Changer d'édition

Brexit: les principaux scénarios à l'issue du vote des députés britanniques
International 3 min. 15.01.2019

Brexit: les principaux scénarios à l'issue du vote des députés britanniques

Theresa May devant le célèbre 10, Downing Street, l'adresse du Premier ministre britannique.

Brexit: les principaux scénarios à l'issue du vote des députés britanniques

Theresa May devant le célèbre 10, Downing Street, l'adresse du Premier ministre britannique.
Photo: Stefan Rousseau/PA Wire/dpa
International 3 min. 15.01.2019

Brexit: les principaux scénarios à l'issue du vote des députés britanniques

Les députés britanniques se prononcent mardi sur l'accord de Brexit négocié par Theresa May avec Bruxelles. Un texte qui ne satisfait ni les europhiles, partisans de liens plus étroits avec l'Union européenne, ni les eurosceptiques, désireux d'une rupture plus nette, ce qui est de mauvais augure pour la Première ministre conservatrice.

(AFP) - Voici les principaux scénarios possibles après ce vote crucial: 

- Le Parlement vote l'accord, sortie ordonnée: si l'accord est voté au Parlement, scénario qui semble peu probable, une sortie ordonnée s'ensuivra. S'ouvrira une période de transition post-Brexit prévue pour durer jusqu'à fin 2020 pendant laquelle presque rien ne changera. L'accord règle la question de la facture que devra régler Londres à l'UE pour honorer ses engagements et définit les droits des citoyens expatriés. Le point le plus controversé concerne le "backstop", une disposition destinée à éviter le retour d'une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord pour préserver l'accord de paix sur l'île. Ce "filet de sécurité" prévoit la création d'un "territoire douanier unique" englobant l'UE et le Royaume-Uni, avec un alignement plus poussé pour l'Irlande du Nord, qui s'appliquerait en cas d'échec des négociations à venir sur la future relation commerciale entre Londres et les 27. 

- Le Parlement rejette l'accord: "no deal", second référendum? Si le texte est rejeté par la chambre des Communes, l'un des scénarios envisageables est celui d'un Brexit sans accord, particulièrement redouté par les milieux économiques, avec le spectre d'un effondrement de la livre et d'une montée en flèche du chômage. Les relations économiques entre le Royaume-Uni et l'UE seraient alors régies par les règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), et une multitude de contrôles douaniers et réglementaires devraient être mis en place en urgence. Pénuries de médicaments, embouteillages monstres aux abords des ports, avions cloués au sol, perte de croissance... Ces perspectives sont balayées par les Brexiters les plus acharnés, pour qui "une absence d'accord vaut mieux qu'un mauvais accord", et qui veulent une politique commerciale indépendante. Cependant, la menace d'un "no deal" semble avoir été contrecarrée la semaine dernière par les députés, avec l'adoption d'un amendement obligeant l'exécutif à présenter sous trois jours, en cas de rejet de l'accord, un "plan B" amendable. 

La possibilité d'un second référendum, jusqu'ici exclue par Theresa May, est réclamée par les europhiles dans l'espoir qu'il inverse le résultat de la consultation du 23 juin 2016 et certains responsables politiques pour débloquer la situation. Reste à définir les questions posées: maintien dans l'UE ou plan de Theresa May? Ou sortie sans accord? Sans garantie que la consultation donnerait un résultat différent de celui de juin 2016. Le Parti travailliste, principale formation d'opposition, se rangerait à cette option s'il n'obtenait pas les élections anticipées qu'il souhaite. 

- Nouvelles élections: elles devraient être précédées d'une motion de censure, que compte déposer le Labour si Mme May perd le vote de mardi. Toutefois, si une bonne centaine de députés tories ont essayé de renverser Theresa May en décembre, il n'est pas dit qu'ils s'allient à l'opposition travailliste pour une manoeuvre qui pourrait leur faire perdre le pouvoir. Si les travaillistes l'emportent, ils comptent négocier un nouvel accord avec Bruxelles mais il leur faudrait du temps, a déclaré Jeremy Corbyn, évoquant un probable report de la date de sortie de l'UE. 

- Report du Brexit: reporter le Brexit via une extension de l'article 50 du Traité de l'UE, qui régit le départ d'un État membre, apparaît de plus en plus comme une éventualité crédible, y compris si Theresa May emporte le vote au Parlement car il ne lui resterait que peu de temps pour faire passer la législation nécessaire avant la sortie de l'UE, le 29 mars. L'organisation d'un second référendum ou d'élections législatives anticipées nécessiterait aussi de repousser la date du Brexit. Une centaine de députés européens de différents bords politiques se sont engagés lundi à soutenir une demande de report de Londres. Mais dans ce cas, quid des élections européennes, qui se dérouleront entre le 23 et le 26 mai? Selon une source diplomatique, "une prolongation après le 29 mars est possible mais pas au-delà du 30 juin car le nouveau Parlement européen sera constitué". De son côté, Theresa May a estimé lundi que la date du Brexit ne devrait pas être reportée. 


Sur le même sujet

Manifestation géante à Londres concernant le Brexit
"UE, je t'aime": des centaines de milliers de personnes ont défilé samedi à Londres pour réclamer un nouveau référendum sur le Brexit, en pleine incertitude sur la possibilité que la Première ministre Theresa May présente à nouveau son accord de divorce aux députés.
Le chaos s'installe au Parlement britannique
Les députés britanniques ont rejeté mercredi soir de justesse une sortie de l'Union européenne sans accord, et la Première ministre, Theresa May, a annoncé dans la foulée qu'elle allait leur soumettre à nouveau son accord de Brexit, qu'ils ont déjà rejeté deux fois.
A handout photograph released by the UK Parliament on March 13, 2019 shows the main opposition Labour Party leader Jeremy Corbyn speaking during the weekly Prime Ministers Questions session in the House of Commons in London on March 13, 2019. - Britain's finance minister and business chiefs on Wednesday urged the country to avoid a "no deal" Brexit after another crushing parliamentary defeat for Prime Minister Theresa May over her EU-divorce deal with Brussels. The fast-moving Brexit saga largely overshadowed the government's budget update that slashed the 2019 economic growth forecast, with the UK economy also hit by China's slowdown and trade war tensions. MPs will decide later Wednesday whether the country should leave the European Union without a deal, with analysts expecting parliament instead to favour delaying its departure beyond the March 29 exit date, in a further vote due Thursday. (Photo by MARK DUFFY / various sources / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / MARK DUFFY / UK Parliament"
Moment de vérité pour l'accord sur le Brexit
A seulement 17 jours du Brexit, les députés britanniques se prononcent ce mardi sur l'accord de divorce avec l'Union européenne, après les garanties de dernière minute que Theresa May a annoncé avoir décrochées.
European Commission President Jean-Claude Juncker (R) and British Prime Minister Theresa May leave after giving a press conference following their meeting in Strasbourg, on March 11, 2019. - The British government said on Monday it had agreed "legally binding changes" to the Brexit deal during discussions between British Prime Minister Theresa May and EU officials in Strasbourg. (Photo by Frederick FLORIN / AFP)