Changer d'édition

Bruxelles ne veut pas d'un Brexit à n'importe quel prix
International 3 min. 25.11.2020

Bruxelles ne veut pas d'un Brexit à n'importe quel prix

La concurrence équitable fait partie des trois derniers points de blocage dans les négociations entre Londres et Bruxelles.

Bruxelles ne veut pas d'un Brexit à n'importe quel prix

La concurrence équitable fait partie des trois derniers points de blocage dans les négociations entre Londres et Bruxelles.
Photo: AFP
International 3 min. 25.11.2020

Bruxelles ne veut pas d'un Brexit à n'importe quel prix

A quelques jours de la fin de période de transition sur la sortie du Roayume-Uni, la présidente de la Commission européenne a réaffirmé mercredi son intention de trouver un accord commercial. A condition, prévient-elle, que celui-ci n'affecte pas «l'intégrité du marché unique».

(ASdN avec AFP) - Alors que les négociations patinent depuis de longs mois, Bruxelles entend bien tout faire pour trouver un accord avec Londres. «Nous sommes prêts à faire preuve de créativité», a ainsi assuré Ursula von der Leyen. Mais pas à n'importe quel prix. La présidente de la Commission européenne se dit en effet «pas prête à remettre en cause l'intégrité du marché unique», en particulier le respect de ses normes environnementales, sociales, fiscales ou sur les aides d'Etat. 

Celle qui a succédé au Luxembourgeois Jean-Claude Juncker a ainsi insisté sur la nécessité de mettre en place dans le futur accord des «recours» au cas où l'UE ou le Royaume-Uni s'écarteraient dans le temps des normes communes convenues. «La confiance est bonne, mais la loi est meilleure», a-t-elle assuré.

Le sujet sensible de la pêche

Bruxelles réclame un mécanisme qui permette de prendre des contre-mesures immédiates et unilatérales en cas de changement soudain des normes par l'une des deux parties, pour éviter toute concurrence déloyale, ce que le Royaume-Uni refuse. La présidente a rappelé que ces garanties en matière de concurrence équitable font partie des trois derniers points de blocage dans les négociations, avec l'accès des Européens aux eaux britanniques et la manière de régler les différends dans le futur accord. 


La pêche s'invite au cœur des négociations post-Brexit
Michel Barnier a averti mercredi qu'un accord commercial avec le Royaume-Uni ne serait possible qu'à condition qu'un compromis sur la pêche soit trouvé. Il accuse Londres d'utiliser ce sujet comme «monnaie d'échange» dans les négociations.

Sur la pêche - un sujet explosif pour quelques Etats membres dont la France - «personne ne remet en cause la souveraineté du Royaume-Uni sur ses propres eaux, mais nous demandons de la prévisibilité et des garanties pour les pêcheurs qui y naviguent depuis des décennies, voire des siècles», a-t-elle dit. «Notre position sur la pêche n'a pas changé, nous ne pourrons progresser que si l'UE accepte la réalité selon laquelle nous devons être en mesure de contrôler l'accès à nos eaux», lui a répondu à distance le Premier ministre britannique Boris Johnson, lors d'une intervention devant son Parlement. 

Sur le règlement des différends, Ursula von der Leyen réclame un système «solide» afin de «garantir que ce qui a été convenu est effectivement convenu», «surtout à la lumière de l'expérience récente». L'Allemande fait ici référence au projet de loi britannique qui revient en partie sur l'Accord de retrait, le traité qui encadre le départ britannique le 31 janvier dernier. Ce revirement - en particulier sur des dispositions destinées à préserver la paix sur l'île d'Irlande - a sérieusement entamé la confiance de Bruxelles, qui réclame le retrait des articles controversés. 

J-40

Le vice-président de la Commission, Maros Sefcovic, chargé de régler la question dans le cadre d'un comité mixte qu'il copréside avec le Britannique Michael Gove, a dit espérer une réunion de ce comité «dans les prochains jours». «Les négociations sont difficiles mais j'apprécie l'atmosphère constructive», a-t-il déclaré. «Ce sont des jours décisifs pour les négociations avec le Royaume-Uni. Mais franchement, je ne peux pas vous dire aujourd'hui s'il y aura finalement un accord», a souligné von der Leyen. 


