Changer d'édition

Ces Britanniques qui changent de passeport
International 5 min. 29.08.2019

Ces Britanniques qui changent de passeport

Les demandes de naturalisation s'accélèrent à l'approche d'un possible Brexit sans accord.

Ces Britanniques qui changent de passeport

Les demandes de naturalisation s'accélèrent à l'approche d'un possible Brexit sans accord.
Photo: AFP
International 5 min. 29.08.2019

Ces Britanniques qui changent de passeport

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'an dernier, 435 citoyens originaires du Royaume-Uni ont choisi d'opter pour la nationalité luxembourgeoise. Craignant les conséquences du Brexit, ils sont aussi nombreux à avoir choisi de devenir belges, français ou allemands.

Trois ans que la «Grande-Bretagne est redevenue une île». Depuis ce 23 juin 2016, où les électeurs anglais ont fait le choix de quitter l'UE, certains citoyens ayant grandi à l'ombre de Big Ben se préoccupent, eux, d'obtenir un passeport délivré par un autre Etat membre européen.

L'année 2018, au Luxembourg, a ainsi marqué un record dans le genre avec 435 naturalisations acceptées au Grand-Duché pour d'anciens sujets de sa majesté Elisabeth II. Mais 2019 risque de dépasser, largement, cette barre, envisage-t-on au ministère de la Justice.


(FILES) In this file photo taken on September 08, 2016 Scaffoldings is seen on top of the Palace of Westminster which houses the Houses of Parliament in central London on September 8, 2016. - Prime Minister Boris Johnson on August 28, 2019 announced the suspension of parliament in the final weeks before Britain's EU departure date, outraging the speaker and anti-Brexit MPs. (Photo by Daniel LEAL-OLIVAS / AFP)
Boris Johnson veut suspendre le Parlement
Le Premier ministre britannique a annoncé mercredi que les travaux du Parlement seraient suspendus la deuxième semaine de septembre et jusqu'au 14 octobre, soit deux semaines avant la date prévue du Brexit.

Sur les sept premiers mois de l'année, déjà 208 demandes ont été déposées. Le Brexit et ses incertitudes constituant le principal moteur pour ce passage à l'acte.

La place luxembourgeoise a vu, elle, s'implanter de nombreuses firmes ayant déserté Londres. Récemment, le CEO de Luxembourg for finance, Nicolas Mackel, rappelait qu'une soixantaine d'institutions financières avaient officiellement déclaré leur intention de se délocaliser de ce côté-ci du continent.

Un torrent de demandes

En juin dernier encore, c'était le Commissariat aux assurances qui notait que dix assureurs non vie du Royaume-Uni avaient ainsi choisi d’établir leur centre d’activités au Grand-Duché, en 2018.

Et pendant que le ministre de l'Économie se frotte les mains, du côté du ministère de la Justice, nul n'a le temps d'applaudir. Car si les uns gèrent la vague des délocalisations, les autres font face à un torrent de demandes de naturalisation.

 L’appartenance à l’Europe, ou à un de ses pays membres, tient encore à cœur à certains Anglais

Car le flot ne fait que grossir. Il y a dix ans encore, en 2009, à peine 62 Britanniques obtenaient la nationalité luxembourgeoise. Mais un peu avant l'approbation du Brexit et les mois qui allaient suivre, le nombre de citoyens à préférer la Pétrusse à la Tamise quadruplait, de 56 à 193 cas juste entre 2015 et 2016.

Maintenant, il est question de près de 400 dossiers reçus chaque année par le ministère de la Justice.

Aujourd'hui, pour un dossier parfaitement établi, il faut compter quatre mois en moyenne pour passer de la nationalité britannique au statut de citoyen du Grand-Duché. Et aucun demandeur ne bénéficie de faveur par rapport aux nouvelles règles en vigueur sur l'obtention du statut de Luxembourgeois (résidence, test de langue, etc).

Le coq plutôt que la rose

Au ministère de l'Intérieur français aussi, les demandes d'accès à la nationalité se sont multipliées en quelques années. Avec 386 dossiers déposés alors, 2015 ferait presque office d'année calme. En douze mois, le chiffre a crû de plus de 200%. 

