Changer d'édition

Boris Johnson prêt à défendre sa vision du Brexit
International 19.08.2019

Boris Johnson prêt à défendre sa vision du Brexit

Boris Johnson a rendez-vous cette semaine à Berlin et Paris, avant de rencontrer Donald Trump.

Boris Johnson prêt à défendre sa vision du Brexit

Boris Johnson a rendez-vous cette semaine à Berlin et Paris, avant de rencontrer Donald Trump.
Photo: AFP
International 19.08.2019

Boris Johnson prêt à défendre sa vision du Brexit

A la veille du G7, le gouvernement britannique a annoncé avoir ordonné pour le 31 octobre l'abrogation de la loi britannique qui a permis au Royaume-Uni d'adhérer à l'Union européenne.

(AFP) - Boris Johnson va voyager cette semaine pour rencontrer des dirigeants européens, occasion pour lui d'expliquer pourquoi il compte bien, coûte que coûte, quitter l'UE qu'il ait réussi ou non à renégocier l'accord de Brexit conclu entre sa prédécesseuse et les dirigeants européens. 

«Nous allons quitter l'UE comme promis le 31 octobre quelles que soient les circonstances», a déclaré, dimanche, Steve Barclay, ministre chargé du Brexit. «C'est un moment historique de reprise de contrôle sur nos lois par rapport à Bruxelles.»

Accord avec les USA

Boris Johnson veut ainsi faire pression sur l'Union pour obtenir un nouvel accord en agitant la menace, de plus en plus imminente, d'un Brexit sans accord alors que Bruxelles refuse jusqu'à présent de rouvrir les négociations. Il doit rencontrer la chancelière allemande Angela Merkel mercredi à Berlin et le président français Emmanuel Macron jeudi à Paris.

Puis le Premier ministre britannique sera, du 24 au 26 août, à Biarritz pour le sommet du G7 où il s'entretiendra notamment avec le président américain Donald Trump, avec lequel il espère conclure un accord de libre-échange ambitieux après le Brexit. 

100 parlementaires opposés

L'annonce suit la publication dimanche d'une lettre dans laquelle plus de 100 parlementaires britanniques appellent Boris Johnson à convoquer immédiatement le Parlement, actuellement en vacances, pour qu'il siège en permanence jusqu'au 31 octobre. 

«Notre pays est au bord d'une crise économique alors que nous nous dirigeons vers un Brexit sans accord», écrivent ces parlementaires qui veulent empêcher un tel scénario. «Nous sommes devant une urgence nationale, et le Parlement doit être convoqué immédiatement». 


Hier soir, Boris Johnson a encore fait le show à la télé britannique pour soutenir sa propre vision du Brexit.
Le Brexit sans accord pénaliserait le Royaume-Uni
Une sortie de l'UE en dehors de tout compromis entraînerait une récession en Angleterre, Ecosse, Pays de Galles et Irlande du Nord, selon des prévisions économiques publiées ce jeudi.

Les députés sont censés retourner au Parlement le 3 septembre. Jeremy Corbyn, chef de l'opposition travailliste compte passer une motion de censure contre Boris Johnson, dont le gouvernement ne dispose que d'une majorité d'une voix. Si la motion aboutit, M. Corbyn espère devenir chef du gouvernement par intérim, pour obtenir un nouveau report de la date du départ de l'UE afin d'éviter un Brexit sans accord, et convoquer ensuite des élections anticipées. 


Sur le même sujet

Bras de fer en vue entre Johnson et le Parlement
Le Premier ministre britannique va devoir faire face mardi à la fronde de députés de son propre parti conservateur hostiles à un Brexit sans accord, en dépit de sa menace de convoquer des élections législatives anticipées à la mi-octobre s'il essuie une défaite au Parlement.
Britain's Prime Minister Boris Johnson delivers a statement outside 10 Downing Street in central London on September 2, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson on Monday said the chances of a Brexit deal with Brussels were "rising" but ruled out any delay to the October 31 deadline for Britain to leave the European Union if no agreement is struck. Johnson also said he did not want a general election and urged rebel Conservative MPs not to undermine his negotiations with Brussels by voting with the opposition on a draft law that might force him to postpone Brexit. (Photo by Ben STANSALL / AFP)
Jeremy Corbyn met en garde contre un Brexit pro-Trump
Le chef de l'opposition travailliste britannique craint qu'une sortie de l'Union européenne sans accord favorable fasse les affaires des États-Unis plus que du Royaume-Uni. Aujourd'hui, des discussions débuteront au Parlement pour éviter un «départ sec».
TOPSHOT - US President Donald Trump (2nd L) and Britain's Prime Minister Boris Johnson (2nd R) attend a working breakfast in Biarritz, south-west France on August 25, 2019, on the second day of the annual G7 Summit attended by the leaders of the world's seven richest democracies, Britain, Canada, France, Germany, Italy, Japan and the United States. (Photo by Nicholas Kamm / AFP)
Premier conseil des ministres pour Boris Johnson
Le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson réunit jeudi les poids lourds de son gouvernement, fraîchement nommés, première étape de sa bataille pour résoudre la crise du Brexit qui dure depuis trois ans et qu'il promet de régler en trois mois.
(L-R) Britain's Education Secretary Gavin Williamson, Britain's International Trade Secretary Liz Truss, Britain's Health and Social Care Secretary Matt Hancock, Cabinet Secretary Mark Sedwill, Britain's Prime Minister Boris Johnson, Britain's Chancellor of the Exchequer Sajid Javid, Britain's Work and Pensions Secretary Amber Rudd, Britain's Housing, Communities and Local Government Secretary Robert Jenrick, Britain's Scotland Secretary Alister Jack and Britain's Culture Secretary Nicky Morgan listen as Britain's Prime Minister Boris Johnson (C) holds his first Cabinet meeting at 10 Downing Street in London on July 25, 2019. - Britain's newly installed Prime Minister Boris Johnson held his first cabinet meeting today faced with the burning challenge of resolving the three-year Brexit crisis in three months. (Photo by Aaron Chown / POOL / AFP)
Les difficultés qui attendent Boris Johnson
Brexit, crise iranienne, faible majorité parlementaire, incertitudes économiques: voici quelques-unes des difficultés auxquelles celui qui a été nommé Premier ministre britannique ce mercredi après-midi devra faire face.
Au palais de Buckingham, Boris Johnson a accepté l'offre de sa majesté et lui a embrassé la main lors de son investiture comme Premier ministre.
Place aux deux finalistes pour Downing Street
Les députés conservateurs britanniques détermineront jeudi qui se mesurera à Boris Johnson dans le sprint final de la course à la succession de la Première ministre, Theresa May, jusqu'ici dominée de la tête et des épaules par l'exubérant champion des pro-Brexit.
A combination of pictures created in London on June 19, 2019 shows the remaining four contenders in the contest for leader of the Conservative party: (L-R) Britain's Home Secretary Sajid Javid, Britain's Environment, Food and Rural Affairs Secretary Michael Gove, former foreign secretary Boris Johnson, and Britain's Foreign Secretary Jeremy Hunt. - Rory Stewart was knocked out of the race to become Britain's next prime minister on June 19, leaving four candidates led by former foreign secretary Boris Johnson. (Photo by STF / AFP)