Changer d'édition

Boris Johnson privé d'adoption du Brexit
International 2 min. 21.10.2019 Cet article est archivé

Boris Johnson privé d'adoption du Brexit

Les anti-Brexit ont applaudi le choix des députés qui ont adopté un amendement reportant l'approbation du Parlement.

Boris Johnson privé d'adoption du Brexit

Les anti-Brexit ont applaudi le choix des députés qui ont adopté un amendement reportant l'approbation du Parlement.
Photo: AFP
International 2 min. 21.10.2019 Cet article est archivé

Boris Johnson privé d'adoption du Brexit

Le Premier ministre britannique s'est vu refuser, lundi, un vote du Parlement sur l'accord de Brexit décroché la semaine dernière à Bruxelles. Une nouvelle péripétie politique prolongeant la confusion à dix jours de la date prévue pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

 (AFP) - En vertu du principe selon lequel un même texte ne peut être débattu plusieurs fois lors d'une même session parlementaire, le président de la Chambre des communes John Bercow a refusé que les députés votent sur l'accord de sortie du Royaume-Uni de l'UE. Il faudra donc attendre l'étude des textes d'application, plus complexes, pour savoir si le Parlement britannique donne son feu vert au compromis, compliquant la tâche des Européens qui doivent se prononcer sur un possible nouveau report du divorce.

La motion qu'avait présentée le gouvernement «ne sera pas débattue», a expliqué le président de la Chambre des communes John Bercow. Ce dernier juge qu'il serait «répétitif» de voter de nouveau sur le sujet. Pour éviter un «no deal» le 31 octobre, Londres a décroché un nouvel accord de divorce avec l'Union européenne la semaine dernière mais n'est pas parvenu à obtenir le soutien du Parlement britannique, samedi dernier.

Le président de la Chambre des Communes, John Bercow, a encore mis le Parlement sur la route du Brexit.
Le président de la Chambre des Communes, John Bercow, a encore mis le Parlement sur la route du Brexit.
Photo: AFP

Les députés ont donc adopté, par une majorité de 16 voix, un amendement qui reporte l'approbation du Parlement, le temps que soit adoptée toute la législation nécessaire à la mise en œuvre de l'accord de Brexit de Boris Johnson. Cet amendement avait pour but d'empêcher une sortie sans accord «accidentelle» si ces textes complexes n'étaient pas votés et promulgués à temps, selon son auteur.

Le Premier ministre a par conséquent été contraint de demander un report de la date de sortie, pour l'heure prévue au 31 octobre, une requête en cours d'examen à Bruxelles. Mais le dirigeant conservateur, farouchement opposé à tout nouveau report du Brexit, initialement prévu le 29 mars et déjà repoussé deux fois, a accompagné cette demande d'une lettre expliquant pourquoi il ne veut pas de nouveau délai.

Si le gouvernement ne parvient pas à faire ratifier le texte dans les temps, «un court report technique» est possible, a déclaré lundi à Berlin le ministre des Affaires étrangères allemand, Heiko Maas. De son côté, Paris a répété qu'un «délai supplémentaire» ne «serait dans l'intérêt de personne». La décision devra être prise à l'unanimité par les dirigeants européens.

Johnson coûte que coûte

Déterminé malgré tout à tenir sa promesse d'un Brexit le 31 octobre, le gouvernement de Boris Johnson compte faire passer au Parlement le plus rapidement possible les textes de loi nécessaires à l'entrée en vigueur de l'accord. Cela quitte à faire siéger les parlementaires le soir ou le week-end. 

 Il estime avoir une majorité pour soutenir son accord, qui règle les conditions du divorce après 46 ans de vie commune, permettant une sortie en douceur assortie d'une période de transition courant au moins jusqu'à fin 2020.


Sur le même sujet

Le président du Conseil européen Donald Tusk a recommandé aux Etats membres d'accepter un nouveau report de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne après un vote à double tranchant des députés britanniques.
This picture taken on October 22, 2019, shows a half English and half European flag during a debate on the last EU summit and Brexit at the European Parliament in Strasbourg, eastern France. - European Commission President Jean-Claude Juncker said that the EU had done "all in our power" to ensure an orderly Brexit, but said the bloc would await British parliamentary approval for a new divorce deal before ratifying it. Juncker who started his tenure as EU President in 2014, will step down from his position on October 31, 2019. (Photo by FREDERICK FLORIN / AFP)
Le gouvernement de Boris Johnson a martelé ce week-end que le Brexit aurait lieu le 31 octobre comme prévu, bien qu'il ait été contraint par le Parlement d'écrire à Bruxelles pour demander un report, un coup de théâtre qui relance l'incertitude sur les modalités du divorce.
Demonstrators with placards and EU and Union flags gather in Parliament Square in central London on October 19, 2019, as they take part in a rally by the People's Vote organisation calling for a final say in a second referendum on Brexit. - Thousands of people march to parliament calling for a "People's Vote", with an option to reverse Brexit as MPs hold a debate on Prime Minister Boris Johnson's Brexit deal. (Photo by ISABEL INFANTES / AFP)
Si les 27 pays de l'Union européenne ont validé, jeudi soir, l'accord sur le Brexit proposé par Boris Johnson, le Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel, a fait part de sa lassitude face à un sujet qui monopolise l'attention depuis des mois.
Luxembourg's Prime minister Xavier Bettel talks to the press as he arrives for an European Union Summit at European Union Headquarters in Brussels on October 17, 2019. (Photo by ARIS OIKONOMOU / AFP)
Les négociateurs européens et britanniques ont travaillé jusqu'à la dernière minute avec l'espoir de présenter un accord sur le Brexit au sommet qui s'ouvre jeudi, au risque de faire passer au second plan le sujet brûlant de l'offensive turque en Syrie.
European Union's chief Brexit negotiator Michel Barnier (R) arrives for a meeting at the European Parliament in Brussels, on October 16, 2019. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Les députés britanniques ont infligé, mardi, une nouvelle défaite cuisante au Premier ministre Boris Johnson en s'opposant encore à l'organisation de législatives anticipées, avant que le Parlement ne soit suspendu jusqu'au 14 octobre.
A video grab from footage broadcast by the UK Parliament's Parliamentary Recording Unit (PRU) shows Speaker of the House of Commons John Bercow (L) reading the address from the Queen that was just read by the Speaker of the House of Lords in the House of Commons in London on September 10, 2019, after the ceremony to prorogue (suspend) parliament. - The UK Parliament was prorogued, or suspended, until October 14, 2019. (Photo by HO / various sources / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / PRU " - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS - EDITORS NOTE THE IMAGE HAS BEEN DIGITALLY ALTERED AT SOURCE TO OBSCURE VISIBLE DOCUMENTS