Changer d'édition

Bettel s'est réjoui trop tôt: Fermeture de Cattenom: une «rumeur» selon Royal
International 2 min. 25.05.2016 Cet article est archivé

Bettel s'est réjoui trop tôt: Fermeture de Cattenom: une «rumeur» selon Royal

Mme Royal a précisé devant les députés français que c'est à l'Autorité de sûreté nucléaire de décider de la prolongation de l'exploitation des centrales nucléaires ou non.

Bettel s'est réjoui trop tôt: Fermeture de Cattenom: une «rumeur» selon Royal

Mme Royal a précisé devant les députés français que c'est à l'Autorité de sûreté nucléaire de décider de la prolongation de l'exploitation des centrales nucléaires ou non.
Photo: Pierre Matgé
International 2 min. 25.05.2016 Cet article est archivé

Bettel s'est réjoui trop tôt: Fermeture de Cattenom: une «rumeur» selon Royal

Maurice FICK
Maurice FICK
Le Premier ministre luxembourgeois, Xavier Bettel, s'était «réjoui de la déclaration de Ségolène Royal» sur la fermeture de Cattenom il y a une semaine. La ministre de l'Environnement française a répondu mardi qu'il s'agissait d'une rumeur.

(MF) - Le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel, s'était - via un post sur sa page Facebook - «réjoui de la déclaration de Ségolène Royal» sur la fermeture de la centrale nucléaire de Cattenom il y a une semaine. La ministre de l'Environnement française a répondu mardi qu'il s'agissait d'une rumeur.

Tout était parti d'une déclaration publique de la ministre française lors d'un petit-déjeuner des ambassadeurs européens à Paris au cours de laquelle Ségolène Royal avait répondu à l'ambassadeur slovaque qui l'interrogeait sur la place du nucléaire dans la politique française. La «priorité sera donnée à la fermeture des réacteurs frontaliers: Fessenheim, Bugey et Cattenom», aurait dit la ministre. Une info tweetée le matin même par l'Ambassade du Luxembourg en France.

L'unité de production n°1 de la centrale de Cattenom subira une visite décennale à compter de la fin de ce  mois de mai 2016.
L'unité de production n°1 de la centrale de Cattenom subira une visite décennale à compter de la fin de ce mois de mai 2016.
Photo: Maurice Fick

Une semaine plus tard, la ministre de l'Environnement a démenti devant l'Assemblée nationale avoir tenu ces propos. Lors des questions au gouvernement, mardi 24 mai 2016, le député et président du Conseil départemental de la Moselle, Patrick Weiten, a rappelé que le chantier du Grand Carénage pour prolonger la durée de vie de la centrale de Cattenom était déjà lancé et a directement demandé à Ségolène Royal: «Pouvez-vous nous donner la position claire du gouvernement sur l’avenir de Cattenom et plus généralement sur le devenir du parc nucléaire français?»

A quoi Ségolène Royal a répondu que «ce sont des sujets suffisamment sérieux pour que les différentes prises de position ne s'appuient pas uniquement sur des rumeurs mais sur des déclarations en bonne et due forme».

«Il est vrai que nous avons un certain nombre de centrales nucléaires le long de nos frontières et que nos amis européens limitrophes régulièrement posent des questions» a expliqué la ministre française devant les députés français. Précisant qu'il appartient à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) de décider de la prolongation de l'exploitation des centrales nucléaires ou non. «Et c'est en toute transparence que les décisions seront prises avec l'entreprise EDF», a assuré la ministre de l'Environnement.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Nouvelles centrales nucléaires: Pourquoi la polémique avec Royal est ridicule
La ministre française de l'Environnement, Ségolène Royal, a jeté un nouveau pavé dans la mare, dans une interview à L'Usine nouvelle, en expliquant qu'il fallait «bâtir de nouvelles centrales nucléaires». Derrière l'apparente contradiction avec la promesse du candidat Hollande de réduire la part d'énergie nucléaire à 50 % dans la production française, la ministre est seulement alignée sur la position des spécialistes. L'après-Cattenom doit se préparer aujourd'hui.
Pour se préparer à la fermeture de ses centrales historiques, EDF doit construire 35 nouveaux réacteurs d'ici 2050