Changer d'édition

Brexit: "Pas de plan B": Juncker exclut toute sortie de la Grande-Bretagne de l'UE
Jean-Claude Juncker, lundi 15 février 2016.

Brexit: "Pas de plan B": Juncker exclut toute sortie de la Grande-Bretagne de l'UE

AFP
Jean-Claude Juncker, lundi 15 février 2016.
International 16.02.2016

Brexit: "Pas de plan B": Juncker exclut toute sortie de la Grande-Bretagne de l'UE

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a exclu mardi toute sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, affirmant que l'exécutif européen n'avait "pas de plan B" comme alternative.

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a exclu mardi toute sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, affirmant que l'exécutif européen n'avait "pas de plan B" comme alternative.

"Nous n'avons pas de plan B, nous avons un plan A. La Grande-Bretagne restera dans l'Union européenne et sera un membre constructif et actif de l'Union", a martelé M. Juncker, qui doit recevoir le Premier ministre britannique David Cameron à la mi-journée à Bruxelles.

"Si je disais que nous avons un plan B, cela donnerait l'impression qu'il y a comme une volonté de la Commission d'envisager sérieusement que la Grande-Bretagne puisse quitter l'Union européenne. Donc je n'entre pas dans les détails d'un plan B", a expliqué le patron de l'exécutif européen, qui joue un rôle de "facilitateur" dans les tractations entre Londres et Bruxelles.

M. Cameron, qui a promis d'organiser un référendum sur le maintien de son pays dans l'UE, espère arracher un compromis lors d'un sommet des 28 chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE jeudi et vendredi à Bruxelles, mais il n'y a pas encore d'accord.

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a présenté le 2 février un pré-accord pour répondre aux revendications britanniques et éviter un "Brexit", mais de l'immigration à la souveraineté politique, en passant par la gouvernance économique, les points de discorde restent nombreux.

Les propositions de M. Tusk "seront examinées jeudi et vendredi" par les dirigeants européens "et nous verrons si oui ou non elles sont considérées comme équitables pour la Grande-Bretagne et équitables pour les autres Etats membres", a commenté M. Juncker. "Il est trop tôt pour le dire", a-t-il dit.

Le référendum, organisé sous la pression des eurosceptiques de l'Ukip et du parti conservateur de M. Cameron, pourrait se tenir dès le mois de juin, si les 28 parviennent à un accord en fin de semaine.


Sur le même sujet

"Brexit": Juncker "assez confiant" sur la perspective d'un accord
Le président de la Commission européenne s'est dit jeudi "assez confiant" sur la perspective de parvenir d'ici à vendredi à un accord des 28 sur les réformes demandées par le Premier ministre britannique, David Cameron, pour éviter une sortie du Royaume-Uni de l'UE.
European Parliament President Martin Schulz (L) and European Commission President Jean Claude Juncker hold a joint news conference ahead of a European Union leaders summit addressing the talks about the so-called Brexit and the migrants crisis in Brussels, Belgium, February 18, 2016. REUTERS/Yves Herman