Changer d'édition

Charles Michel confirme le tir
International 3 min. 17.04.2018 Cet article est archivé

Charles Michel confirme le tir

Le constructeur du F-16 a fait savoir que la vie de l'avion pourrait être prolongée moyennant une série d’adaptations.

Charles Michel confirme le tir

Le constructeur du F-16 a fait savoir que la vie de l'avion pourrait être prolongée moyennant une série d’adaptations.
FOTO: LW-ARCHIV/REUTERS
International 3 min. 17.04.2018 Cet article est archivé

Charles Michel confirme le tir

Deux audits commandés dans le dossier du remplacement F-16 permettent au gouvernement belge d’éviter une crise.

Par Max Helleff (Bruxelles)

Cette fois, le boulet n’est pas passé loin. Au cours des dernières semaines, le ministre belge de la Défense, le nationaliste flamand Steven Vandeput, s’est retrouvé sur la sellette. Une question centrale : avait-il bien tous les leviers de commande en main dans l’important marché qui doit permettre à la Belgique d’acquérir 34 nouveaux chasseurs-bombardiers destinés à remplacer les F-16 atteints par la limite d'âge.

C’est précisément la vétusté de ces appareils qui est à l’origine du problème. Le constructeur du F-16, l’Américain Lockheed Martin, a fait savoir par le passé à un quarteron de hauts gradés de la Force aérienne que la vie de l'avion pourrait être prolongée moyennant une série d’adaptations. Coût : un milliard d’euros, soit bien moins que les quinze milliards d’euros que devrait coûter à terme l’achat de nouveaux chasseurs-bombardiers. Mais ces informations n’ont pas été transmises au ministre Vandeput. Or, dans un pays qui peine à équilibrer ses finances publiques, elles valent évidemment leur pesant d’or.

L’intérêt des officiers concernés aurait été de privilégier l’achat du F-35 de Lockheed Martin. Cet appareil aurait les faveurs de la Force aérienne depuis belle lurette. Boeing se serait même abstenu de répondre à l’appel d’offre lancé par la Belgique pour le remplacement au F-16 au motif que les dés seraient pipés en faveur de son concurrent. Mais rien de tout cela, il faut le préciser, n’a été prouvé jusqu’à présent.

Et ce ne sont pas les deux audits présentés en commission parlementaire de la Défense qui pousseront le gouvernement Michel à corriger le tir. L’un, « interne », a été rédigé par l’armée elle-même. L’autre, qualifié d’ « externe », a été réalisé par le Service fédéral d'audit … interne – au service du gouvernement donc.

Les deux enquêtes – qui n’auront guère duré que quelques semaines – permettent au ministre Vandeput d’exonérer de toute faute les quatre officiers visés. S’ils n’ont pas transmis les informations faisant état d’une possibilité de prolonger la vie des vieux F-16, ils n’ont pas pour autant suivi une « stratégie délibérée », a affirmé le nationaliste flamand . « Aucune manipulation » n'a été commise au sein de l'état-major, personne n'a commis de « faute professionnelle manifeste ».

L’opposition n’a pas apprécié cette présentation faite au débotté, alors que beaucoup de députés sont en vacances. Elle a dû en outre se contenter de résumés des deux audits, limités à une page - non signée et non datée, dans le cas du rapport rédigé par le Service fédéral d'audit.

Dans cette affaire, le Premier ministre Charles Michel a eu doublement chaud. Les critiques visant Steven Vandeput ont mis son gouvernement en porte-à-faux. Il était en effet hors de question pour Bart De Wever, le président du parti N-VA auquel Vandeput appartient, que "son" ministre de la Défense démissionne. Un retrait forcé aurait fracturé la quadripartite au pouvoir, à un an des élections fédérales. Vandeput a toutefois récemment annoncé qu’il n’entendait pas rempiler à la Défense après les législatives de 2019, sa décision n’ayant rien à voir selon lui avec la polémique qui a éclaté dans le dossier du remplacement du F-16.

Charles Michel a par ailleurs échappé à l’audition de sa compagne, exigée en coulisses selon certaines sources  par une partie de l’opposition.  Amélie Derbaudrenghien est collaboratrice Défense au sein du cabinet du Budget. Cette audition n’a pas eu lieu. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet