Changer d'édition

Biden dénonce «l'incroyable irresponsabilité» de Trump
International 5 min. 20.11.2020

Biden dénonce «l'incroyable irresponsabilité» de Trump

«Je suis convaincu qu'il sait qu'il a perdu et que je prêterai serment le 20 janvier», affirme celui qui fête ses 78 ans ce vendredi et dénonçant un comportement «scandaleux.»

Biden dénonce «l'incroyable irresponsabilité» de Trump

«Je suis convaincu qu'il sait qu'il a perdu et que je prêterai serment le 20 janvier», affirme celui qui fête ses 78 ans ce vendredi et dénonçant un comportement «scandaleux.»
Photo: AFP
International 5 min. 20.11.2020

Biden dénonce «l'incroyable irresponsabilité» de Trump

Le président américain élu, dont la victoire a été confortée jeudi par un recomptage des bulletins dans l'Etat-clé de Géorgie, pointe du doigt le comportement de son ancien adversaire, qui refuse toujours d'accepter sa défaite lors de l'élection du 3 novembre.

(AFP) - «Je pense que (les Américains) sont les témoins d'une incroyable irresponsabilité, de messages incroyablement préjudiciables envoyés au reste du monde sur le fonctionnement de la démocratie», a déclaré Joe Biden depuis son fief de Wilmington, dans le Delaware. L'actuel locataire de la Maison Blanche dénonce en effet, sans la moindre preuve tangible, des fraudes massives dans plusieurs Etats et s'est lancé dans une guérilla judiciaire menée, dans une extrême confusion, par son avocat personnel Rudy Giuliani. 

«Il est difficile de comprendre comment cet homme raisonne», a-t-il poursuivi. «Je suis convaincu qu'il sait qu'il a perdu et que je prêterai serment le 20 janvier. Ce qu'il fait est tout simplement scandaleux.» Au niveau national, Joe Biden, qui fête ses 78 ans vendredi, a remporté près de 80 millions de voix lors du scrutin du 3 novembre, contre un peu moins de 74 millions pour le milliardaire républicain. 


Supporters of US President Donald Trump hold a rally on Veteran's Day in Los Angeles, California, November 11, 2020 (Photo by Frederic J. BROWN / AFP)
Quels scénarios après les contestations de Trump?
Si les démarches n'ont quasiment aucune chance de changer l'issue du scrutin, les premiers recomptages s'annoncent. Jusqu'à quand peut durer cette contestation des résultats? La victoire de Joe Biden pourrait-elle encore être remise en cause? Le point, huit jours après l'élection américaine.

Mais la Maison Blanche se joue au travers d'un système de grands électeurs attribués dans chaque Etat, et la victoire du démocrate est courte dans une poignée d'entre eux. En Géorgie, le dépouillement ne lui donnait, lors du dépouillement initial, que 14.000 voix d'avance sur son rival, un écart tellement serré qu'un recomptage à la main a eu lieu. Les autorités locales ont annoncé jeudi soir que ce recomptage avait conforté Joe Biden comme vainqueur de cet Etat, avec une marge légèrement rétrécie d'environ 12.200 voix. 

L'écart restant ainsi inférieur à 0,5% des suffrages, le président américain peut demander un nouveau recomptage une fois les résultats certifiés, a précisé un communiqué du bureau du secrétaire d'Etat local, en charge de l'organisation des élections. Une responsable de la campagne Trump a aussitôt attaqué le résultat. «Ce soi-disant recomptage manuel s'est déroulé exactement comme prévu, car la Géorgie a tout simplement recompté tous les suffrages illégaux», a dit Jenna Ellis. L'équipe de campagne compte bien «explorer toutes les options juridiques», a-t-elle ajouté. 

«Confusion»

Dès le matin, Donald Trump avait attaqué les opérations électorales dans cet Etat du Sud. Dans une série de tweets, il avait notamment rebondi sur la découverte de près de 6.000 bulletins de vote, dans deux comtés à majorité républicaine. Une partie avait bien été comptée, mais pas téléchargée dans le système. 


