Changer d'édition

Bruxelles privée de mesures d’assouplissement
International 4 min. 21.08.2021
Covid-19

Bruxelles privée de mesures d’assouplissement

Le ministre-président bruxellois Rudy Vervoort s'est dit prêt à «faire du porte-à-porte» pour convaincre les réticents bruxellois.
Covid-19

Bruxelles privée de mesures d’assouplissement

Le ministre-président bruxellois Rudy Vervoort s'est dit prêt à «faire du porte-à-porte» pour convaincre les réticents bruxellois.
Photo: AFP
International 4 min. 21.08.2021
Covid-19

Bruxelles privée de mesures d’assouplissement

Toute la Belgique retourne à une vie (presque) normale, à l’exception de sa capitale qui paie le prix fort du rejet vaccinal.

De notre correspondant Max Helleff (Bruxelles) - Un nouveau comité de concertation a réuni vendredi les différents niveaux de pouvoir du pays (fédéral, régions et communautés) afin de décider de la suite à donner aux mesures anti-covid. A l’entame de l’été, un calendrier d’assouplissements avait été adopté. Une quatrième phase était programmée pour le 1er septembre. C’était sans compter l’échec patent de la campagne de vaccination dans la région de Bruxelles-Capitale.


A staff member flashes a QR code of a suporter's Covid-19 health pass before the start of the French L1 football match between Stade Rennais Football Club and RC Lens at The Roazhon Park Stadium in Rennes, northwestern France on August 8, 2021. (Photo by JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)
Un «covid pass» parfois exigé en Belgique
Les organisateurs des spectacles et des événements de plus de 1.500 spectateurs ont désormais la possibilité d’exiger un «covid safe ticket».

Concrètement, à partir du 1er septembre, le port du masque reste obligatoire en Belgique dans les magasins et les centres commerciaux, les salles de conférences, les auditoires et les lieux de culte, les bibliothèques et les marchés. Il en ira toujours de même dans les transports en commun et les gares. Mais, en revanche, le masque ne sera plus imposé dans les entreprises, les administrations publiques, les associations, ainsi que lors d’événements et fêtes privés (de 200 spectateurs ou plus à l’intérieur, de 400 spectateurs ou plus à l’extérieur). Les organisateurs devront imposer la distanciation sociale ou exiger le «covid save ticket» (passeport sanitaire), si ces jauges sont dépassées. 

Les restrictions relatives aux heures d’ouverture et de fermeture de l’Horeca sont abrogées. Le nombre de personnes par table n’est plus limité, le service au bar est autorisé. Le port du masque reste toutefois obligatoire à l’intérieur des restaurants et bars lors des déplacements.

A partir du 1er septembre encore, il sera autorisé de danser et d’organiser des buffets lors de fêtes privées, notamment les mariages. A partir du 1er octobre cette fois, danser dans les cafés sera de nouveau autorisé. Les discothèques seront rouvertes à la même date.

Il y a toutefois un bémol: ces assouplissements n’auront pas cours dans l'immédiat à Bruxelles. «Nous ne pouvons pas nous laisser endormir», a estimé le Premier ministre Alexander De Croo. «Bruxelles maintiendra certaines règles. Parallèlement, des efforts seront faits pour accroître le taux de vaccination.» Le ministre-président bruxellois Rudy Vervoort a ajouté que «les assouplissements étaient mis sur pause» dans la capitale, le taux de vaccination y restant insuffisant, surtout chez les plus jeunes. «S’il le faut, nous irons jusqu’au porte-à-porte pour convaincre», a-t-il dit, en pointant encore les «marchés» et les «lieux de culte».


Corona Altenheim
La vaccination anti-covid s'impose aux soignants belges
Rien ne sera effectif avant le mois prochain mais le Comité de concertation présidé par le Premier ministre Alexander De Croo a décidé, vendredi, qu'infirmiers, médecins et autres soignants se devaient d'être vaccinés.

Une autre décision risque de faire polémique: l’obligation de vaccination complète «à l’ensemble des prestataires de soins, y compris les indépendants, tant dans le secteur ambulatoire que dans les établissements de soins». Les ministres de la Santé publique et de l’Emploi sont invités à organiser les concertations sociales nécessaires à «l’opérationnalisation de cette obligation vaccinale». La mesure vise notamment le personnel des maisons de retraite en contact avec une patientèle le plus souvent fragile.

Les autorités belges continuent donc à croire dans la capacité du vaccin à rendre à la population une vie normale. «Nous sommes les meilleurs en matière de vaccination», avait déclaré jeudi Alexander De Croo sur la chaîne privée flamande VTM, s'appuyant sur les 68% de Belges complètement vaccinés. «Mais dans un certain nombre de villes et un certain nombre de communes à Bruxelles, le taux de vaccination est beaucoup trop faible. 

La vraie priorité doit être de faire en sorte que davantage de personnes soient vaccinées», avait déjà prévenu le libéral flamand. Le Premier ministre avait qualifié alors la capitale de «talon d’Achille» de la campagne de vaccination. «Ce n’est pas acceptable…» Au début de la semaine, une première mesure avait été prise pour freiner la propagation du virus dans la capitale: le port du masque restera obligatoire dans l’enseignement fondamental bruxellois, alors qu’il est assoupli en Wallonie.

Paradoxalement, toutes ces mesures sont annoncées dans un contexte pour le moins incertain. Tous les indicateurs épidémiologiques sont de nouveau à la hausse en Belgique. Jeudi, la Wallonie est repassée en rouge sur la carte du centre européen de prévention et de contrôle des maladies, quelques semaines après Bruxelles.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Il ne sera plus nécessaire de porter le masque dans les bars, restaurants et les commerces belges, à moins que les régions n'en décident autrement.
Some attendees wear masks during Oktoberfest Zinzinnati in Cincinnati, Ohio on September 16, 2021. - Oktoberfest Zinzinnati, which was cancelled in 2020 due to the Covid-19 pandemic, is back this year and is generally the largest Oktoberfest celebration in the United States. (Photo by Jeff Dean / AFP)
Rien ne sera effectif avant le mois prochain mais le Comité de concertation présidé par le Premier ministre Alexander De Croo a décidé, vendredi, qu'infirmiers, médecins et autres soignants se devaient d'être vaccinés.
Corona Altenheim