Changer d'édition

Carola Rackete va porter plainte contre Salvini
International 05.07.2019

Carola Rackete va porter plainte contre Salvini

Carola Rackete va porter plainte contre Salvini

Photo: AFP
International 05.07.2019

Carola Rackete va porter plainte contre Salvini

L'un des avocats de la capitaine du navire humanitaire Sea-Watch, a annoncé vendredi que sa cliente allait porter plainte pour diffamation contre le ministre italien de l'Intérieur, qui s'est déchaîné contre la jeune femme.

AFP - «Nous avons déjà préparé la plainte contre le ministre Salvini», a déclaré Me Alessandro Gamberini sur une radio italienne, assurant que ce n'était «pas facile de faire l'inventaire de toutes les insultes formulées par M. Salvini ces dernières semaines».

«Dans le circuit de ces lions du clavier habitués aux insultes, c'est lui qui remue les eaux troubles de la haine. Une plainte pour diffamation est un moyen de lancer un signal», a-t-il ajouté.

«Elle enfreint les lois et attaque des navires militaires italiens, et ensuite elle porte plainte contre moi», a réagi le ministre italien sur les réseaux sociaux. «Je n'ai pas peur des mafieux, alors imaginez une communiste allemande riche et gâtée... Gros bisous».

Aux commandes du Sea-Watch, Carola Rackete a été arrêtée après avoir accosté de force la semaine dernière sur l'île italienne de Lampedusa pour débarquer 40 migrants secourus en mer et bloqués à bord pendant plus de deux semaines.

Mardi, une juge italienne a invalidé son arrestation, au motif qu'elle avait agi pour sauver des vies. Deux enquêtes distinctes, pour résistance à un officier et pour aide à l'immigration clandestine, continuent cependant de peser sur elle.

Jean Asselborn, ministre des Affaires étrangères, avait notamment plaidé sa cause sur les réseaux sociaux, appelant son homologue italien, Enzo Moavero Milanesi, à libérer la jeune femme.

Pendant toute la durée de la crise, M. Salvini a multiplié les déclarations et les tweets furieux à son égard, la décrivant comme une «emmerdeuse», une «criminelle», une «pauvre femme qui a seulement essayé de tuer cinq militaires italiens»...

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Carolina Rackete retrouve la liberté
Une juge italienne a invalidé mardi soir l'arrestation de la capitaine du Sea-Watch 3 arrêtée samedi pour avoir accosté de force à Lampedusa pour faire débarquer 40 migrants, au grand dam du ministre de l'Intérieur Matteo Salvini.
02.07.2019, Nordrhein-Westfalen, Köln: Eine Demonstrantin hält ein Bild von der Sea-Watch-Kapitänin Carola Rackete mit der Aufschrift «#FREECAROLA!» in der Hand. Die Kapitänin der deutschen Hilfsorganisation Sea-Watch, Carola Rackete, kommt frei. (Wiederholung mit verändertem Bildausschnitt) Foto: Federico Gambarini/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Quelques mots «directs» de Jean pour sauver Carola
«Sauver des vies humaines est un devoir et ne saurait jamais être un délit ou un crime». Pour plaider la remise en liberté de Carola Rackete, jeune capitaine du Sea-Watch, Jean Asselborn s'est directement adressé à son homologue italien, Enzo Moavero Milanesi.
This handout video grab released on the Twitter account of NGO Sea Watch, shows Carola Rackete, captain of the Sea Watch 3 rescue ship off the coast of Lampedusa. Captain Rackete entered Italian waters despite the threat of a hefty fine, she said she is prepared to go to prison over her bid to bring to safety the 42 migrants rescued off the Libyan coast. (Photo by HO / Sea Watch / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / SEA WATCH" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS --- NO ARCHIVE ---