Changer d'édition

Jürgen Conings retrouvé mort par des randonneurs
International 4 min. 21.06.2021
Chasse à l'homme en Belgique

Jürgen Conings retrouvé mort par des randonneurs

«Toutes les mesures seront prises afin d'éviter de tels évènements à l'avenir», a indiqué Ludivine Dedonder, ministre belge de la Défense, sur son compte Twitter.
Chasse à l'homme en Belgique

Jürgen Conings retrouvé mort par des randonneurs

«Toutes les mesures seront prises afin d'éviter de tels évènements à l'avenir», a indiqué Ludivine Dedonder, ministre belge de la Défense, sur son compte Twitter.
Photo:dpa
International 4 min. 21.06.2021
Chasse à l'homme en Belgique

Jürgen Conings retrouvé mort par des randonneurs

Le corps sans vie du militaire a été découvert dimanche près de la frontière avec les Pays-Bas. Mais son décès ne met pas fin à l'affaire, l'enquête ayant soulevé de graves dysfonctionnements dans l’armée.

De notre correspondant Max Helleff (Bruxelles)- Le corps sans vie d’un individu de sexe masculin a été retrouvé dimanche par des promeneurs dans les bois de la commune de Dilsen-Stockem, non loin de la frontière belgo-hollandaise où des recherches avaient été menées à plusieurs reprises au cours des dernières semaines. Selon les premiers éléments de l’enquête, il s’agirait de Jürgen Conings, l’homme le plus recherché de Belgique, disparu depuis le 17 mai dernier

«La cause de la mort est probablement, selon les premières constatations, imputable à un suicide par arme à feu, mais cette cause devra être établie avec certitude lors d’une expertise médico-légale à venir», précise le Parquet fédéral. «Il est demandé aux médias de respecter l’intimité de la famille du disparu», a-t-il ajouté en renvoyant à un prochain point sur la situation en collaboration avec le centre de crise.

Ainsi se termine la cavale de Jürgen Conings, un militaire de 46 ans, armé et adepte des idées d’extrême droite, qui avait menacé tour à tour de s’en prendre au monde politique et scientifique, ainsi qu’à la communauté musulmane. Une chasse à l’homme avait débuté le 17 mai dernier afin de retrouver celui qui s’était défini dans une lettre d’adieu comme «l’ennemi de l’Etat». Des moyens militaires et policiers exceptionnels avaient été mis en branle pour retrouver le fugitif. 


Belgian soldiers patrol near an entrance of Nationaal Park Hoge Kempen in Maasmechelen, northern Belgium, on May 20, 2021. - Police stepped up a manhunt for a Belgian soldier with suspected extreme-right views and access to rocket launchers who went missing after threatening public figures -- including a renowned coronavirus expert. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Jurgen Conings, l’homme qui fait trembler la Belgique
Ce militaire d’extrême droite reste introuvable et fait craindre le pire aux autorités belges. Il se qualifie d' «ennemi de l'Etat» et a menacé plusieurs cibles dans le pays.

Des messages suppliants avaient été lancés par sa compagne pour qu’il mette fin à sa folle croisade. Plusieurs personnalités avaient été mises sous protection par la police, dont le très médiatique virologue flamand Marc Ranst, connu pour ses propos tranchés dans le contexte de la crise sanitaire et son opposition véhémente au parti d’extrême droite Vlaams Belang. Des mosquées avaient été mises sous surveillance.

Mais l’homme restait introuvable. Certains l’imaginaient attendant son heure, camouflé dans la campagne flamande à la manière d’un sniper. D’autres le croyaient mort ou parti à l’étranger. Logiquement, l’attention des médias s’était déplacée sur les responsabilités politiques et militaires. Comment un soldat qui avait été épinglé plusieurs fois pour avoir tenu des propos racistes et avoir proféré des menaces dans le cadre de ses fonctions avait-il pu garder accès à un dépôt d’armes? Car Jürgen Conings n’avait eu qu’à se servir pour se procurer des lance-roquettes. Plusieurs munitions avaient été retrouvées près de sa voiture abandonnée dès le début des recherches. 

La chasse aux responsabilités se poursuit

Rapidement, il était apparu qu’un rapport déposé le 17 février dernier par l’Office de coordination de la menace auprès des services de renseignements militaires n’avait pas remonté la voie hiérarchique. Aucun suivi ne lui avait été donné, le commandement restant jusqu’à preuve du contraire dans l’ignorance des faits. La ministre de la Défense, la socialiste Ludivine Dedonder, avait refusé de démissionner, affirmant ne pas avoir été mise en possession de telles informations.

Jürgen Conings mort, le dossier n’est pas clos pour autant. Les premières investigations ont montré de graves dysfonctionnements dans l’armée, expliqués tantôt par un manque de compétence, tantôt par une insuffisance d’effectifs. Sans aller jusqu’à parler de complicité, l’empathie dont Jürgen Conings a pu bénéficier auprès de certains militaires favorables à l’extrême droite a également été relevée. Les mois qui viennent diront jusqu’à quel point des responsabilités particulières pourront être identifiées et dans quelle mesure des réformes seront envisagées au sein de l'armée pour parer à l’avenir à tout autre tragédie.


Tom Van Grieken et Bart De Wever
Nouvelle poussée de l’extrême droite flamande
Le Vlaams Belang profite de l’affaire Conings et renvoie les démocrates à la perspective de son accession au pouvoir.

L’affaire Jürgen Conings a révélé un mal-être profond dans le pays, particulièrement en Flandre où l’homme a reçu un important soutien sur les réseaux sociaux, et plus sporadiquement au cours de petites manifestations publiques. Le Vlaams Belang a été pointé du doigt par ses adversaires politiques pour avoir «fabriqué» Jürgen Conings en encourageant la défiance vis-à-vis des structures de pouvoir en place et en diffusant des idées racistes et xénophobes. En 2020, Conings s’était affilié à ce parti fondé autrefois par des ex-collaborateurs de l’Allemagne nazie - et donné première formation politique du pays par de récents sondages - mais n’avait pas payé sa cotisation pour cette année. La mort du militaire pourrait sauver la mise au Vlaams Belang qu’un député socialiste qualifiait encore la semaine dernière de «fasciste».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet