Changer d'édition

Ces «polluants du quotidien» présents dans votre organisme
International 2 min. 03.09.2019

Ces «polluants du quotidien» présents dans votre organisme

Ces «polluants du quotidien» présents dans votre organisme

Photo: Shutterstock
International 2 min. 03.09.2019

Ces «polluants du quotidien» présents dans votre organisme

Bisphénols, phtalates, solvants, parabènes... Une vaste étude française, réalisée sur un peu plus de 3.600 personnes, révèlent la présence de six substances chimiques dans le corps humain.

(AFP) - Produits ménagers, cosmétiques, emballages alimentaires etc. A première vue, ces objets du quotidien, présents dans vos placards, n'ont rien de nocif. Et pourtant. Santé Publique France a révélé ce mardi que six polluants se sont immiscés dans ces produits que vous utilisez quotidiennement. Et ont fini par s'infiltrer également dans votre corps.

«Nous nous sommes intéressés à ces substances parce qu'il y a une préoccupation sanitaire, mais en aucun cas on ne peut prédire si les valeurs retrouvées représentent un risque sanitaire pour la population», car on manque encore de connaissances sur le sujet, a tenu à préciser à l'AFP, Clémence Fillol, responsable de la surveillance biologique à Santé publique France.

L'organisme public rappelle toutefois que certains de ces produits sont des perturbateurs endocriniens ou des cancérogènes avérés ou suspectés. Les substances recherchées sont les bisphénols (A, S et F), les phtalates, les parabènes, les éthers de glycol, les retardateurs de flamme bromés et les composés perfluorés.

Idem à l'étranger

Elles entrent dans la composition d'emballages alimentaires, de peintures, d'ustensiles de cuisine, de cosmétiques ou de produits ménagers. L'usage de certaines est déjà très restreint.

Les informations sur la présence de perturbateurs dans les produits de consommation courante seront disponibles pour le grand public sur un site sur les produits chimiques, qui doit être lancé avant la fin de l'année.

Les mesures ont été réalisées entre 2014 et 2016 sur un échantillon représentatif de la population générale, composé d'environ 1.100 enfants et 2.500 adultes habitant en France continentale. Pour la plupart des substances, les niveaux d'imprégnation retrouvés sont «comparables à ceux d'autres études menées à l'étranger, notamment aux Etats-Unis et au Canada».

Ils étaient toutefois plus faibles pour les parabènes et les retardateurs de flamme. Les participants ont également répondu à des questionnaires sur leurs habitudes de vie, qui permettent de faire des hypothèses sur les sources d'exposition aux polluants.

Les enfants davantage concernés

Les résultats montrent notamment que «l'utilisation de produits cosmétiques et de soins augmente les niveaux d'imprégnation des parabènes et des éthers de glycol» et que «plus le logement est aéré» fréquemment «plus les niveaux d'imprégnation» en composés perfluorés et en retardateurs de flamme bromés «sont bas».

Santé publique France souligne aussi que «des niveaux d'imprégnation plus élevés sont retrouvés chez les enfants», ce qui peut s'expliquer par le fait qu'ils touchent et portent davantage les objets à la bouche, qu'ils sont plus exposés aux poussières domestiques ou que leur poids est relativement plus faible par rapport à leurs apports alimentaires.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.