Changer d'édition

Bettel participe au sommet de la Francophonie en Tunisie
International 9 4 min. 19.11.2022
Réunion dans un contexte de crise

Bettel participe au sommet de la Francophonie en Tunisie

Le président français Emmanuel Macron (G) s'entretient avec la ministre française de l'Europe et des Affaires étrangères Catherine Colonna et le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel.
Réunion dans un contexte de crise

Bettel participe au sommet de la Francophonie en Tunisie

Le président français Emmanuel Macron (G) s'entretient avec la ministre française de l'Europe et des Affaires étrangères Catherine Colonna et le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel.
Photo: AFP
International 9 4 min. 19.11.2022
Réunion dans un contexte de crise

Bettel participe au sommet de la Francophonie en Tunisie

Un sommet de la Francophonie s'ouvre samedi sur l'île de Djerba en Tunisie, axé sur la coopération économique en présence d'une trentaine de dirigeants, un «succès» pour le président Kais Saied, plus d'un an après son coup de force.

(AFP) - Des dirigeants des pays francophones se sont retrouvés samedi lors d'un sommet en Tunisie, avec l'ambition affichée de voir le bloc jouer un «rôle accru» à l'international dans la résolution des crises en cours. Le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel (DP) a également fait le déplacement.

L'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), un espace de 88 pays membres, associés ou observateurs, doit affirmer «son influence dans un monde fracturé» par des crises multiples, a estimé la secrétaire générale de l'OIF Louise Mishikiwabo, en ouverture du sommet de deux jours sur l'île de Djerba.

«La Francophonie doit rester un trait d'union pour éviter que les tensions ne dégénèrent en conflits», a souligné l'ancienne cheffe de la diplomatie rwandaise, prônant une «Francophonie décomplexée» et «plus soudée» dans «l'élaboration de positions communes» pour aller vers un «multilatéralisme repensé».

Elle a cité les nombreuses «tempêtes» traversées par la planète, notamment la pandémie de Covid-19 ainsi que les défis environnementaux et technologiques.

Le sommet doit officiellement mettre l'accent sur l'économie, avec comme slogan «le numérique comme vecteur de développement». «Il est de notre ressort de mener la bataille pour l'emploi des jeunes dans notre espace», a dit Mme Mishikiwabo.

Le sommet de l'OIF, fondée en 1970, coïncide avec la phase finale de la COP27 sur le climat en Egypte et fait suite à une réunion du G20 en Indonésie dominée par la guerre en Ukraine, pays observateur au sein de l'OIF.

«Résultats efficaces»

La cheffe de l'OIF n'a pas mentionné ce conflit dans son discours, mais le président français Emmanuel Macron, présent au sommet, entend en discuter avec les autres dirigeants, selon son entourage.


CORRECTION / Servicemen of Ukrainian Military Forces walk in the small town of Sievierodonetsk, Lugansk Oblast, on February 27, 2022. - Ukraine said that it had agreed to send a delegation to meet Russian representatives at the border with Belarus, which has allowed Russian troops passage to attack Ukraine, insisting there were no pre-conditions to the talks. (Photo by Anatolii STEPANOV / AFP) / �The erroneous mention[s] appearing in the metadata of this photo by Anatolii Stepanov has been modified in AFP systems in the following manner: [Sievierodonetsk, Lugansk Oblast] instead of [Severodonetsk, Donetsk region]. Please immediately remove the erroneous mention[s] from all your online services and delete it (them) from your servers. If you have been authorized by AFP to distribute it (them) to third parties, please ensure that the same actions are carried out by them. Failure to promptly comply with these instructions will entail liability on your part for any continued or post notification usage. Therefore we thank you very much for all your attention and prompt action. We are sorry for the inconvenience this notification may cause and remain at your disposal for any further information you may require.�
Conflit en Ukraine
Le 24 février 2022, les Russes ont envahi leurs voisins ukrainiens à l'aube pour tenter de s'emparer de la capitale, Kiev. Mais les Ukrainiens résistent.

Sur ce dossier, un fossé s'est creusé au sein de l'espace francophone, de nombreux pays d'Afrique regrettant un manque de solidarité internationale avec le continent, face à des Occidentaux très mobilisés en revanche pour venir en aide à l'Ukraine.

Kais Saied, le président de la Tunisie qui accueille ce sommet 16 mois après s'être emparé des pleins pouvoirs en juillet 2021, a émis le souhait de voir la réunion apporter des «résultats tangibles et effectifs» face «aux bouleversements que connaît le monde».

«C'est à nous de rêver d'un monde meilleur pour l'humanité tout entière, pour un développement universel fondé sur la justice et la liberté», a-t-il ajouté.

Faisant allusion aux fractures grandissantes entre pays pauvres, notamment africains, et Etats développés siégeant au sein de l'OIF, il a affirmé que «l'être humain est un être humain partout où il est dans le monde et ne se réduit jamais à un simple chiffre».

Il a cité un monstre sacré de la littérature française, Victor Hugo, pour mieux faire passer son message devant un auditoire francophone. «Zéro, disait Hugo, n'existe pas, tout est quelque chose, rien n'est rien».

Une «francophonie d'action»

Outre M. Macron, d'autres dirigeants comme le Canadien Justin Trudeau, le président du Conseil européen Charles Michel ou le Sénégalais Macky Sall ont fait le voyage à Djerba.

En rencontrant un groupe de jeunes samedi, M. Macron a appelé à une «francophonie d'action» et à «ne pas tomber dans le ronron des sommets».

Le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, dont le pays assurait la présidence sortante de l'OIF, a mis à profit son discours pour dénoncer les «pressions injustifiées et non provoquées» de la part de l'Azerbaïdjan, son voisin.

Il a appelé la communauté internationale à condamner «l'occupation de parties du territoire arménien» et exiger «le retour des forces azerbaïdjanaises sur leurs positions antérieures».

750 millions de francophones en 2050

La réélection pour quatre ans de la secrétaire générale de l'OIF, seule en lice, est au menu de la rencontre entre représentants de cet espace de 321 millions de francophones, appelés à devenir 750 millions en 2050, grâce à l'Afrique.

Le Québec insistera via son Premier ministre François Legault «sur l'importance du français, troisième langue d'affaires dans le monde», selon un communiqué. Et comme bon nombre de membres de l'OIF, la province canadienne entend profiter du sommet pour «accroître (sa) présence en Afrique francophone où les occasions d'affaires se multiplient».

Pour le Canada, poids lourd de la Francophonie, l'OIF doit faire entendre sa voix sur des questions comme «la prospérité économique» mais aussi «la consolidation de la démocratie».


Sur le même sujet