Changer d'édition

Bruxelles monte le ton face à Londres
International 3 min. 24.04.2020

Bruxelles monte le ton face à Londres

Bruxelles monte le ton face à Londres

Photo: AFP
International 3 min. 24.04.2020

Bruxelles monte le ton face à Londres

Le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, le très policé Michel Barnier, a accablé vendredi les Britanniques, à l'issue d'une semaine de discussions sur les futures relations post-Brexit.

(AFP) - «L'objectif que nous avions d'avancer vers des progrès tangibles (...) n'a été que très partiellement atteint au terme de cette semaine», a regretté le Français. «Le Royaume-Uni n'a pas voulu s'engager sérieusement sur un certain nombre de points fondamentaux», a-t-il déploré, à l'issue de négociations par visioconférence, pendant lesquelles les Britanniques ont réaffirmé leur volonté de ne pas prolonger la période de transition. 

«Le Royaume-Uni ne peut pas refuser de prolonger la transition et dans le même temps ralentir les discussions dans certains domaines», a insisté M. Barnier. S'il juge ces «difficultés sérieuses», le Français les croit «encore surmontables avec de la volonté politique, du réalisme et du respect mutuel». La date butoir de juin pour évaluer les chances d'un accord se rapproche pourtant à grands pas et le manque de progrès fragilise la perspective d'un accord d'ici à fin décembre. 

«En gros, ça n'a pas avancé d'un iota», résume une source européenne. «Le problème, c'est que le Brexit est devenu la dernière roue du carrosse avec la pandémie. Il y a un manque d'attention politique - naturelle compte tenu des circonstances - et une lassitude», ajoute-t-elle. Conséquences : même si Londres et Bruxelles continuent d'afficher leur «ambition» et leur volonté d'avancer, les divergences déjà présentes début mars, après le premier cycle de négociations, sont toujours là. «Les Britanniques ne s'engagent pas dans les domaines où ils n'ont pas un intérêt à trouver un accord», a expliqué vendredi une source proche des discussions. 

Rien n'a bougé, notamment, sur la forme que prendraient ces nouvelles relations : les Britanniques souhaitent toujours plusieurs accords (relations commerciales, pêche, etc.), tandis que l'UE en veut un global, en particulier pour peser sur les négociations en avançant sur tous les sujets en même temps. Autre sujet explosif, la pêche, un point crucial pour plusieurs Etats membres (à commencer par la France et le Danemark). «S'il n'y a pas d'accord sur la pêche, il n'y aura pas d'accord de commerce, c'est aussi simple que ça. Je pense que le Royaume-Uni a reçu le message», a lancé M. Barnier. 


ARCHIV - 29.01.2016, Belgien, Brüssel: Eine Flagge Großbritanniens weht vor dem Gebäuder der Europäischen Kommission. (zu dpa: «Politik und Wirtschaft wollen Klarheit für Zeit nach Brexit») Foto: Laurent Dubrule/EPA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Les divergences entre l'UE et Londres restent profondes
Des discussions sur le futur accord post-Brexit entre Londres et l'UE s'ouvrent ce lundi à Bruxelles dans un climat tendu et sous la pression du calendrier. D'autant que plusieurs points de friction sont susceptibles de bloquer les négociations.

Pourtant, les Britanniques n'ont toujours pas présenté leur texte sur le sujet, invoquant, selon la source européenne, «l'extrême sensibilité du sujet». La question litigieuse des conditions de concurrence, que l'UE veut «transparentes et équitables» pour empêcher qu'une économie dérégulée ne surgisse à sa porte, reste également en suspens. De telles conditions supposent le respect de normes communes dans les domaines social, du travail, environnemental, fiscal notamment, ce que Londres refuse au nom du «contrôle de ses propres lois». Mais Michel Barnier prévient : «Cet accord ne se fera pas, jamais, au détriment du marché intérieur.»

