Changer d'édition

Cinq choses à retenir du premier tour
International 3 min. 10.04.2022 Cet article est archivé
Election présidentielle française

Cinq choses à retenir du premier tour

Election présidentielle française

Cinq choses à retenir du premier tour

Photo: AFP
International 3 min. 10.04.2022 Cet article est archivé
Election présidentielle française

Cinq choses à retenir du premier tour

Les principales informations à retenir de la soirée du premier tour de l'élection présidentielle française.

(AFP) - Emmanuel Macron et Marine Le Pen qualifiés pour un nouveau duel comme en 2017, des partis traditionnels en déroute, une abstention en hausse mais pas record: voici cinq choses à retenir du premier tour de la présidentielle dimanche.

On refera le match de 2017

Emmanuel Macron et Marine Le Pen se retrouveront au second tour comme en 2017. Le président sortant est arrivé largement en tête du premier tour avec autour de 28% des voix, selon les premières estimations. Il fait mieux qu'il y a cinq ans (24%). 

La candidate du Rassemblement national Marine Le Pen s'est, quant à elle, à nouveau classée en deuxième position avec autour de 24% des voix. Elle aussi fait mieux que lors de la présidentielle précédente où elle avait obtenu 21,3%. C'est la troisième fois que l'extrême droite parvient au second tour d'une présidentielle en France, après son père et ancien chef du Front national Jean-Marie Le Pen en 2002, puis elle-même, déjà, il y a cinq ans.

Le troisième homme

Comme il y a cinq ans, l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon rate de quelques points la seconde place. Grâce à la dynamique ascendante de ces dernières semaines, il se classe troisième autour de 20%, soit un résultat sensiblement identique à celui d'il y a cinq ans quand il avait fini quatrième avec 19,6% des voix.

Partis traditionnels en déroute

Ce premier tour a été marqué par la déroute des partis traditionnels de la droite et de la gauche avec des résultats historiquement bas. La candidate LR Valérie Pécresse a connu une dégringolade pour se retrouver autour de la barre des 5%, seuil de remboursement des frais de campagne. Il y a cinq ans, François Fillon avait atteint 20%. Quant à la socialiste Anne Hidalgo, elle n'obtient que 2% des voix, trois fois moins que Benoît Hamon en 2017 qui avait déjà plongé jusqu'à 6,3%, considéré alors comme un crash total. Déception aussi pour les écologistes qui se retrouvent autour de la barre des 5% avec Yannick Jadot.

Les appels au «barrage»

Comme il y a cinq ans, les appels à faire barrage au Rassemblement national au second tour se sont multipliés dès les premières estimations connues. A gauche, le PCF Fabien Roussel, la PS Anne Hidalgo, l'écologiste Yannick Jadot ont appelé à voter pour Emmanuel Macron. «Il ne faut pas donner une seule voix à Marine Le Pen», a martelé à plusieurs reprises l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon. «Pas une voix ne doit aller à l'extrême droite», a affirmé pour sa part l'anticapitaliste Philippe Poutou.

A droite, Valérie Pécresse a déclaré qu'elle voterait «en conscience» pour Emmanuel Macron. A l'inverse, le polémiste d'extrême droite Eric Zemmour a appelé ses électeurs à voter pour Marine Le Pen.

Une forte abstention

L'abstention était redoutée, compte tenu du manque d'intérêt pour la présidentielle longtemps exprimé par les Français dans les enquêtes d'opinion. Elle s'est finalement située entre 26% et 28,3%, soit entre 4 et 6 points de plus qu'en 2017, selon les estimations. Elle se rapproche du niveau du 21 avril 2002, année record avec une abstention qui avait atteint 28,4%. Elle est toutefois moins forte que lors de la Bérézina des régionales et des départementales il y a un an, avec deux tiers des électeurs qui n'avaient pas voté. L'abstention suit une tendance ascendante depuis la présidentielle de 2007 où elle avait été limitée à 16,23%. Elle est passée à 20,52% en 2012 et atteint 22,23% en 2017.



Sur le même sujet

Election présidentielle française
Emmanuel Macron a été réélu dimanche à la présidence de la République avec 57,6 à 58,5% des voix selon les premières estimations, une nette victoire tempérée par l'écart notablement serré avec l'extrême droite et une abstention élevée (28%).
TOPSHOT - Supporters react after the victory of French President and La Republique en Marche (LREM) party candidate for re-election Emmanuel Macron in France's presidential election, at the Champ de Mars, in Paris, on April 24, 2022. (Photo by Ludovic MARIN / AFP)
Les Français sont appelés, dimanche au second tour de l'élection présidentielle, à départager deux projets et deux visions du monde que tout oppose. Comme en 2017, Emmanuel Macron part favori face à Marine Le Pen. Mais cette fois un séisme n'est pas à exclure.
Pedestrians walk past campaign posters of French President and La Republique en Marche (LREM) party candidate for re-election Emmanuel Macron (L) and French far-right party Rassemblement National (RN) presidential candidate Marine Le Pen in Eguisheim, eastern France, on April 21, 2022, ahead of the second round of France's presidential election. - French voters head to the polls for a run-off vote between Macron and Le Pen on April 24, 2022. (Photo by SEBASTIEN BOZON / AFP)
Premier tour de l'élection présidentielle
Selon les premières estimations du vote du premier tour de l'élection présidentielle française, Emmanuel Macron et Marine Le Pen s'affronteront pour le second tour.
(FILES) This picture taken on April 6, 2022 in Marseille, southern France, shows folded electoral leaflets of French President and liberal party La Republique en Marche (LREM) candidate for re-election Emmanuel Macron (L) and French far-right party Rassemblement National (RN) presidential candidate Marine Le Pen ahead of the first round of the French presidential election. - French President Emmanuel Macron leads far-right leader Marine Le Pen in the first round of France's elections by a larger than expected margin, with the rivals now set to battle for the presidency in a run-off later this month, projections showed. (Photo by Nicolas TUCAT / AFP)
Election présidentielle française
Après les territoires d'outre-mer, c'est au tour des Français de métropole de glisser leur bulletin dans l'urne pour le premier tour de l'élection présidentielle française.
A man waits to vote by anticipation for the French presidential elections at the Palais de Congres in Montreal, Quebec, Canada, on April 09, 2022. - France on Saturday prepared for the first round of presidential elections projected to produce a run-off rematch between President Emmanuel Macron and far-right leader Marine Le Pen that will be far tighter than their duel five years ago. (Photo by Andrej Ivanov / AFP)
Lors du premier tour il y a cinq ans
Pour qui avaient voté les électeurs français résidant au Luxembourg lors du premier tour il y a cinq ans? Et quid du vote dans les communes frontalières? Coup d'oeil dans le rétroviseur à quelques heures du scrutin.
French President and liberal party La Republique en Marche (LREM) candidate for re-election Emmanuel Macron answers journalists during a campaign visit in Spezet, western France, on April 5, 2022. (Photo by Ludovic MARIN / AFP)