PHILADELPHIA, PA - NOVEMBER 10: Dana Benson, 63, a supporter of President Donald Trump unfurls a U.S. flag while demonstrating outside of where votes are still being counted in Pennsylvania, seven days after the general election on November 10, 2020 in Philadelphia, Pennsylvania. The state was called for President-elect Joe Biden on Saturday, propelling him past the requisite 270 electoral votes to win the presidency. As of Tuesday afternoon, with 98% of the ballots reported, President-elect Biden leads President Trump in the state by 45,103 votes.   Mark Makela/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
«Aucune preuve» de fraude aux élections américaines
Des agences américaines chargées de la sécurité des élections ont indiqué jeudi n'avoir «aucune preuve» d'un piratage de la présidentielle, contredisant ainsi Donald Trump, que l'opposition accuse d'empoisonner la démocratie en refusant de reconnaître sa défaite.

Les autres semblent avoir été oubliés dans une boîte, selon les autorités locales. «Cela crée de la confusion et on comprend que des gens s'inquiètent», mais «la bonne nouvelle, c'est que le recomptage a rempli son rôle» en corrigeant ces erreurs, a commenté Gabriel Sterling, l'un des élus républicains en charge de la supervision des opérations. «Espérons que le président Trump accepte le résultat», avait-il ajouté sur Fox News en regrettant que «les mises en cause» de l'élection «minent les fondations de la démocratie». Cet Etat est au centre de toutes les attentions car le contrôle du Sénat s'y jouera par ailleurs en janvier lors de deux élections sénatoriales. 

«Affaire classée» 

Au-delà de la Géorgie, le président et ses alliés ont déposé toute une série de recours en Pennsylvanie, dans le Michigan, l'Arizona et le Nevada. Certains ont été rejetés par les tribunaux, d'autres retirés par les intéressés, mais l'avocat du président Rudy Giuliani se démène pour faire vivre les dernières. 

Cette semaine, pour la première fois depuis des décennies, l'ancien maire de New York a même plaidé devant un juge fédéral, sans apporter d'éléments matériels. Jeudi, dans un point-presse très décousu, il a brassé plusieurs théories conspirationnistes, accusant le Venezuela ou le philanthrope George Soros d'avoir participé à une fraude organisée selon lui par «des chefs démocrates», avec la complicité de Joe Biden lui-même. «C'est pour ça qu'il n'a pas fait campagne, il savait que ça aurait lieu», a encore déclaré Rudy Giuliani en assurant avoir des centaines d'«attestations sur l'honneur» pour prouver ses allégations. Pendant qu'il parlait, Donald Trump tweetait. «Affaire classée de fraude électorale, en masse!», a-t-il écrit. 

«Un appel du président» 

Autre front de cette guérilla: deux militants républicains chargés de participer à la certification des résultats près de Detroit, dans le Michigan, ont refusé pendant de longues heures mardi d'apposer leur signature, avant de céder face au tollé suscité par ce geste inédit. Mercredi soir, ils ont souhaité revenir en arrière. Entre-temps, «j'ai reçu un appel du président Trump», a déclaré l'une des deux, Monica Palmer, au Washington Post. «Ce n'était pas de la pression, il s'inquiétait pour ma sécurité», a-t-elle ajouté. 

Le sénateur républicain Mitt Romney, ex-candidat à la Maison Blanche et souvent critique de Trump, l'a accusé d'exercer «des pressions manifestes sur les autorités nationales et locales pour renverser la volonté du peuple et renverser l'élection». «Il est difficile d'imaginer une action pire et plus antidémocratique de la part d'un président américain en exercice», a-t-il cinglé dans son communiqué diffusé sur Twitter jeudi soir. 

