
International 2 min. 28.08.2019 Cet article est archivé

Circuler à Bruxelles devrait devenir payant

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Alors que ses collègues wallon et flamand tergiversent, la ministre de la Mobilité de la région de Bruxelles-Capitale, Elke Van den Brandt (Groen) a annoncé l'instauration d'une taxation kilométrique. Aucune date d'entrée en vigueur n'a été donnée.

Pour répondre à «l'urgence climatique, sanitaire et de sécurité, ainsi qu'au stress lié à la mobilité», le gouvernement régional de Bruxelles-Capitale a annoncé mercredi l'instauration d'une taxe kilométrique. 

Avare en détails, la ministre bruxelloise de la Mobilité, Elke Van den Brandt (Groen), n'a levé le voile, ni sur une date précise de mise en service -  «dans les cinq ans» -, ni sur le périmètre exact concerné. Celui-ci pourrait s'étendre sur la totalité de la région bruxelloise ou simplement l'hypercentre de la capitale, autour du quartier européen. 

La logique de l'usage

Techniquement, le système reposera sur les quelque 2.000 caméras de surveillance ANPR, dites intelligentes car capables d’identifier les plaques d’immatriculation en continu. Ces équipements ont déjà été installés dans la zone basse émission. Soit là où la circulation est interdite aux véhicules les plus polluants, depuis le 1er janvier 2018.

Certitude par contre: cette nouvelle mesure épouse la logique d'une taxation davantage basée sur l'utilisation, que sur la possession d'un véhicule. 

«Si la Flandre et la Wallonie ne bougent pas et ne participent pas au système, cela aura un impact», déplore la ministre bruxelloise. Tous les usagers de la route non bruxellois risquent même de devenir les dindons de la farce bruxelloise. 

En effet, l'élue envisage de diminuer les taxes de mise en circulation et de circulation pour les seuls administrés bruxellois, les autres conducteurs belges devant s'acquitter pleinement de ces impôts régionaux.

Londres en précurseur

Rappelons que le gouvernement wallon s'est jusqu'ici positionné contre toute taxe au kilomètre pour régler la mobilité des citoyens.


Péages contre la pollution en ville: les résultats en Europe
En Europe, certaines grandes villes ont installé des péages et/ou des zones à faibles émissions pour réduire le nombre de voitures et améliorer la qualité de l'air. Ça a marché.

La capitale belge emprunterait alors le sillage de son homologue britannique, Londres, familière du système de péage urbain depuis 2003 déjà.

De l'autre côté de la Manche, en avril 2019, la taxe ULEZ («Ultra low emission zone») a remplacé la «toxic charge» ou «T-Charge» créée en octobre 2017. Elle s'ajoute à la «congestion charge» que payent depuis 16 ans les automobiles circulant dans le cœur de Londres, entre 7h et 18h du lundi au vendredi.

«Un péage urbain en dernier recours»

Côté luxembourgeois, si aucune taxe kilométrique n'est prévue, le ministre de la Mobilité, François Bausch (Déi Gréng) «n'envisage le péage urbain que si les transports en commun permettant de rejoindre la ville et de s'y déplacer sont véritablement efficaces».

Et de justifier ainsi sa position: «Avec l'offre de transports en commun qui sera disponible à terme au Luxembourg (tram, bus, train), la mobilité alternative devrait prendre un essor important. Mais si nous constatons que trop de personnes continuent à utiliser leur voiture individuelle pour rejoindre Luxembourg, nous pourrons alors envisager la mise en place d'un péage urbain, en dernier recours.»


Sur le même sujet

Véhicules diesel: Bruxelles plaide pour des péages urbains
La commissaire européenne aux Transports a plaidé mercredi dans la presse allemande pour l'introduction de péages urbains pour les véhicules diesel en Europe, afin d'éviter le recours à des interdictions de circulation jugées «frustrantes».
Le nombre de véhicules roulant au gazole a rapidement augmenté en Europe depuis les années 1990 par rapport à ceux fonctionnant à l'essence, et représente désormais près de la moitié de la flotte.
Taxe kilométrique en Belgique: Conséquences des blocages au Luxembourg: Bausch intervient
Les blocages des transporteurs routiers qui manifestent contre la nouvelle taxe kilométrique en Belgique doivent être levés par la police a annoncé le ministre de l'Intérieur belge. Craignant les conséquences de cette crise qui dure, sur l'économie luxembourgeoise et l'approvisionnement en général, François Bausch, le ministre des Transports est intervenu auprès des gouvernements belges.
Les routiers ont continué à bloquer ce mercredi l'E411 en direction du Luxembourg. Au total une vingtaine de barrages étaient recensés mercredi par la police.