Wirtschaft, Finanzplatz Boulevard Royal
La Place bénéficie des retombées du Brexit
Si Dublin reste en tête de la course à la relocalisation d'entreprises suite au départ du Royaume-Uni de l'UE, le Luxembourg tire son épingle du jeu selon une étude de la société britannique de services immobiliers Knight&Frank. La capitale du Grand-duché attire principalement des sociétés d'asset management et d'assurances.

Il reste moins de 40 jours avant le 31 décembre, date à laquelle s'achèvera la période de transition post-Brexit et à laquelle le Royaume-Uni cessera d'appliquer les normes européennes. Sans traité commercial pour régir leur relation, Londres et Bruxelles courent le risque d'un nouveau choc économique, qui viendrait s'ajouter à celui provoqué par l'épidémie de nouveau coronavirus. Ultime contrainte: les négociateurs doivent théoriquement laisser suffisamment de temps à leurs parlements pour qu'ils puissent ratifier un accord avant le 1er janvier. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Londres ignore l'ultimatum de l'UE sur le Brexit
Pas question pour le Royaume-Uni de retirer une loi controversée sur la sortie du pays de l'Union européenne. Une conduite qui ne devrait pas affecter les négociations sur la future relation commerciale, entrées dans leur dernière ligne droite.
Anti-Brexiteer activist Steve Bray holds an EU flag and a placard as he stands alongside a sign about Brexit posted on a busstop shelter in Westminster, central London on October 28, 2020. - Britain and the European Union launched an all-out round of Brexit talks vowing to work round the clock to seal a trade deal in the slender time left. (Photo by JUSTIN TALLIS / AFP)
Tout oppose Londres et Bruxelles sur l'après-Brexit
Le Premier ministre britannique Boris Johnson a conditionné ce vendredi la poursuite des négociations commerciales à «un changement fondamental d'approche» de la part des Européens, malgré la menace d'un «no deal» le 1er janvier. Le fossé se creuse plus que jamais.
European and British flags.
Bruxelles ouvre les hostilités contre Londres
L'UE a entamé ce jeudi une procédure d'infraction contre le Royaume-Uni pour ce qu'elle considère comme une violation du traité du Brexit, une annonce qui ne devrait cependant pas troubler les négociations toujours en cours.
European Commission President Ursula von der Leyen adjusts her facemask ahead of delivering a statement ahead of the first day of a European Union (EU) summit at The European Council Building in Brussels on October 1, 2020. - EU chief Ursula von der Leyen declared October 1, 2020,  that Brussels is taking legal action over the British government's attempt to overturn parts of the Brexit withdrawal agreement. (Photo by JOHANNA GERON / POOL / AFP)
Les tractations reprennent entre Bruxelles et Londres
L'UE et le Royaume-Uni ont entamé ce mardi une semaine décisive de négociations sur leur future relation commerciale, le jour même où la Chambre des Communes se prononce sur le très controversé projet de loi britannique qui revient en partie sur l'accord du Brexit.
ARCHIV - 07.01.2019, Großbritannien, London: Die Fahnen der EU (oben) und von Großbritannien wehen vor dem Parlament in Westminster. Angesichts ausbleibender Fortschritte in den Verhandlungen über ein Handelsabkommen nach der Brexit-Übergangsphase schlägt die europäische Wirtschaft Alarm. Am Dienstag (29.09.2020) soll die letzte offizielle Verhandlungsrunde zwischen London und Brüssel beginnen. Foto: Yui Mok/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La Place bénéficie des retombées du Brexit
Si Dublin reste en tête de la course à la relocalisation d'entreprises suite au départ du Royaume-Uni de l'UE, le Luxembourg tire son épingle du jeu selon une étude de la société britannique de services immobiliers Knight&Frank. La capitale du Grand-duché attire principalement des sociétés d'asset management et d'assurances.
Wirtschaft, Finanzplatz Boulevard Royal