Changer d'édition

Cinq points à retenir du second tour
International 3 min. 20.06.2022
Législatives françaises

Cinq points à retenir du second tour

Réélue haut la main dans le Pas-de-Calais, Marine Le Pen pourrait disposer de 80 à 95 députés, soit dix à quinze fois plus d'élus qu'actuellement.
Législatives françaises

Cinq points à retenir du second tour

Réélue haut la main dans le Pas-de-Calais, Marine Le Pen pourrait disposer de 80 à 95 députés, soit dix à quinze fois plus d'élus qu'actuellement.
Photo: AFP
International 3 min. 20.06.2022
Législatives françaises

Cinq points à retenir du second tour

Deux mois après la réélection d'Emmanuel Macron, le camp du président français a perdu, ce dimanche, la majorité présidentielle. Voici cinq choses à retenir du scrutin de l'élection des 577 députés.

Il n'y avait pas foule dans les bureaux de vote ce dimanche. Comme le 12 juin, plus d’un électeur sur deux a boudé les urnes lors du second tour des législatives françaises. Le taux d'abstention s'est ainsi élevé à 54%. Mais que faut-il retenir de ce second tour?  

Une gifle pour Macron

La coalition présidentielle Ensemble!, qui regroupe LREM, le Modem, Horizons et Agir, devra se contenter d'une majorité relative à l'Assemblée nationale. Selon les projections des instituts de sondage, il lui manquerait au moins une quarantaine de députés pour atteindre les 289 sièges dont elle avait besoin pour gouverner seule. Une contre-performance inédite: il s'agit de la majorité relative la plus petite de la Ve République. S'ils sont confirmés, ces résultats posent clairement la question de la capacité d'Emmanuel Macron à pouvoir gouverner le pays et faire voter les réformes promises, notamment celle des retraites.


«Je ne remets pas en cause les institutions ou les élections, comme certains ont pu le faire.»
Le candidat LREM Pieyre-Alexandre Anglade en tête au Luxembourg
Le député du Benelux sortant a remporté le premier tour des élections législatives dans la 4e circonscription des Français de l'étranger.

La Nupes, première force d'opposition

L'insoumis Jean-Luc Mélenchon n'a pas réussi son pari d'imposer une cohabitation à Emmanuel Macron et donc d'en devenir le Premier ministre. Mais il est parvenu à faire de la gauche la première force d'opposition à l'Assemblée nationale avec, selon les projections, plus de 150 sièges. Sous la bannière de la Nupes (LFI, PS, EELV et PCF), cette alliance a battu plusieurs figures de la Macronie et empêché le président d'obtenir une majorité absolue. «Nous avons réussi l'objectif politique que nous nous étions donné, en moins d'un mois, faire tomber celui qui avec autant d'arrogance avait tordu le bras de tout le pays, pour être élu sans qu'on sache pour quoi faire», a affirmé M. Mélenchon.

La percée du RN

Son objectif était d'atteindre au moins les 15 députés nécessaires pour former un groupe à l'Assemblée nationale: le Rassemblement national pourrait en avoir jusqu'à six fois plus, selon les projections. Réélue haut la main dans le Pas-de-Calais, Marine Le Pen pourrait disposer de 80 à 95 députés, soit dix à quinze fois plus d'élus qu'actuellement. «Nous incarnerons une opposition ferme, sans connivence, responsable, respectueuse des institutions, parce que notre seule boussole, c'est l'intérêt de la France et du peuple français», a-t-elle promis.

Les ténors qui ont chuté

Symboles de la claque reçue, les défaites des chefs de file macronistes à l'Assemblée: le président Richard Ferrand, battu dans son fief du Finistère, et le patron des députés LREM, Christophe Castaner, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Au moins trois ministres, Amélie de Montchalin (Transition écologique), Brigitte Bourguignon (Santé) et Justine Benin (Mer) ont également mordu la poussière et devront quitter les rangs de l'exécutif. «Je viens de prendre acte des résultats indiquant que les électrices et les électeurs de la 6e circonscription du Finistère ont choisi d'élire députée ma concurrente», a admis M. Ferrand qui a adressé ses «félicitations» et «voeux de plein succès» à son adversaire socialiste Mélanie Thomin (Nupes) qui l'a battu de 804 voix.


