Changer d'édition

Bruxelles entend renforcer l'espace Schengen
International 1 2 min. 02.06.2021

Bruxelles entend renforcer l'espace Schengen

Ylva Johansson, commissaire européenne aux Affaires intérieures, souhaite mieux contrôler les allers-retours au sein de l'espace de libre circulation mais aussi limiter au maximum les fermetures de frontières.

Bruxelles entend renforcer l'espace Schengen

Ylva Johansson, commissaire européenne aux Affaires intérieures, souhaite mieux contrôler les allers-retours au sein de l'espace de libre circulation mais aussi limiter au maximum les fermetures de frontières.
Photo: EU//Claudio Centonze
International 1 2 min. 02.06.2021

Bruxelles entend renforcer l'espace Schengen

La Commission européenne a présenté mercredi une stratégie pour renforcer ses frontières extérieures et éviter que se perpétuent les contrôles au sein de cette zone de libre circulation introduits par plusieurs pays depuis 2015 et accentués par la pandémie.

(AFP) - «Nous savons qu'il y aura d'autres défis pour Schengen, et nous devons être mieux préparés à les affronter», a déclaré mercredi la commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson. Pour renforcer les contrôles aux frontières extérieures de la zone de libre circulation, l'UE compte sur le déploiement en cours du nouveau contingent permanent de Frontex, qui devrait atteindre 10.000 garde-côtes et garde-frontières d'ici 2027.

Elle mise aussi sur la pleine interopérabilité d'ici 2023 des systèmes d'information pour l'enregistrement des entrées et sorties de Schengen. La Commission a par ailleurs proposé dans le cadre de sa réforme de l'asile dans l'UE une procédure d'enregistrement des arrivées de migrants. «Il y a une proportion assez importante de gens qui entrent dans l'UE sans être contrôlés, sans être enregistrés, c'est une source de préoccupation pour tout l'espace Schengen», a estimé la commissaire suédoise. 

Elle compte présenter à la fin de l'année un «code de coopération policière dans l'UE» pour renforcer l'échange d'informations, et espère l'adoption prochaine du renforcement du mandat d'Europol. Mme Johansson a indiqué être engagée dans un «dialogue» avec les Etats membres qui ont réintroduit des contrôles à leur frontière, en soulignant que cette mesure doit être prise «en dernier ressort» et «ne doit pas être permanente». Plusieurs pays ont réintroduit en 2015 une telle mesure, en raison de menaces terroristes ou de la crise migratoire.


ARCHIV - 17.05.2014, Belgien, Brüssel: Menschen spiegeln sich in einem Fenster mit einer europäischen Flagge im Europäischen Parlament. (Illustration zu dpa "EU-Einreisebeschränkungen sollen für viele Länder bestehen bleiben") Foto: Olivier Hoslet/EPA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Zizanie liée à l'absence d'harmonisation sur le covid-19
La cartographie de l'épidémie mise en place par les autorités de l'UE ne fait pas l'unanimité. Au contraire. Au lieu de donner une idée claire et précise de la situation sur le Vieux continent, elle cause incompréhensions et tensions chez de nombreux Européens.

L'arrivée en 2020 de la pandémie de coronavirus a aussi conduit à des contrôles, cette fois pour des raisons sanitaires, occasionnant des embouteillages de camions et des problèmes d'approvisionnement, ainsi que d'importantes perturbations dans la vie quotidienne des travailleurs frontaliers notamment. Pour vérifier la bonne application des règles de Schengen, notamment le contrôle des frontières extérieures, l'exécutif européen veut rendre plus efficaces ces visites surprises dans les Etats membres, en supprimant le préavis de 24 heures qui était jusque-là appliqué.

L'espace Schengen regroupe 26 pays représentant 420 millions d'habitants, dont 22 membres de l'UE et quatre États associés: Norvège, Islande, Suisse et Liechtenstein. La Commission a appelé le Conseil, institution représentant les Etats de l'UE, à donner son feu vert «dès que possible» à l'adhésion à Schengen de la Roumanie, la Bulgarie et la Croatie.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.



Sur le même sujet

Dans la crainte d'éventuelles limitations de passage d'un Etat à l'autre, les cinq grands territoires belge, luxembourgeois et français viennent de rappeler à leurs dirigeants nationaux combien il était essentiel de maintenir en l'état les relations transfrontalières.
Officers of the Federal Police control a German car at the German-Czech border in an attempt to stem the spread of the new coronavirus variants, in Breitenau, eastern Germany, on February 18, 2021. - Germany partially closed its borders with the Czech Republic and Austria's Tyrol on February 14 over a troubling surge in coronavirus mutations, defying condemnation from the European Union. Germany's new rules on its borders mean only German nationals or residents of Germany are allowed through. Essential workers in sectors such as health and transport can also enter, as well as those crossing for urgent humanitarian reasons, according to the German interior ministry. Everyone must be able to provide a recent negative coronavirus test. (Photo by JENS SCHLUETER / AFP)
Le Vieux continent commémore sans grande pompe en raison de la crise du covid-19, les 70 ans de la déclaration de Robert Schuman. L'occasion d'un entretien avec le Premier ministre Xavier Bettel qui rappelle l'importance de l'unité européenne, surtout en cette période de pandémie.
Politik, ITV Xavier Bettel für Europa Tag, Foto. Lex Kleren/Luxemburger Wort
C'est pile au moment où la crise du covid-19 provoque une étanchéification relative des frontières que l'accord de libre circulation à travers l'Union européenne fête ses 25 printemps.
Corona-Virus - Grenzkontrollen - Luxemburg - Deutschland - Schengen - Viadukt von Schengen - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le ministre des Affaires étrangères a fait le point, ce lundi, suite à sa participation au Conseil des Affaires étrangères de l'Union européenne. Il a lancé un appel à la raison quant à la gestion des frontières et annoncé que le rapatriement de citoyens luxembourgeois suit son cours.
Lokales, Polizei am Freitag bei der Grenze in Remich, Coronavirus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La Commission européenne a donné son feu vert mercredi à une nouvelle prolongation de trois mois des contrôles à certaines frontières intérieures de l'espace Schengen, réintroduits en 2015 par cinq pays confrontés à un fort afflux migratoire.
Théoriquement l'objectif d'un retour à la normale, c'est-à-dire sans contrôles aux frontières intérieures, aurait dû intervenir en  décembre 2016.
La France va mettre en place un contrôle aux frontières pendant un mois, à l'occasion de la conférence de l'ONU sur le climat qui se tient du 30 novembre au 11 décembre à Paris (COP21), a annoncé vendredi le ministre de l'Intérieur sur RMC et BFMTV.