Changer d'édition

Boris Johnson annonce faire campagne pour le Brexit
International 22.02.2016 Cet article est archivé
Revers pour Cameron

Boris Johnson annonce faire campagne pour le Brexit

"Je ferai campagne pour partir" de l'Union européenne, a annoncé Boris Johnson dans une allocution devant son domicile à Londres, tout en précisant qu'il ne participerait pas à des débats télévisés contre son parti.
Revers pour Cameron

Boris Johnson annonce faire campagne pour le Brexit

"Je ferai campagne pour partir" de l'Union européenne, a annoncé Boris Johnson dans une allocution devant son domicile à Londres, tout en précisant qu'il ne participerait pas à des débats télévisés contre son parti.
REUTERS
International 22.02.2016 Cet article est archivé
Revers pour Cameron

Boris Johnson annonce faire campagne pour le Brexit

Le charismatique maire de Londres, le député conservateur Boris Johnson, a annoncé dimanche qu'il ferait campagne pour la sortie du Royaume-Uni de l'UE, un revers pour le Premier ministre David Cameron quatre mois avant le référendum sur la question.

(AFP) - Le charismatique maire de Londres, le député conservateur Boris Johnson, a annoncé dimanche qu'il ferait campagne pour la sortie du Royaume-Uni de l'UE, un revers pour le Premier ministre David Cameron quatre mois avant le référendum sur la question.

"Je ferai campagne pour partir" de l'Union européenne, a annoncé Boris Johnson dans une allocution devant son domicile à Londres, tout en précisant qu'il ne participerait pas à des débats télévisés contre son parti.

"Compte tenu du temps qu'il avait, (David Cameron) s'est très bien débrouillé" dans sa renégociation avec ses partenaires européens, a salué M. Johnson. "Mais je pense que personne ne peut prétendre que (cet accord) est une réforme fondamentale de l'UE ou de la relation de la Grande-Bretagne avec l'UE", a-t-il ajouté.

Le maire de Londres a confié avoir eu beaucoup de mal à prendre cette décision, lui qui a dit "aimer l'Europe" et la ville de Bruxelles, où il a longtemps vécu.

"Il ne faut pas confondre les merveilles de l'Europe, les vacances en Europe, la nourriture fantastique et les amitiés, etc. et un projet politique qui est en marche depuis des décennies et menace maintenant d'échapper au contrôle démocratique", a-t-il expliqué.

Son entrée en campagne dans le camp des partisans du Brexit constitue un véritable revers pour David Cameron qui avait jusqu'ici réussi à éviter la défection des principales personnalités du Parti conservateur, comme la ministre de l'Intérieur Theresa May.

Le Premier ministre avait d'ailleurs tenté de le rallier plus tôt dans la journée à l'occasion d'une interview dans l'émission politique dominicale de la BBC. "Je voudrais dire à Boris ce que je dis à tout le monde, à savoir que nous serons plus en sécurité, plus forts et plus prospères dans l'Union européenne", avait-il dit.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Ministère des Affaires étrangères
Investie mercredi comme Première ministre britannique, Theresa May a promis de "relever le défi" du Brexit et aussitôt fait sensation en confiant le ministère des Affaires étrangères à Boris Johnson.
Newly appointed Foreign Secretary Boris Johnson waves as he leaves 10 Downing Street in central London on July 13, 2016 after new British Prime Minister Theresa May took office. 
Theresa May took office as Britain's second female prime minister on July 13 charged with guiding the UK out of the European Union after a deeply devisive referendum campaign ended with Britain voting to leave and David Cameron resigning. 
 / AFP PHOTO / OLI SCARFF
L'ex-maire de Londres Boris Johnson, chef de file du camp de la sortie de l'Union européenne, a annoncé jeudi à la surprise générale qu'il renonçait à briguer la succession du Premier ministre conservateur, David Cameron.
Favorable au Brexit et ancien maire de Londres, Boris Johnson a annoncé lors d'une conférence de presse jeudi qu'il ne succéderait pas à David Cameron au poste de Premier ministre, contre toute attente.
Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne vont presser mardi le Royaume-Uni de déclencher la procédure de divorce sans perdre de temps, en raison des risques sur les marchés.
Angela Merkel: «Il n'y aura pas de discussions formelles ou informelles sur la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE tant qu'il n'y aura pas de demande de sortie de l'UE au niveau du Conseil européen».
En pleine tempête post-Brexit au Royaume-Uni, le Premier ministre David Cameron réunit lundi son Conseil des ministres et les députés reprennent leurs travaux, quatre jours après le vote des Britanniques pour sortir de l'Union européenne.
TOPSHOT - People walk over Westminster Bridge wrapped in Union flags, towards the Queen Elizabeth Tower (Big Ben) and The Houses of Parliament in central London on June 26, 2016. 
Britain's opposition Labour party plunged into turmoil Sunday and the prospect of Scottish independence drew closer, ahead of a showdown with EU leaders over the country's seismic vote to leave the bloc. Two days after Prime Minister David Cameron resigned over his failure to keep Britain in the European Union, Labour leader Jeremy Corbyn faced a revolt by his lawmakers who called for him, too, to quit.
 / AFP PHOTO / Odd ANDERSEN
Le Royaume-Uni choisit de sortir de l'UE
Les Britanniques ont choisi de quitter l'Union européenne, un saut dans l'inconnu qui porte un coup terrible au projet européen et à leur Premier ministre David Cameron, et qui a fait aussitôt trembler les marchés mondiaux.
Die Entscheidung ist gefallen: Die Briten haben sich gegen einen Verbleib in der EU ausgesprochen.
David Cameron, fort de l'accord obtenu à Bruxelles avec ses 27 homologues européens sur les réformes qu'il réclamait, repart à Londres dans l'espoir de convaincre les Britanniques de rester dans l'Union. La date du référendum être annoncée dès ce samedi matin.
Le Premier ministre britannique David Cameron: «Je pense que cela suffit pour recommander que le Royaume-Uni reste dans l'UE».