Changer d'édition

Boris Johnson veut suspendre le Parlement
International 3 min. 28.08.2019

Boris Johnson veut suspendre le Parlement

La rentrée parlementaire est prévue mardi. Les députés ne siègeront donc que quelques jours avant une suspension jusqu'au 14 octobre.

Boris Johnson veut suspendre le Parlement

La rentrée parlementaire est prévue mardi. Les députés ne siègeront donc que quelques jours avant une suspension jusqu'au 14 octobre.
Photo: AFP
International 3 min. 28.08.2019

Boris Johnson veut suspendre le Parlement

Le Premier ministre britannique a annoncé mercredi que les travaux du Parlement seraient suspendus la deuxième semaine de septembre et jusqu'au 14 octobre, soit deux semaines avant la date prévue du Brexit.

(AFP) – Le premiers effets de cette intention renforce l'hypothèse d'un Brexit dur sont une chute de la livre sterling de 0,6 % face à l'euro et au dollar, et les critiques de l'opposition. Le 14 octobre sera le jour du discours de la Reine, qui présente traditionnellement le programme du gouvernement. 


TOPSHOT - US President Donald Trump (2nd L) and Britain's Prime Minister Boris Johnson (2nd R) attend a working breakfast in Biarritz, south-west France on August 25, 2019, on the second day of the annual G7 Summit attended by the leaders of the world's seven richest democracies, Britain, Canada, France, Germany, Italy, Japan and the United States. (Photo by Nicholas Kamm / AFP)
Jeremy Corbyn met en garde contre un Brexit pro-Trump
Le chef de l'opposition travailliste britannique craint qu'une sortie de l'Union européenne sans accord favorable fasse les affaires des États-Unis plus que du Royaume-Uni. Aujourd'hui, des discussions débuteront au Parlement pour éviter un «départ sec».

 Selon Boris Johnson contacté mardi par Jean-Claude Juncker, les élus «auront l'occasion de débattre du programme du gouvernement et de son approche du Brexit avant le Conseil européen (les 17 et 18 octobre) et pourront ensuite voter les 21 et 22 octobre, une fois son résultat connu», a-t-il dit. 

«Si je réussis à conclure un accord avec l'UE, le Parlement pourra alors passer la loi pour la ratification de l'accord avant le 31 octobre», selon lui. «Les semaines précédant le Conseil européen sont vitales pour mes négociations avec l'UE», a-t-il souligné, ajoutant: «En montrant unité et détermination, nous avons une chance de décrocher un nouvel accord qui puisse être adopté par le Parlement». 


Boris Johnson entend faire pression à la veille de la réunion, en France, du G7.
Boris Johnson prêt à défendre sa vision du Brexit
A la veille du G7, le gouvernement britannique a annoncé avoir ordonné pour le 31 octobre l'abrogation de la loi britannique qui a permis au Royaume-Uni d'adhérer à l'Union européenne.

Une manœuvre «antidémocratique»

La rentrée parlementaire est prévue mardi. Les députés ne siègeront donc que quelques jours avant une suspension jusqu'au 14 octobre. Le Parlement britannique est traditionnellement suspendu plusieurs semaines en septembre en raison des conférences annuelles des partis politiques mais l'extension court cette fois jusqu'à douze jours après la fin de la dernière conférence de parti, celle des Conservateurs. 

«C'est un scandale et une menace pour notre démocratie», a réagi Jeremy Corbyn.
«C'est un scandale et une menace pour notre démocratie», a réagi Jeremy Corbyn.
Photo: AFP

 Ce timing très serré rend improbable que les députés opposés à une sortie sans accord de l'Union européenne puissent faire voter des lois pour empêcher un Brexit sans accord le 31 octobre. L'opposition a dénoncé une manœuvre «antidémocratique» de la part de M. Johnson, qui s'est dit prêt à quitter l'UE «coûte que coûte» fin octobre, même sans accord de sortie. Les députés auront «amplement le temps de discuter le Brexit avant et après le Conseil européen», a défendu Boris Johnson sur la télévision Sky

Fureur de l'opposition

Si le Parlement britannique est habituellement suspendu en septembre en raison des congrès annuels des partis, l'extension de cette suspension jusqu'au 14 octobre, douze jours après la fin de la dernière conférence, celle du parti tory, a provoqué la colère de l'opposition. 

