Changer d'édition

Boris Johnson prépare sa campagne électorale
International 3 min. 06.09.2019

Boris Johnson prépare sa campagne électorale

Le Premier ministre britannique fait face depuis plusieurs semaines à de nombreux détracteurs.

Boris Johnson prépare sa campagne électorale

Le Premier ministre britannique fait face depuis plusieurs semaines à de nombreux détracteurs.
Photo: AFP
International 3 min. 06.09.2019

Boris Johnson prépare sa campagne électorale

Déterminé à des élections anticipées en Grande-Bretagne, le Premier ministre britannique se rend vendredi en Ecosse dans un climat de pré-campagne, au moment où la Chambre des Lords devrait entériner le texte de loi pour un report du Brexit, prévu le 31 octobre.

(AFP) - Après une visite auprès d'agriculteurs, le Premier ministre conservateur sera reçu par la reine Elizabeth dans son château de Balmoral. Sur le terrain judiciaire, la Haute cour de justice à Londres doit se prononcer en milieu de matinée sur un recours contre la décision de Boris Johnson de suspendre le Parlement.


(FILES) This file photo taken on June 22, 2016 shows A Union flag flies in the wind in front of the Big Ben clock face and the Elizabeth Tower at the Houses of Parliament in central London.
Britain's referendum vote to leave the European Union has pitted parents against children, cities against rural areas, north against south and university graduates against those with fewer qualifications. "What the government is now faced with is not only the economic consequences of a break with the EU, but a fracturing of the United Kingdom," said Rodney Barker, emeritus professor of government at the London School of Economics. / AFP PHOTO / JUSTIN TALLIS
Royaume-Uni : Brexit: les Britanniques votent la sortie de l'UE
Le référendum organisé le jeudi 22 juin a signé la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne.

Cette action en justice a été engagée par la militante anti-Brexit Gina Miller, à laquelle s'est associé l'ancien Premier ministre conservateur John Major. Décriée comme une manœuvre pour précipiter le pays vers un Brexit sans accord, cette suspension du Parlement pour cinq semaines jusqu'au 14 octobre a provoqué la fureur de l'opposition mais aussi de députés conservateurs.

Pas d'obstruction

Lors de séances agitées à la Chambre des communes, les députés ont repris la main cette semaine pour empêcher un retrait de l'UE sans accord. La chambre basse a adopté mercredi une proposition de loi qui impose au Premier ministre de solliciter auprès de Bruxelles un nouveau report de trois mois du Brexit, jusqu'au 31 janvier 2020 si aucun accord n'est conclu avec l'UE d'ici au 19 octobre.

Un sommet européen - qui pourrait être la dernière chance pour Londres de conclure un accord avec l'Union - est programmé les 17 et 18 octobre à Bruxelles. Même si Boris Johnson accuse ce texte d'être une «loi de capitulation» face à l'UE, le gouvernement a annoncé qu'il ne ferait pas d'obstruction parlementaire, redoutée par l'opposition.

Elections législatives anticipées?

La Chambre des Lords devrait achever l'examen du texte vendredi soir et la législation pourrait entrer en vigueur dès lundi après approbation de la reine. Lors d'un déplacement dans une école de la police du Yorkshire (nord-est de l'Angleterre), Boris Johnson a affirmé qu'il préférerait «être mort au fond d'un fossé» plutôt que de demander un report du Brexit.


An European flag flies in front of the European Commission in Brussels on September 2, 2019. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
L'UE se prépare au risque accru d'un «no deal»
Bruxelles a lancé mercredi un dernier appel aux Européens pour qu'ils se préparent à un Brexit sans accord et à ses lourdes conséquences.

Il mise désormais sur des élections législatives anticipées pour obtenir la majorité qu'il a perdue cette semaine aux Communes, et pouvoir sortir coûte que coûte de l'Union européenne, avec ou sans accord, le 31 octobre.

Démission du frère

Après un échec mercredi, le gouvernement va soumettre lundi soir au vote des députés une nouvelle motion pour organiser des élections le 15 octobre. Cette nouvelle tentative, qui nécessitera une majorité de deux tiers des députés, devrait avoir une meilleure chance de succès.

