Changer d'édition

Benalla s'est servi de ses passeports diplomatiques «par confort personnel»
Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour «abus de confiance» et «usage sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle».

Benalla s'est servi de ses passeports diplomatiques «par confort personnel»

Photo: AFP
Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour «abus de confiance» et «usage sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle».
International 2 min. 30.12.2018

Benalla s'est servi de ses passeports diplomatiques «par confort personnel»

Alexandre Benalla a reconnu s'être servi de ses passeports diplomatiques, «par confort personnel», et compte les rendre «dans les jours qui viennent», a-t-il déclaré au Journal du Dimanche, alors que le parquet de Paris a ouvert une enquête.

(AFP) – «J'ai peut-être eu tort de me servir de ces passeports», a expliqué Alexandre Benalla au JDD, par téléphone depuis l'étranger. «Mais je ne l'ai fait que par confort personnel, pour faciliter mon passage dans les aéroports. En aucun cas je ne les ai utilisés pour mes affaires. Je ne vois d'ailleurs pas à quoi ils auraient pu me servir».

Alexandre Benalla a précisé au JDD avoir rendu les passeports aux services de l'Elysée fin août mais qu'ils lui auraient ensuite été retournés avec d'autres effets personnels dans une pochette, début octobre, par un «membre de la présidence» lors d'un rendez-vous près du palais présidentiel.

«Dans la mesure où on me les a rendus, je n'ai pas vu de raison de ne pas les utiliser», plaide-t-il. Il assure n'avoir pas menti à la commission d'enquête du Sénat quand il avait déclaré avoir laissé ses passeports dans son ancien bureau élyséen.

L'ancien collaborateur d'Emmanuel Macron, qui juge «complètement disproportionnée» la polémique sur ces passeports, assure qu'il les restituera au ministère des Affaires étrangères «dans les prochains jours».

Quelques heures plus tôt, le parquet de Paris avait annoncé l'ouverture d'une enquête préliminaire pour «abus de confiance» et «usage sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle».

Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, avait été saisi par le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, après des informations de presse faisant état d'un voyage en Afrique de l'ancien collaborateur de la présidence grâce à ces passeports.

La présidence avait plaidé cette semaine l'ignorance: elle a dit ne disposer «d'aucune information remontée par les services de l'État concernés sur l'utilisation par M. Benalla des passeports diplomatiques qui lui avaient été attribués dans le cadre exclusif de ses fonctions à la présidence de la République».

Le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, l'a aussi sommé en début de semaine de s'expliquer sur «d'éventuelles missions personnelles et privées» menées «comme consultant» alors qu'il était «en fonction à l'Élysée». Ce à quoi Alexandre Benalla lui a répondu n'avoir «jamais effectué de missions personnelles et privées» durant ses fonctions à la présidence".


Sur le même sujet

Après le juge, Benalla attendu de pied ferme par les sénateurs
Comment Alexandre Benalla a-t-il pu utiliser des passeports diplomatiques pour rencontrer des dirigeants africains alors qu'il avait été «remercié» par l'Élysée ? L'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron retourne lundi devant le Sénat qui enquête sur des dysfonctionnements qualifiés par le gouvernement d'«incompréhensibles pour les Français».
(FILES) In this file photo taken on September 19, 2018 Former Elysee senior security officer Alexandre Benalla raises his hand as he takes the oath before a Senate committee in Paris. - Benalla has been placed under police custody, suspected of "forgery and falsification" in the case of his diplomatic passports, AFP reported on January 17, 2019. (Photo by Alain JOCARD / AFP)
Alexandre Benalla mis en examen pour l'usage abusif de ses passeports
Alexandre Benalla a été mis en examen vendredi pour l'usage abusif de ses passeports diplomatiques après son limogeage de l'Élysée cet été, un nouvel épisode judiciaire pour cet ex-collaborateur d'Emmanuel Macron déjà mis en examen à deux reprises depuis le début de la tempête politique qu'il a déclenchée.
(FILES) In this file photo taken on September 19, 2018 the former Elysee senior security officer Alexandre Benalla (C) leaves a Senate committee as he is quizzed over his close ties to France's leader in Paris. - Benalla has been placed under police custody, suspected of "forgery and falsification" in the case of his diplomatic passports, AFP reported on January 17, 2019. (Photo by Alain JOCARD / AFP)
L'Elysée accuse Benalla d'un «faisceau de contrevérités»
L'Elysée a accusé lundi Alexandre Benalla d'entretenir pour se venger «tout un faisceau de contrevérités et d'approximations», après que l'ex-chargé de mission d'Emmanuel Macron a affirmé à Mediapart avoir continué à échanger régulièrement avec le chef de l'Etat depuis son licenciement.
Le président Emmanuel Macron aux côtés d'Alexandre Benalla en février 2018
Après l'affaire Benalla, comment Macron veut réformer l'Elysée
L'affaire Benalla et les «dysfonctionnements» qu'elle a révélés n'ont fait que renforcer le projet d'Emmanuel Macron de réformer en profondeur l'organisation de l'Elysée, en créant une direction générale des services et un commandement unique des forces de sécurité, a indiqué son entourage.