Changer d'édition

Bruxelles roulera au pas en 2021
International 2 min. 12.11.2019

Bruxelles roulera au pas en 2021

Les infrastructures routières vont être réaménagées pour imposer le 30 km/h aux véhicules dans la capitale et sa Région

Bruxelles roulera au pas en 2021

Les infrastructures routières vont être réaménagées pour imposer le 30 km/h aux véhicules dans la capitale et sa Région
Photo: AFP
International 2 min. 12.11.2019

Bruxelles roulera au pas en 2021

Les automobilistes, les motos et les poids lourds devront s'y faire: à l’avenir, la vitesse dans les rues de Bruxelles sera limitée à 30km/h. Le 50km/h, voire le 70 km/h, ne resteront autorisés que sur les grands axes.

De notre correspondant, Max HELLEFF (Bruxelles) - L'écologiste flamande Elke Van den Brandt, la nouvelle ministre régionale en charge de la mobilité, des travaux publics et de la sécurité routière, est à l'origine de cette décision qui fait déjà figure de (petite) révolution. La vitesse sur certaines artères (notamment autour du parc Royal et de la Grand-Place) était déjà limitée à 30km/h, mais rien n'obligeait dans les faits les automobilistes à la respecter.

Ce temps est révolu. Officiellement, c'est le nombre élevé d'accidents corporels sur les routes bruxelloises qui conduit le pouvoir politique à durcir le ton. Les cyclistes sont particulièrement touchés (+16 % au premier semestre 2019).

Décision unilatérale

Dès 2021, le 30 km/h deviendra donc la règle dans toute la Région. La zone 30 sera davantage contrôlée et les automobilistes qui ne la respecteront pas sanctionnés plus sévèrement. La Région investira dans de nouveaux radars. Le centre régional de traitement des amendes passera de 200.000 à 350.000 contraventions par an. Ses effectifs seront revus à la hausse.  

En Belgique, la mobilité dépend en grande partie des Régions. En principe, il est de bon ton que celles-ci s'accordent avant de prendre une décision susceptible de toucher tous les usagers, peu importe l'endroit du pays d'où ils viennent.  


Haro sur la taxe kilométrique bruxelloise
La mesure, qui répond au mal belge en termes de mobilité, fait l’objet d’une avalanche de critiques.

Mais cette fois, Bruxelles a décidé de faire cavalier seul et de prendre des mesures drastiques. L'annonce de la quasi-généralisation du 30 km/h a immédiatement entraîné la fureur des automobilistes sur les réseaux sociaux. Ils sont nombreux à brandir l'impossibilité technique pour les voitures actuelles de rouler à faible allure sur une longue distance. Ce coup de gueule a inspiré le caricaturiste Kroll qui s'est fendu d'un dessin iconoclaste montrant un policier bienveillant à l'égard d'une voiture roulant au pas… sur ses deux jambes. 

Embouteillage permanent 

La capitale attire chaque jour 190.000 navetteurs motorisés. Il faut y ajouter 175.000 véhicules bruxellois. «Autrement dit, en semaine, plus de 370.000 voitures circulent quotidiennement à Bruxelles, seulement pour les déplacements domicile – travail. La distance moyenne des déplacements des Bruxellois est de 6 kilomètres», plaide Bruxelles Environnement.

Les dommages collatéraux sont légion. La ville est en permanence embouteillée. L'été, elle suffoque dans un nuage de pollution. Les Bruxellois qui en ont le moyen ont fui la capitale et se sont installés dans les Brabant flamand et wallon proches, contribuant à la périurbanisation et à d'autres problèmes de mobilité.


La ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt est déterminée à accélérer le processus d'une taxation kilométrique intelligente à Bruxelles-Capitale
Circuler à Bruxelles devrait devenir payant
Alors que ses collègues wallon et flamand tergiversent, la ministre de la Mobilité de la région de Bruxelles-Capitale, Elke Van den Brandt (Groen) a annoncé l'instauration d'une taxation kilométrique. Aucune date d'entrée en vigueur n'a été donnée.

Les Verts bruxellois font valoir qu'ils n'ont jamais caché leurs intentions. Durant la dernière campagne électorale, ils ont affiché l'ambition «de transformer Bruxelles en capitale européenne de la transition écologique et solidaire» via un plan massif d’investissements dans l'isolation des maisons et le développement des alternatives à la voiture.  En ligne de mire: la réduction en 2030 de 35% des émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990, conformément aux prescrits européens.  

Concrètement, la voirie bruxelloise devrait être refaçonnée en profondeur dans les prochaines années. L'objectif est de revoir les infrastructures routières de manière à rendre possible la cohabitation des voitures, des vélos et des piétons. Un véritable défi en soi.  


Sur le même sujet

Circuler à Bruxelles devrait devenir payant
Alors que ses collègues wallon et flamand tergiversent, la ministre de la Mobilité de la région de Bruxelles-Capitale, Elke Van den Brandt (Groen) a annoncé l'instauration d'une taxation kilométrique. Aucune date d'entrée en vigueur n'a été donnée.
La ministre bruxelloise de la Mobilité Elke Van den Brandt est déterminée à accélérer le processus d'une taxation kilométrique intelligente à Bruxelles-Capitale