Changer d'édition

«Ceci n’est pas un complot» bouscule la Belgique
International 3 min. 17.02.2021

«Ceci n’est pas un complot» bouscule la Belgique

En Belgique, les coiffeurs et le tourisme intérieur ont pu bénéficier d’un léger assouplissement des mesures anti-covid dans le royaume.

«Ceci n’est pas un complot» bouscule la Belgique

En Belgique, les coiffeurs et le tourisme intérieur ont pu bénéficier d’un léger assouplissement des mesures anti-covid dans le royaume.
Photo: AFP
International 3 min. 17.02.2021

«Ceci n’est pas un complot» bouscule la Belgique

Un documentaire suscite un vaste questionnement dans la société, quitte à mettre entre parenthèses les règles élémentaires du journalisme.

De notre correspondant, Max Helleff (Bruxelles) - Diffusé sur la plateforme Vimeo, un documentaire intitulé «Ceci n’est pas un complot» fait le buzz depuis plusieurs jours. Il est l’œuvre du réalisateur Bernard Crutzen et critique essentiellement la manière dont la crise sanitaire est traitée par la presse belge. Les experts scientifiques sont également épinglés, précisément au moment où la population met en cause leur pertinence, sinon leur probité. 

Le documentaire inclut ainsi une vidéo montrant le très médiatique virologue Marc Van Ranst expliquer devant un public trié sur le volet comment tirer le meilleur parti de la presse afin de convaincre la population d’adhérer aux mesures sanitaires décrétées par le gouvernement.


08.02.2021, Baden-Württemberg, Stuttgart: Fenster sind in Wohngebäuden in der Innenstadt am Abend hell erleuchtet. Der Verwaltungsgerichtshof Baden-Württemberg hat die coronabedingte nächtliche Ausgangssperre gekippt. Nach dem Beschluss muss die Vorschrift in der Corona-Verordnung, die Ausgangsbeschränkungen von 20 Uhr bis 5 Uhr vorsieht, außer Vollzug gesetzt worden. Zum letzten Mal findet sie in der Nacht von Mittwoch auf Donnerstag Anwendung. Foto: Marijan Murat/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La Wallonie sous couvre-feu jusqu'en mars
Les autorités viennent de prolonger de deux semaines le dispositif limitant les sorties nocturnes (de 22h à 6h).

Ce qui précède n’est que l’échantillon d’une démonstration faisant du covid l’aboutissement d’une vaste manipulation du big pharma. En résumé, l’industrie pharmaceutique chercherait à écouler ses vaccins pour gagner toujours plus d’argent ; les gouvernants en seraient les complices impuissants et les médias manqueraient singulièrement de sens critique… quand ils ne sont pas carrément financés par un certain Bill Gates.

Plusieurs scientifiques sont montés au créneau pour tirer à boulets rouges sur ce film. Le microbiologiste Emmanuel André se dit étonné d’être «propulsé par la grande loge des ‘non-complotistes’ au rang de général des ‘complotistes’». «Ce qui est dit à mon propos est factuellement faux, mais le réalisateur n’a pas jugé utile de me poser de questions», affirme-t-il tout en pointant la vague de mails agressifs dont il est aujourd’hui la victime.

Les scientifiques belges se sont  trompés à plusieurs reprises au cours de la crise sanitaire, certains d’entre eux allant jusqu’à nier le caractère protecteur du masque à un moment où les stocks étaient vides. Mais cette réalité est battue en brèche par les contre-vérités, les informations non vérifiées ou encore les nombreux raccourcis que recèle le film de Bernard Crutzen.

Impact dans l'opinion

Les journaux écrits et télévisés ont logiquement chargé leurs collaborateurs de démontrer par les faits le côté erroné ou mensonger de certaines affirmations reprises par le documentaire. L’anthropologue Jacinthe Mazzocchetti (UCLouvain) dénonce l’usage qui a été fait de ses interventions. Tel que le film est conçu, dit-elle, «il ne peut qu’alimenter les groupes complotistes, aider à faire basculer ceux et celles, qui sur le fil, se posent de bonnes questions, mais risquent de trouver réponse du côté de groupes complotistes et/ou extrémistes.»

Ce risque est d’autant plus grand, souligne le psychologue Olivier Klein (ULB), que «Ceci n’est pas un complot» est «beaucoup plus subtil» que ne l’est «Hold up», ce film conspirationniste français diffusé en novembre dernier. «Ici, on est dans l’insinuation permanente... C’est très efficace comme méthode.»

Les commentaires qui abondent sur les réseaux sociaux en disent long sur l’impact important du documentaire dans l'opinion. Une partie des internautes juge que si le réalisateur collecte volontiers les éléments qui servent sa thèse en oubliant de les confronter à la critique, il n’en incite pas moins à la réflexion. Notamment lorsqu’il vilipende le caractère liberticide des mesures sanitaires prises au nom de l’urgence par le gouvernement De Croo – lequel, rappelons-le, vient de promettre un grand débat parlementaire après avoir subi la charge des trois ordres d’avocats que compte la Belgique. Pour ces raisons,  selon ses partisans, «Ceci n’est pas un complot» n’est pas à jeter aux ordures. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet