Changer d'édition

Ces sept pays européens où boire un verre
International 3 min. 03.03.2021 Cet article est archivé

Ces sept pays européens où boire un verre

Au Luxembourg, pareille scène n'est plus arrivée depuis l'automne dernier.

Ces sept pays européens où boire un verre

Au Luxembourg, pareille scène n'est plus arrivée depuis l'automne dernier.
Photo:AFP
International 3 min. 03.03.2021 Cet article est archivé

Ces sept pays européens où boire un verre

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
Un an après le début de l'épidémie, restaurants et bars restent à la merci du covid. En Europe, leur ouverture et leur fermeture dépendent de la politique sanitaire de chaque Etat membre.

Alors que les beaux jours approchent, l'envie de s'installer en terrasse se fait de plus en plus pressante. Pourtant, au Luxembourg comme dans la plupart des pays de  l'Union européenne, la réouverture des bars et des restaurants se fait attendre. A ce jour, selon les données du centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), seuls sept des 27 pays autorisent une telle mesure. 

Principalement nordiques, ces Etats apparaissent comme une exception; la majorité des membres craignant une troisième vague qui serait prévue pour le printemps. Preuve en est avec le durcissement des mesures en Allemagne, qui impose aux frontaliers de Moselle des tests PCR, ou la prolongation pour une semaine des restrictions en Belgique. 

Mais ce durcissement se fait à différentes échelles selon les Etats membres, puisque la gestion de la crise sanitaire leur incombe. Dans la dernière étude menée par l'ECDC, quatre approches se dégagent en Europe, allant d'une vie quasiment identique à celle d'avant, à un confinement total. De ce fait, un citoyen européen pourrait très bien boire des verres jusqu'à 22h à Oslo, mais serait assigné à domicile à Lisbonne, confinement oblige.   

De son côté, le Luxembourg fait partie des pays les plus prudents. Les restaurants et bars sont fermés depuis le 23 novembre. Et les acteurs de l'Horeca devraient garder porte close a minima jusqu'au 14 mars, date de fin programmée de ces restrictions. Une situation contestée par l'Horesca. La fédération des métiers de l'hôtellerie et de la restauration, demande une ouverture immédiate des terrasses pour se préparer aux mieux à recevoir de la clientèle. Selon eux, rouvrir leurs enseignes permettrait justement de mieux faire respecter les règles sanitaires. «Franchement, quand je vois dix personnes qui pique-niquent à la pause de midi autour de la même table dans un parc, je me dis que les règles sanitaires seraient mieux respectées si ce public était pris en charge par les professionnels que nous sommes. Ne vaut-il pas mieux avoir des petites tables en terrasse plutôt que des attroupements massifs de personnes dans l’espace public ?», défend François Koepp, secrétaire général de l'Horesca.

Selon les dernières informations du Luxemburger Wort, le gouvernement devrait apporter aux patrons de bars, restaurants et boîtes de nuit, une réponse vendredi, à la fin du Conseil du gouvernement, ou au plus tard en début de semaine. Une décision attendue aussi par les consommateurs. En rouvrant ses tables et ses comptoirs, le Luxembourg s'alignerait sur l'Espagne, l'Italie, la Suède, la Norvège, la Finlande, l'Estonie ou la Roumanie.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Knuedler, samedi, a servi de cadre à plusieurs rassemblements. Contre le masque, contre les mesures sanitaires ou contre la fermeture des cafés-restaurants : le virus de la protestation gagne du terrain.
Lokales, Demo anti Vaccins, Anti masque, foto:Chris Karaba/Luxemburger Wort