Changer d'édition

Ce mystérieux fournisseur de masques basé au Luxembourg
International 3 min. 11.05.2020 Cet article est archivé

Ce mystérieux fournisseur de masques basé au Luxembourg

Le ministre de la Défense belge a mandaté des personnels diplomatiques pour vérifier que les usines fabriquaient bien des masques...

Ce mystérieux fournisseur de masques basé au Luxembourg

Le ministre de la Défense belge a mandaté des personnels diplomatiques pour vérifier que les usines fabriquaient bien des masques...
Photo : AFP
International 3 min. 11.05.2020 Cet article est archivé

Ce mystérieux fournisseur de masques basé au Luxembourg

Le gouvernement fédéral belge vient de passer commande pour 40 millions d'euros de masques à une société établie au Grand-Duché depuis trois ans. Mais Avrox, basée à Luxembourg-Ville, livrera-t-elle bien les protections attendues?

Installée au Grand-Duché depuis 2017. Fondée par Mohamed Yasin Al-Talhouni, un Jordanien vivant à Malte. Gérée par une personne à la tête d'une dizaine d'autres entités. Difficile d'en savoir plus sur la société luxembourgeoise Avrox. Elle vient pourtant de recevoir un beau contrat signé de la main même du ministre de la Défense et des Affaires étrangères belge, Philippe Goffin. 

Avec une société de Gand, Tweeds & Cottons, elle a remporté l'appel d'offres européen passé par Bruxelles pour livrer 18 millions de masques en Belgique. Trois millions de pièces via la firme belge (qui produit les vêtements de la marque River Woods), et 15 millions via le mystérieux partenaire « grand-ducal». Le contrat de 40 millions d'euros a bien été signé le 5 mai. Et si tout va bien l'ensemble de la marchandises devra arriver dans le royaume voisin le 24 mai prochain. 

Sauf que depuis quelques jours, des doutes commencent à pointer sur la réalité de ce marché. En effet, Michaël Freilich (député NV-A) trouve la société Avrox bien éloignée du marché proposé. Au mieux, on peut retrouver comme information qu'elle intervient dans le domaine du transport à la personne ou la location de véhicule. Pas vraiment une activité d'import-export dans le domaine des produits de santé.

Mêmes doutes du côté de la fédération belge de la mode, Creamoda qui, elle, s'indigne que l'Etat belge fasse ainsi affaires avec un partenaire étranger inconnu du secteur alors même que le secteur national de la couture était disposé à fournir des masques à l'ensemble de la population. Une façon certainement plus sûre, aux yeux de cette fédération, d'assurer la promesse faite par le gouvernement fédéral, le 24 avril dernier, de fournir à chaque citoyen au moins un masque en tissu réutilisable.


Les Belges tracés pour stopper le virus
L’une des mesures les plus spectaculaires annoncées par le Conseil national de sécurité est le traçage des patients infectés. Par observation humaine, non par voie électronique.

Le ministre de la Défense a dû justifier la procédure suivie. Appel d'offres européens, analyse des résultats en termes de coûts et de délais de livraison. Mais face à la crainte de ne pas voir les palettes de masques arriver, Philippe Goffin a même dû demander à des personnels diplomatiques d'aller vérifier si les producteurs mentionnés par Avrox sur le bon de commande réalisaient bien... des protections buccales. Ouf, les usines inscrites et localisées au Vietnam et à Hong Kong sortent bien des masques de leurs chaines de production.

Bien embarrassé, le ministre de la Défense a exigé de son partenaire luxembourgeois de lui fournir maintenant rapidement un échantillon de ce qui devrait débarquer sur les tarmacs belges. Modèle dont la conformité sera analysée par le service compétent. Et de rassurer les Belges sur un autre point : les marchandises ne seront payées qu'à la livraison. Le député NV-A, à l'origine de la protestation a toutefois réclamé que la transparence financière totale sur cette commande soit faite dans les meilleurs délais.

Un scandale de plus?

La Première ministre belge, Sophie Wilmès, se serait volontiers passée de cette controverse. Le pays conteste déjà vivement la façon dont la crise du covid-19 a été gérée par Bruxelles, et plusieurs problèmes ont déjà été révélés. Comme l'incinération prématurée, fin 2018, du stock national de masques. Près de 63 millions de pièces dont on a visiblement du mal à déterminer une cause valable de la destruction.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Avrox met bas les masques
La société luxembourgeoise a bien livré les 15 millions de masques attendus par l'Etat belge, mais à quel prix? Polémique sur la nature de la société, retards dans la remise des échantillons comme dans la livraison globale, doutes sur la qualité. Les dirigeants d'Avrox s'expliquent. Enfin.
Daniel Lev, Owner and CEO of the Sion Medical factory, the country's first production line of N95 masks, displays a mask made at his factory in the southern Israeli city of Sderot on, June 15 2020. - Israel said it had opened a factory to make millions of high-spec masks as it prepares for a possible "second wave" of coronavirus cases. "We are preparing for a second wave of the virus," said Defence Minister Benny Gantz, announcing the country's first production line of N95 masks. Gantz said the local production "removes our dependence on foreign factors and contributes to the Israeli economy during a difficult period." (Photo by MENAHEM KAHANA / AFP)
Beaucoup de masques, énormément de doutes
Qui se cache derrière Avrox, firme établie à Luxembourg et à qui l'Etat belge a passé commande pour 15 millions de masques? Le flou persiste et, chez nos voisins, le doute grandit de voir un jour la commande se concrétiser.
Christian worshippers attend a mass while wearing protective masks due to the COVID-19 pandemic at the Mart Shmoni church in Arbil, the capital of the autonomous Kurdish region of northern Iraq, on May 17, 2020. (Photo by SAFIN HAMED / AFP)
Priorité aux masques pour un élu belge débrouillard
Alors que le déconfinement se profile en Belgique, la fourniture d' un masque de protection à chaque Belge pose toujours question. Le maire de Lincent a décidé de prendre les devants et d'approvisionner lui-même ses 3.500 administrés.
Municipal employees put masks in envelopes to send the town's residents in Lincent on April 28, 2020, during a lockdown in the country aimed at curbing the spread of the COVID-19 pandemic, caused by the novel coronavirus. - Belgian municipalities are starting to provide their residents with washable masks, as the country prepares to ease coronavirus lockdown measures. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Haro sur les pouvoirs spéciaux en Belgique
La N-VA mène la fronde contre les dispositions particulières confiées au gouvernement Wilmès dans la lutte contre le coronavirus. Les pouvoirs spéciaux pourraient ne pas être renouvelés en juin.
Belgian Prime Minister Sophie Wilmes (R) speaks during a press conference following a meeting of the National Safety Council, gathering politicians and intelligence services, to discuss how to tackle the spread of the COVID-19, the novel coronavirus, in Brussels on April 15, 2020. (Photo by Benoit DOPPAGNE / BELGA / AFP) / Belgium OUT