Changer d'édition

Biden accumule les bourdes, Sanders en rempart à Trump
International 5 min. 26.02.2020 Cet article est archivé

Biden accumule les bourdes, Sanders en rempart à Trump

Bernie Sanders (à g.) et Joe Biden (à dr.), adversaires dans la primaire démocrate

Biden accumule les bourdes, Sanders en rempart à Trump

Bernie Sanders (à g.) et Joe Biden (à dr.), adversaires dans la primaire démocrate
Photo: AFP
International 5 min. 26.02.2020 Cet article est archivé

Biden accumule les bourdes, Sanders en rempart à Trump

Tandis que Joe Biden enchaîne les bourdes, Bernie Sanders martèle que son programme très à gauche peut le porter vers une victoire en novembre. Tour d'horizon du camp démocrate à moins d'une semaine du «Super Tuesday».

(AFP) - Assailli de critiques par ses rivaux, le grand favori des primaires démocrates Bernie Sanders a martelé mardi que son programme très à gauche pouvait le porter vers une victoire contre Donald Trump en novembre. Les échanges acerbes entre les candidats à l'investiture démocrate lors de ce débat particulièrement animé étaient à la hauteur des enjeux. Quatre jours avant un vote crucial des primaires démocrates en Caroline du Sud, plusieurs jouaient ici leur dernière chance de rester en lice. Car le résultat en Caroline du Sud influencera de manière décisive l'élan des candidats juste avant le «Super Tuesday», lorsque 14 Etats voteront le 3 mars.

Le grand débat des démocrates a eu lieu une semaine avant le «Super Tuesday» à Charleston, en Caroline du Sud
Le grand débat des démocrates a eu lieu une semaine avant le «Super Tuesday» à Charleston, en Caroline du Sud
Photo: AFP

A 78 ans, Bernie Sanders est jusqu'ici le super-favori de ces primaires, après trois votes dans l'Iowa, le New Hampshire et le Nevada. Son avance a fait exploser au grand jour la fracture au sein du parti, entre les partisans du sénateur «socialiste» autoproclamé et les tenants d'un discours plus au centre, censé pouvoir rassembler plus d'électeurs pour battre Donald Trump le 3 novembre.

Les attaques d'Elizabeth Warren

Ses rivaux plus modérés ont affirmé que le financement de son programme, trop radical à leurs yeux, restait trop flou, notamment sur sa profonde réforme du système de santé. Cela donnerait, à leurs yeux, des munitions au président républicain sortant si Bernie Sanders portait contre lui les couleurs démocrates. «Moi je vais vous dire ce que sera la facture. La facture, ce sera quatre ans supplémentaires de Donald Trump», a affirmé Pete Buttigieg, ancien maire de South Bend.

En situation très périlleuse après trois mauvais résultats, la sénatrice progressiste Elizabeth Warren, 70 ans, a aussi éreinté sur ce point Bernie Sanders, en se présentant comme meilleure alternative à gauche. Le sénateur indépendant a de nouveau été sommé de s'expliquer pour avoir salué récemment le «programme massif d'alphabétisation» lancé par Fidel Castro après la révolution cubaine dans les années 1950. Il s'est défendu en affirmant que l'ancien président démocrate Barack Obama avait tenu des propos similaires, avant de marteler qu'il condamnait sans réserve tous les régimes autoritaires. L'ancien vice-président Joe Biden a aussi reproché à Bernie Sanders ses positions passées sur les armes à feu, lors de votes controversés au Congrès américain.

Bloomberg, candidat  «risqué» 

Après une première apparition très ratée la semaine dernière, le milliardaire Michael Bloomberg a affronté sur un pied plus ferme les attaques toujours nourries des autres prétendants à la Maison Blanche. Il s'est défendu face aux accusations de sexisme et de politiques jugées discriminatoires lorsqu'il était maire de New York. Troisième des sondages nationaux, l'ancien maire de New York, âgé de 78 ans, entrera dans la course lors du «Super Tuesday», après avoir puisé plus de 500 millions de dollars dans sa fortune personnelle pour financer sa campagne.

Michael Bloomberg s'est défendu face aux accusations de sexisme et de politiques jugées discriminatoires lorsqu'il était maire de New York
Michael Bloomberg s'est défendu face aux accusations de sexisme et de politiques jugées discriminatoires lorsqu'il était maire de New York
Photo: AFP

Ses spots télévisés sont d'ailleurs passés pendant les pauses du débat. «Peu importe combien d'argent a M. Bloomberg». Le cœur du parti de démocrate ne lui fera jamais confiance», a affirmé Elizabeth Warren à propos de cet ancien républicain.

Je m'appelle Joe Biden, je suis candidat démocrate au Sénat américain

Confondant les dirigeants chinois et se trompant sur la fonction qu'il brigue, le candidat à la Maison Blanche Joe Biden enchaîne les gaffes, qui ravivent les doutes sur sa forme mentale, en pleine semaine clé pour ses chances de décrocher l'investiture démocrate. «Je m'appelle Joe Biden, je suis candidat démocrate au Sénat américain», a déclaré lundi l'ancien vice-président de Barack Obama, 77 ans, lors d'un discours de campagne en Caroline du Sud. Joe Biden a bien été sénateur pendant plus de 35 ans... mais entre 1973 et 2009.

