Changer d'édition

Cachez ces malades que je ne saurais voir
International 3 min. 08.10.2020

Cachez ces malades que je ne saurais voir

La capitale belge figure parmi les plus contaminées d’Europe.

Cachez ces malades que je ne saurais voir

La capitale belge figure parmi les plus contaminées d’Europe.
Photo: AFP
International 3 min. 08.10.2020

Cachez ces malades que je ne saurais voir

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Un bourgmestre flamand refuse d'accueillir des malades bruxellois du covid, soufflant ainsi sur les premières braises communautaires de l’ère De Croo.

De notre correspondant, Max Helleff (Bruxelles) - L’histoire retiendra que le premier relent communautaire des débuts du gouvernement De Croo a été inspiré par le covid. Christoph d’Haese, le bourgmestre nationaliste (N-VA) de la petite ville flamande d’Alost (nord-ouest de Bruxelles), a clairement fait savoir aux hôpitaux bruxellois qu’ils devaient garder leurs malades du coronavirus. Il n’y a pas de place pour eux dans les établissements hospitaliers de sa ville… 

«Les limites de la solidarité médicale ont été atteintes», a déclaré Christoph d’Haese à la chaîne publique flamande VRT. «Je suppose raisonnablement que le principe de base devrait être qu’un patient d’Alost devrait pouvoir aller dans un hôpital d’Alost. C’est aussi la chose la plus responsable médicalement à mon avis.» Puis, le bourgmestre s’est fait comptable : «Les interventions (en hôpital) programmées diminuent en raison de la crise du coronavirus, ce qui a des conséquences sur les finances.»

Ces arguments font partie du discours que renvoient classiquement les nationalistes flamands aux francophones. Un vieux slogan de l’extrême droite proclame «Eigen volk eerst» («d’abord mon propre peuple»). Quant aux histoires d’argent, elles n’ont cessé de polluer les relations entre la Flandre et les territoires francophones depuis des décennies, la première pointant les transferts financiers flamands dont profiteraient honteusement les seconds. La sécurité sociale reste à ce jour l’un des derniers traits d’union entre tous les Belges, avec la monarchie et la Défense.


(FILES) In this file photo taken on April 20, 2020 Funeral services employees wearing protective gears carry the coffin of a victim of the COVID-19 outside the morgue of the Saint-Luc Hospital in Namur, amid the spread of the coronavirus. - More than one million people have died from the coronavirus, according to an AFP toll, with no let-up in a pandemic that has ravaged the world economy, inflamed diplomatic tensions and upended lives from Indian slums and Brazilian jungles to America's biggest city. (Photo by JOHN THYS / AFP)
La Belgique franchit la barre des 10.000 morts du covid
Le royaume voisin a enregistré un dix mille et unième décès attribué au coronavirus. Un chiffre symbolique qui ne manque pas de raviver des critiques sur la gestion de la crise sanitaire.

La sortie du bourgmestre d’Alost a été très critiquée. Par la presse. Par le corps médical qui a mis en avant le devoir de solidarité et les usages prévalant entre les hôpitaux. Par des politiques également, tel le bourgmestre de Malines, le libéral flamand Bart Somers, qui dit être prêt à ouvrir en grand les lits de ses hôpitaux aux Bruxellois.

Ce n’est pas la première fois que Christoph d’Haese est pointé du doigt. La présence de caricatures antisémites lors du carnaval d’Alost et l’absolution que leur a donnée l’édile en dépit des condamnations venues de l’étranger l’ont plus d’une fois mis sur le gril. Sa rhétorique lui a néanmoins permis de doubler son score électoral en quelques années.

Traditionnellement, Bruxelles, «ville socialiste, sale et pleine d’immigrés», a mauvaise presse en Flandre. La N-VA et le Vlaams Belang tirent parti de cette image pour dire à quel point l’argent flamand qui aboutit dans les caisses de l’Etat fédéral est mal utilisé. La présence de la capitale sur le podium des villes les plus contaminées d’Europe et ses conséquences (cafés et salles des fêtes fermés, sports à huis clos, etc. à partir de ce jeudi) n’arrangent rien à l’affaire. Sans oublier la mise en quarantaine des gouvernements bruxellois et wallon après qu’un de leurs ministres respectifs a été testé positif mercredi.


Students of the Russian University of Transport wearing face masks attend a lecture in Moscow on October 5, 2020, amid the ongoing coronavirus pandemic. - Russia confirmed 10,888 new Covid-19 cases on October 5, bringing the country�s official amount to 1,225,889 as the number of new infections across the country continues to rise. (Photo by Natalia KOLESNIKOVA / AFP)
Les universités belges sous observation
Les autorités académiques tentent de jauger la situation sanitaire sur les campus. Un nouveau confinement partiel n’est pas impossible.

Ce type d’humiliations intercommunautaires entre Flamands et francophones n’est pas rare. Cet été, un incident entre «jeunes Bruxellois» et policiers sur la plage de Blankenberge sur fond de non-respect des mesures covid a eu l’honneur des débats en commission Intérieur de la Chambre. Rien de moins…

Le pied de nez adressé par le bourgmestre alostois aux Bruxellois resterait au niveau du bac à sable s’il n’augurait des difficultés communautaires qu’aura à connaître le gouvernement De Croo dans les prochaines années. Les nationalistes flamands qui n’ont pu y accéder sauront lui rappeler très vite leur existence.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Un déconfinement très relatif en Belgique
L’assouplissement des mesures sanitaires d’application depuis le 1er octobre a ses limites. Le port du masque reste ainsi obligatoire en certains endroits de Bruxelles et des grandes villes.
A man wearing a face mask walks past a supermarket's wall displaying a mural photograph of apples in Barcelona on October 1, 2020. - Spain's government published a decree extending drastic restrictions across the capital today, with partial lockdown measures to come into play within 48 hours, despite fierce opposition from Madrid's regional authorities. (Photo by LLUIS GENE / AFP)
Belgique: Une coloration «flamand rouge» pour Bruxelles
La proposition a fait l’effet d’une bombe. Le président des socialistes flamands (SP.A), John Crombez, et l’un de ses camarades de parti, le ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet, veulent révolutionner Bruxelles en faisant tabula rasa de ses institutions actuelles.
Bruxelles se compose de 19 communes qui nourrissent un sentiment d’autonomie farouche les unes vis-à-vis des autres, mais aussi des autres 
niveaux de pouvoir.