Changer d'édition

Brexit: Juncker croit toujours à un accord en novembre
International 06.10.2018

Brexit: Juncker croit toujours à un accord en novembre

Brexit: Juncker croit toujours à un accord en novembre

AFP
International 06.10.2018

Brexit: Juncker croit toujours à un accord en novembre

Les chances d'un «rapprochement» entre l'UE et la Grande-Bretagne dans les négociations sur le Brexit ont «augmenté» ces derniers jours, a estimé dans une interview parue samedi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, qui croit toujours à la possibilité d'un accord en novembre.

AFP - «J'ai des raisons de penser que le potentiel de rapprochement entre les deux parties a augmenté ces derniers jours», a déclaré M. Juncker selon ses propos publiés par le quotidien Standard, après une interview donnée à plusieurs médias autrichiens. «Mais on ne peut pas prévoir si nous conclurons en octobre. Si ce n'est pas le cas, ce sera en novembre», a-t-il ajouté.

La Première ministre britannique Theresa May s'est efforcée cette semaine, lors d'un congrès du parti conservateur, de rassembler ses troupes autour de sa vision du Brexit, dont les négociations avec les 27 ont pris un tour houleux lors d'un sommet à Salzbourg fin septembre. «Je pense que nous devons prendre nos distances avec le scénario d'un "no deal"», a encore déclaré le patron de l'exécutif européen dans le Standard, «partant du principe qu'un accord sera trouvé».

«Nous n'en sommes pas là. Mais notre volonté est intacte», ajoute-t-il.

Une rencontre décisive est prévue entre Theresa May et ses homologues de l'UE le 17 octobre. Européens et Britanniques espèrent parvenir d'ici novembre à un accord sur les modalités du départ du Royaume-Uni, prévu le 29 mars 2019, ainsi que sur une déclaration fixant le cadre de leur future relation.

M. Juncker confie aussi ses regrets que la Commission ne soit pas davantage intervenue pour faire valoir ses arguments contre un Brexit au moment de la campagne du référendum britannique sur la sortie de l'UE. «Le gouvernement Cameron m'avait prié de ne pas intervenir dans la campagne du référendum de 2016. Je regrette que la Commission ait suivi la volonté britannique (...)», explique M. Juncker.

«Les véritables questions auraient peut-être été mises sur la table», poursuit-il. «Nous pouvions déjà voir clairement à quels erreurs et errements ce vote regrettable des Britanniques allaient conduire».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«On cherche une issue de secours»
Les dirigeants européens ont mis le Royaume-Uni au pied du mur jeudi, en avertissant qu'un nouveau rejet de l'accord de Brexit déboucherait sur un divorce chaotique. Xavier Bettel a estimé, quant à lui: «On ne cherche plus une porte de sortie, on cherche une issue de secours».
(de g. à dr.) Sebastian Kurz, chancelier de la République d'Autriche ; Donald Tusk, président du Conseil européen ; Giuseppe Conte, président du Conseil des ministres de la République italienne ; Xavier Bettel, Premier ministre, ministre d'État
Moment de vérité pour l'accord sur le Brexit
A seulement 17 jours du Brexit, les députés britanniques se prononcent ce mardi sur l'accord de divorce avec l'Union européenne, après les garanties de dernière minute que Theresa May a annoncé avoir décrochées.
European Commission President Jean-Claude Juncker (R) and British Prime Minister Theresa May leave after giving a press conference following their meeting in Strasbourg, on March 11, 2019. - The British government said on Monday it had agreed "legally binding changes" to the Brexit deal during discussions between British Prime Minister Theresa May and EU officials in Strasbourg. (Photo by Frederick FLORIN / AFP)
Brexit: Juncker appelle les Britanniques à «se reprendre»
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a appelé la Grande-Bretagne à «se reprendre» sur la question du Brexit, rejetant les accusations d'un agenda caché de l'Union européenne sur le maintien du Royaume-Uni dans l'UE.
Le vote sur l'accord de Brexit est reporté
C'est officiel. Theresa May, la Première ministre britannique a annoncé au parlement le report du vote sur l'accord de Brexit. Elle va retourner discuter à Bruxelles avec ses homologues de l'UE.
Theresa May annonce au parlement le report du vote sur l'accord de Brexit.