N'en déplaise au Premier ministre Boris Johnson mais 2.952 de ses ressortissants ont fait des demandes pour obtenir la nationalité française, en 2018.
N'en déplaise au Premier ministre Boris Johnson mais 2.952 de ses ressortissants ont fait des demandes pour obtenir la nationalité française, en 2018.
Photo: AFP

Si un pic de demandes a afflué en 2017 (3.173 cas), la tendance est à la modération avec «seulement» 2.952 demandes validées l'an passé par Paris.

Du côté de la représentation diplomatique française à Luxembourg, l'ambassadeur Bruno Perdu n'a jamais eu, quant à lui, autant de naturalisations à célébrer que les mois derniers. «Preuve que l’appartenance à l’Europe, ou à un de ses pays membres, tient encore à cœur à certains Anglais», sourit le diplomate avec malice.

L'Allemagne de tous les records

En 2018, 112.300 étrangers ont reçu la nationalité allemande. Selon l'Office fédéral de la statistique, le nombre de naturalisations de ressortissants britanniques a cependant diminué entre 2017 et 2018, passant de 7.500 à 6.600 cas. 

Mais ce ralentissement ne signifie en rien que l'effet Brexit ne joue plus. En effet, depuis 2016, l'Allemagne a procédé à plus de 17.000 naturalisations d'anciens sujets de sa majesté Elisabeth II. Cela alors qu'au cours des 15 années précédentes, ils n'étaient que 4.800 au total à avoir pris la nationalité germanique. 

La Belgique grâce aux institutions

L'office belge de statistique, Statbel, a fait ses comptes: 3.454 Britanniques sont devenus belges entre le référendum sur le Brexit en juin 2016 et le 31 mai de cette année. Le chiffre des 4.000 citoyens passés de l'Union Flag au drapeau noir-jaune-rouge devrait même être atteint à la date symbolique du 31 octobre, nouvelle échéance prévue pour le Brexit. 

Dans son analyse, Statbel note que parmi les demandeurs britanniques figurent de nombreux fonctionnaires européens. Ils auraient ainsi choisi la nationalité belge afin de conserver leur emploi post-Brexit. 

Parmi les anti-Brexit, on trouve bon nombre de citoyens britanniques embauchés par les institutions européennes, à Bruxelles comme à Luxembourg ou Strasbourg.
Parmi les anti-Brexit, on trouve bon nombre de citoyens britanniques embauchés par les institutions européennes, à Bruxelles comme à Luxembourg ou Strasbourg.
Photo: AFP

En effet, les statuts des employés des institutions européennes imposent que ceux-ci soient ressortissants d'un des États membres de l'UE.

A Luxembourg, près de 600 Britanniques travaillent pour une institution européenne ou à la BEI.


Sur le même sujet

Pas de «réel danger» lié à la pénurie de médicaments
Les manques recensés de près de 500 remèdes s'aggravent en Belgique, principal fournisseur du Luxembourg. Mais toutes ces indisponibilités «n'ont pas des conséquences importantes» sur le budget de l'État et ne constituent pas une menace, assure lundi le ministre de la Santé.
Les patrons britanniques contre un Brexit sans accord
Le CBI, la principale organisation patronale britannique, a appelé les prétendants à la succession de Theresa May à écarter un «no deal», mettant en garde contre ses conséquences «graves» pour les entreprises et l'économie.
Les patrons britanniques prévoient «de graves perturbations à court terme et les dégâts à long terme pour la compétitivité britannique»
Que changera le Brexit au Luxembourg?
Programmé le 29 mars, le Brexit est dans l'impasse. Ce lundi, Michel Barnier, négociateur de l'Union européenne pour le Brexit, sera au Luxembourg pour un échange de vues avec Xavier Bettel, puis les députés. Que sait-on, à ce stade, sur les effets du Brexit au Luxembourg?
Statec: Le Luxembourg pourrait tirer avantage du Brexit
Une étude du Statec a évalué les conséquences financières du Brexit pour le Luxembourg. Le pays a des liens étroits avec le Royaume-Uni notamment dans le domaine des services financiers. Le Luxembourg pourrait en tirer profit, mais cela reste dépendant de nombreux facteurs.