Changer d'édition

Juncker "assez confiant" sur la perspective d'un accord
International 18.02.2016 Cet article est archivé
"Brexit"

Juncker "assez confiant" sur la perspective d'un accord

European Parliament President Martin Schulz (L) and European Commission President Jean Claude Juncker hold a joint news conference ahead of a European Union leaders summit addressing the talks about the so-called Brexit and the migrants crisis in Brussels, Belgium, February 18, 2016. REUTERS/Yves Herman
"Brexit"

Juncker "assez confiant" sur la perspective d'un accord

European Parliament President Martin Schulz (L) and European Commission President Jean Claude Juncker hold a joint news conference ahead of a European Union leaders summit addressing the talks about the so-called Brexit and the migrants crisis in Brussels, Belgium, February 18, 2016. REUTERS/Yves Herman
REUTERS
International 18.02.2016 Cet article est archivé
"Brexit"

Juncker "assez confiant" sur la perspective d'un accord

Le président de la Commission européenne s'est dit jeudi "assez confiant" sur la perspective de parvenir d'ici à vendredi à un accord des 28 sur les réformes demandées par le Premier ministre britannique, David Cameron, pour éviter une sortie du Royaume-Uni de l'UE.

(AFP) - Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, s'est dit jeudi "assez confiant" sur la perspective de parvenir d'ici à vendredi à un accord des 28 sur les réformes demandées par le Premier ministre britannique, David Cameron, pour éviter une sortie du Royaume-Uni de l'UE.

"Je suis assez confiant sur le fait que nous parvenions à un accord au cours de ce sommet", a-t-il dit à Bruxelles à quelques heures de l'ouverture d'une réunion des 28 chefs d’État et de gouvernement qui doit durer deux jours et être en grande partie consacrée à la question du "Brexit".

"Je suis convaincu que la Grande-Bretagne sera un membre constructif et actif de l'UE", a enchaîné le président de l'exécutif européen, tout en soulignant le "grand besoin de parler" encore du projet d'accord soumis aux 28.

Au cours de ce sommet qui doit s'achever vendredi, les dirigeants européens vont tenter d'arracher un compromis pour garder le Royaume-Uni dans l'UE et sauver l'unité de l'Europe, déjà menacée par la pire crise migratoire depuis 1945.

"Ce n'est pas encore fait mais ça finira par l'être", a encore dit Jean-Claude Juncker, qui s'exprimait lors d'une conférence de presse avec le président du Parlement européen, Martin Schulz.

Les discussions s'annoncent intenses sur plusieurs points dont la gouvernance économique et l'immigration. Les Européens veulent éviter toute "contagion" à d'autres Etats membres des concessions accordées à M. Cameron, comme la possibilité de restreindre les prestations sociales aux ressortissants européens travaillant en Grande-Bretagne.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La Première ministre britannique Theresa May a assuré dimanche ne pas être dans une «autre galaxie» quant aux négociations avec l'UE sur le Brexit, répondant à des critiques de responsables européens rapportées par la presse l'accusant d'être trop exigeante.
Jean-Claude Juncker estime que Theresa May est "dans une autre galaxie".
Le ministre allemand des Affaires étrangères Frank- Walter Steinmeier a déclaré samedi que les six membres fondateurs de l'UE qui se retrouvent à Berlin pour des pourparlers post-Brexit ne se laisseront pas "prendre (leur) Europe".
Après le coup de tonnerre venu de Londres, l'UE a resserré les rangs vendredi pour éviter toute contagion du Brexit. Les dirigeants de l'UE pressent Londres d'engager sans tarder une procédure de divorce qui s'annonce laborieuse.
«La réaction en chaîne que les eurosceptiques célèbrent maintenant un peu partout n'aura absolument pas lieu», a assuré Martin Schulz, président du Parlement européen (à gauche).
Après un premier tour d'échauffement jeudi, les dirigeants européens se retrouvent vendredi à Bruxelles pour arracher à 28 un compromis sur les réformes demandées par le Premier ministre britannique David Cameron et éloigner le spectre d'un "Brexit".
Luxembourg's Prime minister Xavier Bettel arrives for an EU summit meeting, at the European Union headquarters in Brussels, on February 18, 2016. EU leaders head into a make-or-break summit sharply divided over difficult compromises needed to avoid Britain becoming the first country to crash out of the bloc. AFP PHOTO / EMMANUEL DUNAND
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a exclu mardi toute sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne, affirmant que l'exécutif européen n'avait "pas de plan B" comme alternative.
Jean-Claude Juncker, lundi 15 février 2016.