Die Partei von Frankreichs Präsident Emmanuel Macron könnte die absolute Mehrheit im Parlament verlieren.
Crainte de l'immobilisme en France
Au second tour des élections législatives, Emmanuel Macron pourrait perdre sa majorité absolue. Son voyage en Ukraine est vivement critiqué.

Une forte abstention

Comme au premier tour, plus d'un électeur sur deux a boudé les urnes lors du second tour. L'abstention a encore progressé entre 53,5% et 54%, par rapport au premier tour. Mais elle n'a pas battu le record de 2017 (57,36%). Elle atteint néanmoins son deuxième plus haut niveau pour ce scrutin.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Ensemble! a largement perdu la majorité absolue de 289 sièges à l'Assemblée nationale à l'issue du second tour des législatives dimanche, face à l'alliance de la gauche unie Nupes qui devient la principale opposition et à une très forte percée du RN.
France's President Emmanuel Macron casts his ballot next to his wife Brigitte Macron during the second stage of French parliamentary elections at a polling station in Le Touquet, northern France on June 19, 2022. (Photo by Michel Spingler / POOL / AFP)
Élections législatives en France
Au second tour des élections législatives, Emmanuel Macron pourrait perdre sa majorité absolue. Son voyage en Ukraine est vivement critiqué.
Die Partei von Frankreichs Präsident Emmanuel Macron könnte die absolute Mehrheit im Parlament verlieren.
La coalition de gauche menée par Jean-Luc Mélenchon a réalisé une percée spectaculaire dimanche aux élections législatives, lui permettant d'être au même niveau que le camp macroniste et d'espérer priver Emmanuel Macron de majorité absolue.
France's leftist La France Insoumise (LFI) party leader, Member of Parliament and leader of left-wing coalition Nupes (Nouvelle Union Populaire Ecologique et Sociale - New Ecologic and Social People's Union) Jean-Luc Melenchon (C), flanked by French Communist Party (PCF) spokesperson and Paris Deputy-Mayor for housing Ian Brossat (2ndL) and Nupes candidate and Europe Ecologie Les Verts (EELV) party general secretary Julien Bayou (R), delivers a speech during the election evening at the Nupes headquarters, following the first round of France's parliamentary elections in Paris, on June 12, 2022. - The united left (25% to 26.2%) and President Macron's camp (25% to 25.8%) came neck and neck in the first round of legislative elections on June 12, 2022, against a backdrop of record abstention (52.1% to 52.8%), opening up the game for the second round in a week. (Photo by STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)
Les Français de métropole ont commencé, ce dimanche à huit heures, à voter pour le premier tour des élections législatives qui met aux prises la coalition soutenant Emmanuel Macron et la gauche revivifiée derrière Jean-Luc Mélenchon.
A person shows his election certificate prior casts his vote for the French parliamentary elections at a polling station in Le Touquet, northern France on June 12, 2022. (Photo by Ludovic MARIN / AFP)
Elections législatives françaises
La campagne du premier tour des législatives s'achève ce vendredi soir avec une macronie confrontée aux ambitions retrouvées de la gauche, et un peu d'animation apportée par la polémique qui rebondit sur les incidents du Stade de France.
France's President Emmanuel Macron greets people during the inauguration of a dojo (martial art venue) in a shopping mall of the popular neighbourhood of Le Chene Pointu in the Paris suburban city of Clichy-sous-Bois on June 8, 2022. - The "solidarity" dojo is part of a program led by French Sports ministry dubbed 1000 dojos aiming at attracting low sport practising audiences by offering judo and other activities and sport related services. (Photo by CHRISTIAN HARTMANN / POOL / AFP)