«C'est un scandale et une menace pour notre démocratie», a réagi Jeremy Corbyn, le chef du Labour, le principal parti d'opposition. M. Corbyn a écrit à la reine pour lui demander un entretien, selon une source au sein du Labour. Dans les rangs conservateurs modérés également, la décision a été dénoncée: l'ex-ministre des Finances Philip Hammond, opposé à un "no deal", a dénoncé un «scandale constitutionnel».  

  «J'adore le Royaume-Uni»

 Le président américain Donald Trump a fait mercredi l'éloge du Premier ministre britannique Boris Johnson après sa décision controversée de suspendre le Parlement à l'approche de la date prévue pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. «Boris est exactement ce que le Royaume-Uni attendait, et prouvera que c'est "un grand homme!". J'adore le Royaume-Uni», a tweeté M. Trump, estimant qu'il serait «très difficile» pour le leader de l'opposition britannique Jeremy Corbyn de demander une motion de défiance à l'encontre de M. Johnson:

   


Sur le même sujet

Johnson et Varadkar ravivent l'espoir d'un accord
Le Premier ministre britannique et son homologue irlandais assurent entrevoir «un chemin» vers un compromis sur la question clé de la frontière irlandaise, dans le cadre du Brexit d'ici à sa date prévue le 31 octobre.
La poignée de mains est franche et ferme entre le Premier ministre irlandais, Leo Varadkar (à g.) et son homologue britannique, Boris Johnson
Boris Johnson dévoile son «offre finale»
Le Premier ministre britannique détaillera mercredi une ultime proposition sur la sortie de l'UE qu'il soumettra à Bruxelles. Il réserve ses annonces pour son discours de clôture du congrès du Parti conservateur.
Britain's Prime Minister Boris Johnson prepares his keynote speech for the annual Conservative Party conference in Manchester, northwest England, on October 1, 2019 which he'll deliver on the final day on October 2. - Britain is on the verge of submitting proposals for a new Brexit deal, Prime Minister Boris Johnson said Tuesday, even as France warned that failure to get a new agreement was the most likely outcome as the deadline loomed. (Photo by Stefan Rousseau / POOL / AFP)
Les députés britanniques sans voix à compter de mardi
Le Parlement britannique sera suspendu pour cinq semaines après le vote des députés sur une motion du gouvernement appelant à des élections législatives anticipées lundi soir, a annoncé lundi un porte-parole du Premier ministre Boris Johnson.
ARCHIV - 03.04.2019, Großbritannien, London: Blick auf das britische Parlament während der Fragestunde «Questions to the Prime Minister» (Fragen an die Premierministerin) im Unterhaus. (zu dpa «Britisches Parlament wird bereits am Montag in Zwangspause geschickt») Foto: -/House Of Commons/PA Wire/dpa - ACHTUNG: Nur zur redaktionellen Verwendung und nur mit vollständiger Nennung des vorstehenden Credits +++ dpa-Bildfunk +++
Place aux deux finalistes pour Downing Street
Les députés conservateurs britanniques détermineront jeudi qui se mesurera à Boris Johnson dans le sprint final de la course à la succession de la Première ministre, Theresa May, jusqu'ici dominée de la tête et des épaules par l'exubérant champion des pro-Brexit.
A combination of pictures created in London on June 19, 2019 shows the remaining four contenders in the contest for leader of the Conservative party: (L-R) Britain's Home Secretary Sajid Javid, Britain's Environment, Food and Rural Affairs Secretary Michael Gove, former foreign secretary Boris Johnson, and Britain's Foreign Secretary Jeremy Hunt. - Rory Stewart was knocked out of the race to become Britain's next prime minister on June 19, leaving four candidates led by former foreign secretary Boris Johnson. (Photo by STF / AFP)