Changer d'édition

Brexit: May face à l'UE en pleine impasse dans les négociations
International 3 min. 17.10.2018

Brexit: May face à l'UE en pleine impasse dans les négociations

L'espoir initial d'un dénouement lors de ce sommet, jusqu'alors présenté comme un «moment de vérité» à moins de six mois du départ du Royaume-Uni, prévu le 29 mars 2019, s'est évanoui.

Brexit: May face à l'UE en pleine impasse dans les négociations

L'espoir initial d'un dénouement lors de ce sommet, jusqu'alors présenté comme un «moment de vérité» à moins de six mois du départ du Royaume-Uni, prévu le 29 mars 2019, s'est évanoui.
AP
International 3 min. 17.10.2018

Brexit: May face à l'UE en pleine impasse dans les négociations

La Britannique Theresa May retrouve mercredi soir ses collègues européens en plein blocage des négociations sur le Brexit pour un sommet où, sauf surprise, Londres et l'UE en seront réduits à constater leurs divergences persistantes à six mois de leur divorce.

(AFP) - La Première ministre est attendue en début de soirée à Bruxelles pour une courte intervention devant les dirigeants de l'UE, avant que ces derniers ne se retrouvent entre eux pour un dîner à 27.

L'espoir initial d'un dénouement lors de ce sommet, jusqu'alors présenté comme un «moment de vérité» à moins de six mois du départ du Royaume-Uni, prévu le 29 mars 2019, s'est évanoui.

Malgré «la détermination» observée dans les deux camps, la situation n'incite pas à l'optimisme, a souligné mardi le président du Conseil européen Donald Tusk, qui doit rencontrer Mme May en tête-à-tête à 17H45 (15H45 GMT).

«Pour qu'une percée ait lieu, en plus de la bonne volonté, il faut des faits nouveaux (...) Je vais demander à (...) Theresa May si elle a des propositions concrètes pour pouvoir sortir de l'impasse», a déclaré le responsable polonais.

«Nous avons besoin de quelque chose de frais», «une nouvelle méthode de penser», a-t-il lancé. Une solution qui protégera les «valeurs» de l'UE et le marché unique d'un côté, et «le Royaume-Uni et sa souveraineté» de l'autre.

Mme May «est impatiente d'avoir une discussion en face à face avec (Donald Tusk) à Bruxelles», mais elle a déjà «fait connaître sa position», a répondu le porte-parole de la responsable britannique.

Face aux 27, elle aura l'opportunité d'affirmer l'engagement de Londres pour arriver à un accord «aussi rapidement que possible», a ajouté cette même source.

Mise sous pression par une opposition à l'intérieur même de son parti, Mme May dispose d'une marge de manoeuvre très réduite.

Dimanche, malgré la visite surprise à Bruxelles du ministre du Brexit Dominic Raab, les discussions sont restées vaines. Principal écueil: la question d'une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord, dont les deux camps veulent éviter le retour pour sauvegarder les Accords de paix de 1998.

Un accord dans les prochaines semaines?

A Londres, la réunion mardi du conseil des ministres britannique, annoncée comme explosive par les médias, qui pronostiquaient des démissions, s'est finalement achevée sans drame. Selon son porte-parole, Theresa May a de nouveau appelé son équipe à faire bloc.

Dans son invitation aux chefs d'Etat et de gouvernement publiée lundi soir, Donald Tusk estimait le scénario d'une absence d'accord «plus probable que jamais». Il appelait à accélérer les préparatifs pour faire face à cette éventualité, sans se laisser distraire dans les efforts pour obtenir un accord.

«Il faut plus de temps pour trouver un accord global (...) Nous allons prendre ce temps calmement, sérieusement, pour trouver cet accord global dans les prochaines semaines», a pour sa part expliqué le négociateur en chef européen Michel Barnier.

Selon un haut responsable européen, la tenue d'un sommet extraordinaire en novembre, plusieurs fois évoquée, n'est pas confirmée à ce stade.

«Nous n'allons pas avoir un sommet pour le plaisir. Si nous avons un sommet en novembre, ce sera pour conclure un accord de retrait, qui inclut un filet de sécurité sur l'Irlande», a affirmé le Premier ministre irlandais Leo Varadkar.

Pour résoudre la question irlandaise, le Royaume-Uni propose de rester aligné sur les règles douanières de l'Union jusqu'à la signature d'un accord de libre-échange plus large, afin d'éviter le contrôle de marchandises aux frontières.

Mais le parti conservateur de Theresa May exige que cet arrangement soit limité dans le temps, ce que l'UE ne peut accepter sans qu'il soit accompagné d'une solution permanente.

Le petit parti d'Irlande du Nord DUP, dont les dix députés sont nécessaires à Theresa May pour disposer d'une majorité absolue au Parlement, refuse tout statut spécial pour la province britannique.

L'issue des négociations inquiète au-delà des frontières européennes, puisque le président de la Banque centrale américaine, Jerome Powell a prévenu mardi qu'un «Brexit désordonné» pourrait avoir un impact négatif sur l'économie américaine.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Theresa May demande «du temps» pour obtenir un accord modifié
La Première ministre britannique Theresa May a souligné mardi devant les députés qu'elle avait «besoin de temps» pour discuter avec l'UE de modifications à l'accord de Brexit conclu avec Bruxelles qui puissent satisfaire son parlement, prolongeant ainsi l'incertitude sur les modalités du divorce.
Theresa May: «Dès que nous aurons réalisé les progrès nécessaires, nous proposerons un nouveau vote».
Brexit: l'UE refuse de renégocier l'accord
Les dirigeants des 27 pays membres de l'Union européenne ont opposé mardi une fin de non-recevoir à l'exigence des autorités britanniques de renégocier l'accord pour la sortie du Royaume-Uni le 29 mars et le «filet de sécurité» prévu pour l'Irlande.
A handout photograph released by the UK Parliament shows Britain's Prime Minister Theresa May (C) smiling in the House of Commons in London on January 29, 2019, as members of Parliament vote on amendments to Theresa May's Brexit withdrawal bill. - British MPs on Tuesday voted on a series of amendments seeking to show what they want as Brexit approaches on March 29, with Britain currently on course to crash out of the EU without a withdrawal deal. (Photo by Jessica TAYLOR / UK PARLIAMENT / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO /JESSICA TAYLOR / UK Parliament"
Sommet UE: les 28 se retrouvent après le surplace sur le Brexit
Les dirigeants européens se retrouvent jeudi à Bruxelles pour débattre de questions migratoires, de sécurité et de l'avenir de la zone euro, après avoir échoué la veille à débloquer les négociations du Brexit, à moins de six mois du divorce avec Londres.
TOPSHOT - Britain's Prime Minister Theresa May arrives at the European Council in Brussels on October 17, 2018. - British Prime Minister Theresa May is due to address a summit of European Union leaders in which Brexit negotiations are expected to be top of the agenda. (Photo by EMMANUEL DUNAND / AFP)