Changer d'édition

Centrale nucléaire: Cattenom regarde vers 2050 et quelque
International 4 min. 10.03.2017

Centrale nucléaire: Cattenom regarde vers 2050 et quelque

Centrale nucléaire: Cattenom regarde vers 2050 et quelque

Pierre Matgé
International 4 min. 10.03.2017

Centrale nucléaire: Cattenom regarde vers 2050 et quelque

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
La direction de la centrale nucléaire de Cattenom a tenu sa conférence de presse annuelle pour présenter son bilan de 2016 et les travaux effectués en vue de la prolongation de la vie de la centrale pour les 40 prochaines années.

Par Anne Fourney

«2016 a été une année très importante», a souligné le directeur de la centrale nucléaire, Thierry Rosso, en poste à Cattenom depuis juin 2016. D'une part la centrale célébrait ses 30 ans de mise en service. Et des travaux ont été effectués avec l'objectif de fonctionner pendant 40 ans supplémentaires. La conférence de presse annuelle de la centrale nucléaire de Cattenom a présenté son bilan de 2016.

Thierry Rosso
Thierry Rosso
AF

Trois arrêts programmés ont eu lieu en 2016, dont la troisième visite décennale de l'unité 1, qui a été réalisée avec succès. Elle consiste en trois contrôles réglementaires du réacteur:

  • l'épreuve hydraulique du circuit primaire
  • l'inspection de la cuve du réacteur
  • le test d'étanchéité de l'enceinte du bâtiment réacteur et travaux d'amélioration de la sûreté par rapport aux retours d'expérience d'autres sites dans le monde et modernisation de certaines installations.

Cette visite doit être validée par l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN, organisme indépendant de contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection) pour que la centrale puisse continuer son fonctionnement pendant les dix prochaines années. L'ASN effectue régulièrement des visites des sites nucléaires, «certaines sont programmées, d'autres sont des contrôles inopinés», précise Thierry Rosso. En 2017, l'ASN a effectué 17 inspections dont trois inopinées ainsi que 8 visites inopinées à Cattenom.

Ces opérations de maintenance de grande envergure font partie du programme dit de «grand carénage», afin de prolonger la vie des centrales nucléaires françaises (pour un budget de 55 milliards d'euros) tout en tirant les leçons des failles répertoriées lors du drame de la centrale de Fukushima, au Japon.

La centrale de Cattenom a effectué pour 172 millions d'euros de travaux de maintenance en 2016.

Pourquoi autant d'alertes?

Incendie à Cattenom, de la fumée s'échappe de Cattenom… Comment interpréter ces alertes? «Nous n'avons pas le même système d'alertes que dans des pays comme l'Allemagne», explique Thierry Rosso. C'est l'échelle INES (International Nuclear Event Scale) qui est employée et qui comporte sept niveaux. «Dans d'autres pays, on ne déclare qu'à partir du niveau 1. En France, nous déclarons aussi les incidents de niveau zéro, qui sont sans importance du point de vue de la sûreté.»

«Nous souhaitons être le plus transparent possible, or cela nous dessert aussi puisque l'on voit souvent des titres tels que 'Encore un incendie à Cattenom'. Nous avons eu en effet un incendie, dans une partie administrative, probablement due à un photocopieur défectueux. Un problème comme on peut en rencontrer dans n'importe quelle entreprise. Naturellement, lorsqu'il s'agit d'un site nucléaire cela est perçu différemment. Ces bureaux sont éloignés des installations techniques et cet incident n'a représenté aucun danger pour la sécurité du site. Nous avons perdu du mobilier de bureau, des ordinateurs.»

Des mesures et contrôles sont effectués chaque mois, y compris dans le proche environnement, comme «le lait des vaches des alentours». Les résultats sont consultables en ligne sur mesure-radioactivite.fr et edf.fr/cattenom.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet