Changer d'édition

Bettel revient de Bruxelles avec 100 millions d'euros
International 2 min. 21.07.2020

Bettel revient de Bruxelles avec 100 millions d'euros

Ursula von der Leyen et le Premier ministre luxembourgeois au cours d'un de leurs échanges sur le budget 2021-27 de l'Union européenne.

Bettel revient de Bruxelles avec 100 millions d'euros

Ursula von der Leyen et le Premier ministre luxembourgeois au cours d'un de leurs échanges sur le budget 2021-27 de l'Union européenne.
AFP
International 2 min. 21.07.2020

Bettel revient de Bruxelles avec 100 millions d'euros

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le Luxembourg aura donc sa part dans les 750 milliards d'euros du plan massif de l'UE pour relancer l'économie européenne. Mais que de tensions et d'âpres négociations pour en arriver là.

(pj avec AFP) - Les 27 pays de l'Union européenne ont arraché, mardi au petit matin, un accord qualifié d'«historique». Il est vrai qu'au terme de quatre jours de discussions, tendues la plupart du temps, l'unanimité s'est finalement faite sur un plan de relance de 750 milliards d'euros pour soutenir l'activité des différents Etats après la crise du coronavirus; somme adossée à un budget 2021-2027 de plus de 1.074 milliards d'euros. Et dans tout cela, le Grand-Duché a grappillé sa part: 100 millions d'euros. Montant dont Xavier Bettel (DP) se satisfait à première vue.

Ainsi, à l'issue de ce sommet marathon, le Premier ministre luxembourgeois a marqué son contentement : «Nous étions d'avis que l'équilibre qui avait été trouvé était le bon». Et lui qui, dimanche après sa conférence de presse sur la situation covid du pays, était retourné à toute allure rejoindre la table des négociations à Bruxelles de poursuivre : «Nous sommes heureux de montrer notre solidarité et de recevoir en retour une certaine reconnaissance». 


Luxembourg's Prime Minister Xavier Bettel leaves the European Council building in the early morning during an EU summit in Brussels, on July 20, 2020. - Leaders from 27 European Union nations met throughout the night of July 19 to assess an overall budget and recovery package spread over seven years estimated at some 1.75 trillion to 1.85 trillion euros. The summit will continue into it's fourth day on Monday. (Photo by Olivier Matthys / POOL / AFP)
«L'Europe n'est pas une épicerie !»
C'est à un sommet marathon auquel se livrent les chefs d'Etat de l'Union européenne à Bruxelles. Et au quatrième jour de négociation sur le plan de relance, les divergences restent vives entre pays membres. D'où le coup de sang du Premier ministre Xavier Bettel face à ses homologues jouant la carte du blocage.

Une sobriété de propos contrastant avec l'enthousiasme affiché sur les réseaux sociaux par ses homologues belge ou français. Ainsi, Sophie Wilmès salue sur Twitter (en ce jour de fête nationale belge) «un bon accord», tandis qu'Emmanuel Macron parle de «jour historique» sur Facebook.

Et que les esprits chagrins ne viennent pas reprocher au chef de gouvernement la faiblesse du soutien de l'UE accordé au final pour le Grand-Duché. «Ce montant aurait pu baisser, assure-t-il en effet. Si le budget avait été revu à la baisse, cette enveloppe aurait pu être moins importante mais nous n'avons pas discuté». 

Prêt ou subvention?

Le fonds de relance de l'UE de 750 milliards d'euros sera financé par un emprunt réalisé par la Commission européenne au nom du bloc, un dispositif inédit. Ce pouvoir accordé à l'exécutif européen est «limité en taille et en durée». Le remboursement devra se faire d'ici 2058 au plus tard. Sur ce volume total, 390 milliards d'euros seront redistribués aux Etats membres via des subventions, et 360 milliards via des prêts (remboursables, donc). 

Pour l'heure, aucune information n'a filtré sur la nature des 100 millions accordés : subvention ou prêt? Toujours est-il que le Luxembourg ne fait pas partie des Etats qui bénéficieront d'un allègement de leur contribution au budget communautaire, au contraire des rabais accordés aux pays qui jugeaient leur apport aux finances de l'Union disproportionné par rapport à ce qu'ils reçoivent.

Ainsi, les quatre «frugaux» (Danemark, Pays-Bas, Autriche, Suède), qui ont été les plus intransigeants sur la création du fonds de relance voient leur apport nettement chuter dans le futur budget de l'UE (2021-2027). Le rabais accordé à l'Allemagne, lui, n'a pas évolué avec la négociation. Mais il se monte tout de même à  3,67 milliards d'euros. 


Sur le même sujet

Les 27 de l'UE approuvent un plan de relance historique
Il aura fallu quatre jours et quatre nuits et de multiples prises de bec. Mais les 27 dirigeants européens ont fini par trouver mardi un accord sur un plan destiné à soutenir leurs économies frappées par la crise du coronavirus. Pour la première fois, il se base sur une dette commune.
European Commission President Ursula Von Der Leyen (L) and European Council President Charles Michel (R) bump elbows at the end of the news conference following a four days European summit at the European Council in Brussels, Belgium, early July 21, 2020. - EU leaders approved a 750-billion-euro package to revive their coronavirus-ravaged economies after a tough 90-hour summit on July 21, along with a trillion-euro budget for the next seven years. (Photo by STEPHANIE LECOCQ / POOL / AFP)
Le plan de relance crée des tensions au sein des 27
Les dirigeants européens vont poursuivre leurs discussions ce lundi après-midi dans l'espoir de trouver un accord sur un plan de relance post-coronavirus, au quatrième jour d'un sommet laborieux, marqué par une grande tension et de profondes dissensions.
Netherlands' Prime Minister Mark Rutte (L) speaks with Luxembourg's Prime Minister Xavier Bettel (R) during an EU summit at the European Council building in Brussels, on July 18, 2020, as the leaders of the European Union hold their first face-to-face summit over a post-virus economic rescue plan. - The EU has been plunged into a historic economic crunch by the coronavirus crisis, and EU officials have drawn up plans for a huge stimulus package to lead their countries out of lockdown. (Photo by FRANCOIS LENOIR / POOL / AFP)
750 milliards pour relancer une économie exsangue
Avec un fonds de relance destiné à soutenir les Etats membres mis à mal par le coronavirus, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen dévoile mercredi un plan d'aide exceptionnelle, très attendu.
Ursula von der Leyen