Le Labour, principal parti d'opposition, pourrait cette fois voter en faveur de la motion, ayant conditionné son soutien à l'adoption du texte imposant un report du Brexit. Aux revers parlementaires et à la rébellion dans les rangs conservateurs s'est ajoutée pour Boris Johnson la démission du gouvernement de son frère cadet Jo, qui avait voté pour le maintien dans l'UE lors du référendum de 2016.

Sur Twitter, Jo Johnson s'est dit «déchiré entre la loyauté familiale et l'intérêt national». Interrogé jeudi, le Premier ministre a observé que le Brexit est «un sujet qui évidemment divise les familles, divise tout le monde».

Selon lui, des élections anticipées doivent donner aux Britanniques l'opportunité de décider quel Premier ministre doit se rendre au sommet européen le mois prochain. «Voulez-vous de Jeremy Corbyn (le chef du Labour, ndlr) avec son plan de rester dans l'UE ou voulez-vous qu'on mette en oeuvre le Brexit?», a-t-il lancé.

Un nouveau report du Brexit, initialement prévu le 29 mars, devra être approuvé à l'unanimité des 27 autres Etats membres de l'UE. Selon une source européenne à Bruxelles, «si ça découle d'une nouvelle situation politique, comme des élections, un report (...) sera accordé». «Si c'est pour renégocier sur de nouvelles bases, qui rentrent dans les clous de l'UE, pourquoi pas?»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le scénario d'un «no deal» enterré par le Parlement
La Chambre des Lords britannique a adopté définitivement vendredi le texte de loi visant à bloquer une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne sans accord, infligeant une nouvelle défaite au Premier ministre Boris Johnson, opposé à une telle initiative.
Le texte adopté ce vendredi par la Chambre des Lords vise à repousser de trois mois le Brexit, prévu le 31 octobre
Boris Johnson capitule
Après avoir perdu sa majorité à la Chambre des Communes et échoué à convoquer des élections anticipées mercredi, le Premier ministre britannique a accepté jeudi matin de ne pas faire d'obstruction au texte législatif demandant un nouveau report du Brexit.
A video grab from footage broadcast by the UK Parliament's Parliamentary Recording Unit (PRU) shows Britain's Prime Minister Boris Johnson as he  speaks to move a motion to hold an early parliamentary general election, in the House of Commons in London on September 4, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson on Wednesday called for parliament to vote in favour of holding early elections after MPs dealt a major blow against his Brexit strategy. (Photo by - / PRU / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / PRU " - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS - EDITORS NOTE THE IMAGE HAS BEEN DIGITALLY ALTERED AT SOURCE TO OBSCURE VISIBLE DOCUMENTS
Nouvelle épreuve de force pour Boris Johnson
Un nouveau bras de fer est attendu ce mercredi au parlement britannique entre Boris Johnson et les députés qui veulent empêcher un Brexit sans accord. Une épreuve de force qui pourrait déboucher sur des élections législatives anticipées.
A demonstrator holds up a smoke bomb during a protest outside the Houses of Parliament in central London on September 3, 2019, at a gathering hosted by The People's Assembly Against Austerity. - The fate of Brexit hung in the balance on Tuesday as parliament prepared for an explosive showdown with Prime Minister Boris Johnson's that could end in a snap election. Members of Johnson's own Conservative party, including Philip Hammond, are preparing to join opposition lawmakers in a vote to try to force a delay to Britain's exit from the European Union if he cannot secure a divorce deal with Brussels in the next few weeks. (Photo by Oli SCARFF / AFP)
Bras de fer en vue entre Johnson et le Parlement
Le Premier ministre britannique va devoir faire face mardi à la fronde de députés de son propre parti conservateur hostiles à un Brexit sans accord, en dépit de sa menace de convoquer des élections législatives anticipées à la mi-octobre s'il essuie une défaite au Parlement.
Britain's Prime Minister Boris Johnson delivers a statement outside 10 Downing Street in central London on September 2, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson on Monday said the chances of a Brexit deal with Brussels were "rising" but ruled out any delay to the October 31 deadline for Britain to leave the European Union if no agreement is struck. Johnson also said he did not want a general election and urged rebel Conservative MPs not to undermine his negotiations with Brussels by voting with the opposition on a draft law that might force him to postpone Brexit. (Photo by Ben STANSALL / AFP)