Le clip vidéo faisait le tour d'internet mardi, provoquant des moqueries. D'autant que cette bourde n'est pas arrivée seule. Lors du même discours, il a semblé appeler les électeurs à voter pour lui ou bien pour «l'autre Biden», mâchant le dernier mot. Lundi également, lors d'une autre prise de parole en Caroline du Sud, Joe Biden a vanté ses efforts en tant que bras droit de Barack Obama pour convaincre la Chine, alors présidée par Xi Jinping, de rejoindre l'accord de Paris sur le climat, approuvé fin 2015. Sauf qu'il a mentionné à la place Deng Xiaoping, décédé depuis plus de vingt ans et qui avait quitté le pouvoir en 1992. «C'est moi qui, après avoir rencontré Deng Xiaoping, ai défendu l'idée que la Chine rejoindrait (l'accord) si on lui mettait la pression», a-t-il déclaré.

Longtemps favori dans les sondages mais désormais en nette baisse, à la deuxième place, Joe Biden joue gros samedi lors du quatrième vote des primaires démocrates en Caroline du Sud. Il espère remporter ce scrutin pour faire oublier ses deux premiers piteux résultats dans l'Iowa et le New Hampshire et se présenter en position renforcée au «Super Tuesday», mardi prochain, lorsque 14 Etats voteront, après une deuxième place plus encourageante dans le Nevada le week-end dernier.

Joe Biden est donc très attendu pour le débat démocrate organisé mardi soir, lorsqu'il sera peut-être interpellé sur ces bourdes. Déjà, elles faisaient réagir des partisans de ses rivaux et du président républicain Donald Trump. Car si Joe Biden est connu de longue date pour ses gaffes, celles-ci inquiètent aujourd'hui plus chez un candidat qui approche des 80 ans et brigue la plus haute fonction politique aux Etats-Unis. «C'est tellement triste», a tweeté Shaun King, un défenseur des droits civiques et personnalité sur Twitter, qui soutient le favori pour l'investiture démocrate, Bernie Sanders, 78 ans. «J'aurais sincèrement aimé qu'il parte à la retraite et ne s'impose pas les difficultés d'une campagne» électorale, a-t-il ajouté. 


Sur le même sujet

Sanders en super-favori, les démocrates modérés inquiets
Le sénateur socialiste a frappé un grand coup dans les primaires démocrates en remportant largement le Nevada, mais sa domination laisse un parti fracturé et en plein questionnement sur la stratégie pour battre Donald Trump à la présidentielle américaine de novembre.
«Nous avons mis en place une coalition intergénérationnelle, multiraciale, qui va balayer le pays tout entier», s'est targué Bernie Sanders
Bloomberg brandit le risque de la division face à Trump
Sous les critiques redoublées de sa plus féroce adversaire, le milliardaire a mis en garde jeudi les démocrates contre le risque de faire le jeu de l'actuel président au lendemain d'une performance décevante lors de son premier débat télévisé.
Pour Michael Bloomberg, les candidats démocrates sont en train de faire le jeu de Donald Trump
Bernie Sanders remporte le New Hampshire
En promettant de «battre Donald Trump», le socialiste a salué mardi sa victoire dans la primaire démocrate du New Hampshire, suivi par les modérés Pete Buttigieg et Amy Klobuchar.
Bernie Sanders se déclare «socialiste», un mot longtemps connoté à l'extrême gauche aux Etats-Unis
Buttigieg prend l'avantage sur Sanders dans l'Iowa
Le trentenaire a créé la surprise dans les primaires présidentielles démocrates mardi, en prenant l'avantage d'une courte tête, s'imposant quoiqu'il arrive comme un candidat incontournable dans la course à la Maison Blanche.
Pete Buttigieg a créé la surprise dans l'Iowa
Sanders affirme être en tête devant Buttigieg
Le héraut de l'aile gauche des démocrates a affirmé être en tête dans les «caucus» de l'Iowa pour désigner le candidat à la Maison Blanche, selon ses propres chiffres partiels publiés dans la nuit de lundi à mardi.
DES MOINES, IOWA - FEBRUARY 03: Supporters of Democratic presidential candidate Sen. Bernie Sanders (I-VT) cheer during his caucus night watch party on February 03, 2020 in Des Moines, Iowa. Iowa is the first contest in the 2020 presidential nominating process with the candidates then moving on to New Hampshire.   Alex Wong/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Coup d'envoi de la primaire démocrate
Après plusieurs mois d'une campagne intense, c'est enfin au tour des électeurs démocrates de s'exprimer ce lundi dans l'Iowa pour une primaire entourée du plus grand suspense pour choisir celui, ou celle, qui affrontera Donald Trump en novembre.
Le sénateur socialiste Bernie Sanders bénéficie d'une belle avance, suivi par l'ancien vice-président Joe Biden