Il s'agissait du deuxième cycle de pourparlers sur les futures relations post-Brexit, après une longue interruption de six semaines à cause de coronavirus, les négociateurs européen Michel Barnier et britannique David Frost ayant tous deux contracté la maladie Covid-19. Les autres séances de négociations auront lieu en mai puis début juin. «Nous devons les utiliser pour faire de vrais progrès tangibles dans tous les domaines», a martelé le Français. 

Malgré une conjoncture perturbée par la pandémie, le Royaume-Uni, divorcé de l'UE le 31 janvier, refuse toute prolongation au-delà de fin décembre de la période de transition, pendant laquelle il continue d'appliquer les normes européennes. Selon l'organisme public OBR, ce pays est pourtant sous la menace d'une récession historique avec une possible chute du PIB de 13% en 2020. 


Sur le même sujet

Londres et l'UE loin d'un compromis autour du Brexit
Entravées par la pandémie, les négociations entre les représentants britanniques et européens Londres et Bruxelles reprennent mardi sans grand espoir de sortir de l'impasse, malgré la pression du calendrier et le risque d'un «no deal».
(FILES) In this file photo taken on March 2, 2020 European Union chief Brexit negotiator Michel Barnier (R) and the British Prime Minister's Europe adviser David Frost pose for a photograph at start of the first round of post-Brexit trade deal talks between the EU and the United Kingdom, in Brussels. - Incapable of the slightest advance for three past months, British and Europeans seem to be embarking on a dead end when approaching, with a certain tension, the fourth round of negotiations, yet crucial on their post-Brexit relationship, that will take place on June 2, 2020. (Photo by Olivier HOSLET / POOL / AFP)
La pandémie pèse même sur le Brexit
Les négociations entre l'Union européenne et le Royaume-Uni sur leur relation post-Brexit reprennent lundi. Mais la longue interruption pour cause d'épidémie de covid-19 rend incertaine la perspective d'un accord d'ici fin décembre.
Exterior cleaning contractor Robin Barclay from Flamingo Exterior Cleaning voluntarily disinfects public surfaces in Ayr town Centre on the west coast of Scotland on April 18, 2020 as life in Britain continues under lockdown to halt the spread of the coronavirus COVID-19 illness. - Malcolm Bennet and Robin Barclay, owners of Flamingo Exterior Cleaning, have been donating their time and materials to clean and disinfect public spaces in towns around Aryshire on the west coast of Scotland as a way of contributing to the fight against the spread of the new coronavirus amid a deadly global pandemic. (Photo by ANDY BUCHANAN / AFP)
La Place bénéficie des retombées du Brexit
Si Dublin reste en tête de la course à la relocalisation d'entreprises suite au départ du Royaume-Uni de l'UE, le Luxembourg tire son épingle du jeu selon une étude de la société britannique de services immobiliers Knight&Frank. La capitale du Grand-duché attire principalement des sociétés d'asset management et d'assurances.
Wirtschaft, Finanzplatz Boulevard Royal
Les divergences entre l'UE et Londres restent profondes
Des discussions sur le futur accord post-Brexit entre Londres et l'UE s'ouvrent ce lundi à Bruxelles dans un climat tendu et sous la pression du calendrier. D'autant que plusieurs points de friction sont susceptibles de bloquer les négociations.
ARCHIV - 29.01.2016, Belgien, Brüssel: Eine Flagge Großbritanniens weht vor dem Gebäuder der Europäischen Kommission. (zu dpa: «Politik und Wirtschaft wollen Klarheit für Zeit nach Brexit») Foto: Laurent Dubrule/EPA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'UE douche Londres sur les services financiers
Le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, Michel Barnier, a mis en garde les autorités britanniques ce mardi contre toute «illusion» sur la place des services financiers dans la future relation entre le Royaume-Uni et le continent, que les deux parties vont négocier durant l'année.
TOPSHOT - Staff members take down the United Kingdom's flag from outside the European Parliament building in Brussels on Brexit Day, January 31, 2020. - Britain leaves the European Union at 2300 GMT on January 31, 2020, 43 months after the country voted in a June 2016 referendum to leave the block. The withdrawal from the union ends more than four decades of economic, political and legal integration with its closest neighbours. (Photo by Aris Oikonomou / AFP)