Joe Biden, de son côté, continue de préparer son accession à la Maison Blanche, prévue le 20 janvier. Il a rencontré jeudi des gouverneurs pour discuter de la réponse à la pandémie de covid-19, qui a fait plus de 250.000 morts aux Etats-Unis.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Donald Trump limoge le chef de la cybersécurité
Le président sortant a persisté à contester sa défaite à la présidentielle américaine en congédiant mardi le patron de l'agence gouvernementale en charge de la sécurité des élections, qui défend la probité du scrutin.
(FILES) In this file photo US President Donald Trump leaves after speaking during a Make America Great Again rally at Fayetteville Regional Airport November 2, 2020, in Fayetteville, North Carolina. - Two months before he is due to leave office, President Donald Trump asked top aides about the possibility of striking Iran's nuclear facilities, The New York Times reported on November 16, 2020. During a meeting at the Oval Office last November 12, 2020, the outgoing Republican leader asked several top aides, including Vice President Mike Pence, Secretary of State Mike Pompeo and the chairman of the Joint Chiefs, General Mark Milley, "whether he had options to take action against Iran's main nuclear site in the coming weeks," the newspaper said. (Photo by Brendan Smialowski / AFP)
Joe Biden consolide sa victoire
Le démocrate a remporté l'Etat de l'Arizona, ont indiqué jeudi les médias américains. Il peut donc désormais compter sur 290 grands électeurs.
WILMINGTON, DELAWARE - NOVEMBER 10: U.S. President-elect Joe Biden addresses the media about the Trump Administration�s lawsuit to overturn the Affordable Care Act on November 10, 2020 at the Queen Theater in Wilmington, Delaware. Mr. Biden also answered questions about the process of the transition and how a Biden Administration would work with Republicans.   Joe Raedle/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
«Aucune preuve» de fraude aux élections américaines
Des agences américaines chargées de la sécurité des élections ont indiqué jeudi n'avoir «aucune preuve» d'un piratage de la présidentielle, contredisant ainsi Donald Trump, que l'opposition accuse d'empoisonner la démocratie en refusant de reconnaître sa défaite.
PHILADELPHIA, PA - NOVEMBER 10: Dana Benson, 63, a supporter of President Donald Trump unfurls a U.S. flag while demonstrating outside of where votes are still being counted in Pennsylvania, seven days after the general election on November 10, 2020 in Philadelphia, Pennsylvania. The state was called for President-elect Joe Biden on Saturday, propelling him past the requisite 270 electoral votes to win the presidency. As of Tuesday afternoon, with 98% of the ballots reported, President-elect Biden leads President Trump in the state by 45,103 votes.   Mark Makela/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Quels scénarios après les contestations de Trump?
Si les démarches n'ont quasiment aucune chance de changer l'issue du scrutin, les premiers recomptages s'annoncent. Jusqu'à quand peut durer cette contestation des résultats? La victoire de Joe Biden pourrait-elle encore être remise en cause? Le point, huit jours après l'élection américaine.
Supporters of US President Donald Trump hold a rally on Veteran's Day in Los Angeles, California, November 11, 2020 (Photo by Frederic J. BROWN / AFP)
La présidentielle US fera l'objet d'une enquête
Le ministre américain de la Justice, Bill Barr, a donné son accord pour enquêter sur d'éventuelles irrégularités lors du scrutin du 3 novembre. Vote dont Donald Trump assure qu'il a été entaché de «fraudes», sans apporter de preuves.
PHILADELPHIA, PA - NOVEMBER 9: A man speaks with supporters of President Donald Trump demonstrating outside of where votes are still being counted six days after the general election on November 9, 2020 in Philadelphia, Pennsylvania, United States. The state was called for former Vice President Biden on Saturday, propelling him past the requisite 270 electoral votes to winning the presidency. With 98% of the ballots reporting, President-elect Biden leads President Trump by 45,595 votes.   Mark Makela/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==